Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 10:03

... si tu es loin de moi, etc... vous connaissez la suite.(jeu de mot propriété exclusive du Vad, utilisé avec sa gentille permission... je présume !)

 

Il était une fois un petit toulousain, que nous appelerons "Le Vad" pour préserver son anonymat. Le Vad venait de faire l'acquisition d'un tout nouveau vélo, carbone et tout et tout, et il l'emmenait partout avec lui dans son van. Mais malheureusement, Le Vad n'avait accumulé que quelques misérables dizaines de bornes et le besoin de sauter sur son fier destrier (je parle du vélo) le tiraillait constamment.

 

L'histoire prit une tournure décisive quand Le Vad décida de rendre visite à son ami néo-béarnais (that's me!) pour le Nouvel An. La météo douce de la région et le grand soleil du 31 décembre lui permit de tester son vélo en grandeur nature. Bien sur, il ne put rien faire face à son adversaire du jour et néanmoins ami lors de la chasse aux pancartes, mais sa détermination et son explosivité donna quand même du fil à retordre au local (c'est encore moi).

Après une petite soirée du Nouvel An, le 1er janvier était dédié à une promenade à Hautacam. Ce haut nom du cyclisme tourdefrancais donnait des frissons au Vad, et il ne tarda pas à demander à son ami si ca le tentait de revenir le lendemain le faire en vélo. "t'es con, non ?" fut la première réponse qu'il obtint, et il dut se résoudre, tête basse, à laisser partir l'occasion de s'attaquer à la fière montagne des Hautes Pyrénées. Mais il avait réussi à planter la graine du doute chez son camarade, et quelques heures plus tard, l'idée de monter un col refit surface. Hautacam paraissait trop passant, trop éloigné, mais le Soulor est juste à coté de la maison... Top là ! Demain on se fait le Soulor. Oui, Le Vad et son ami savaient que ce n'était pas très malin, mais que voulez-vous, la tentation était trop grande, le soleil trop brillant, et la température trop clémente, pour pouvoir faire marche arrière !

 

Nous voilà donc le 2 janvier, au petit jour (à midi, quoi...) à se diriger vers le Soulor, à environ 35km de chez nous, dont 20 de faux plat montant, et 12 de vraie montée à 7-8%. Le Vad s'adjuge les 2 premières pancartes, la première par surprise, et la deuxième en sprintant comme un dératé tout seul pendant que je le regardais en train de me dire "je ne suis pas sur qu'il ait compris qu'il y avait 12km de montée à faire après". Mais déjà 2-0, il fallait que je me reprenne. A Arthez d'Asson, Le Vad démarre, je suis, mais je n'arrive pas à le remonter ! Saperlipopette, c'est qu'il les veut ses pancartes. Il reste Ferrières avant la montée, je n'ai plus le droit à l'erreur, surtout que je sais qu'en descente, j'aurai du mal à lutter. Le Vad attaque à tout va avant Ferrières, mais je reste pas trop loin, avant d'attaquer à mon tour quand le Vad essaye de récupérer des efforts consentis, une fois mais ca suffit, le score est réduit à 3-1.

20150102 131321

Avant le Soulor, déjà un peu crispée après la perte des 3 permiers panneaux !

 

Mais là le Soulor commence et on fait moins les malins. La journée est superbe, même le passage dans les sous-bois il ne fait pas trop froid. On voit que la route est quand même mouillée et qu'il va falloir faire attention en descente, mais il n'y a pas de verglas, et à peine une ou deux restes de neige sur la route. A coté, par contre, elle est bien présente, c'est bien cool.

20150102 135908tant que c'est pendant la montée, ca va !

 

Quelques km plus loin, une pancarte apparait: on sprinte comme des cons et j'arrive à garder une roue d'avance à Arbeost ! Je l'avais oublié ce village, mais ca fait 3-2.

On continue tranquille le soulor, les paysages sotn magnifiques, on a même le droit à des vautours qui survolent les pentes enneigées. Les nuances de noirs et blancs des montagens sont vraiment belles, et on est content d'avoir pris le vélo.

20150102 14134420150102 142033

20150102 142122on profite !

 

Vers le haut du Soulor, on croise les gens en ballade et les petits en luge. On s'arrête prendre quelques photos et on repart pour la descente, avant d'avoir trop froid.

20150102 144214la preuve en image

 

 

Sur la descente, j'arrive à limiter la casse sur la première partie relativement sèche, mais sur la fin je perds pas mal de temps j'ai l'impression. Je sais déjà que Ferrières et Arbéost sont foutus, ca va faire 5-2, il va falloir gagner Arthez d'Asson, Asson, Igon, et Coarraze pour faire la nique au Vad et l'emporter 6-5 ! Possible mais difficile.

Je finis la descente tranquillement jusqu'à Ferrières et je m'attends à voir Le Vad qui m'attend, mais pas de traces de notre héros. Je commence à envisager la possibilité qu'il ait tracé jusqu'à Arthez à toute blinde pour essayer de faire fructifier son avance de la descente ! Je l'avais prévenu que j'attaquerai lors de la dernière petite bosse avant Arthez car le panneau était en descente. Et bien lui a décidé d'attaquer de bien plus loin, une dizaine de km !

 

Bon, je me motive et j'appuie sur les pédales, mais c'est encore pas mal en faux plat descendant, et je suis pas hyper à l'aise. J'espère apercevoir le Vad avant chaque tournant, mais rien ! J'arrive au panneau Arthez 3,5km et ca devient un peu plus plat. Je serre les dents et je continue à appuyer. Mais je doute: il va le faire le con ! Je me dis que si jamais je le rattrape avant Arthez, je continue sur ma lancée et je rentre seul et je me fais tous les autres panneaux ! Ca lui fera les pieds !

 

Enfin on arrive à quelques mini-montées qui me permettent d'espérer de reprendre plus de temps, et enfin j'apercois le Vad dans les "banlieues" d'Arthez ! Ca va être chaud, j'y crois quasi plus, mais j'essaye de pas avoir trop de regrets et je continue. Dernière petite bosse avant la descente et le panneau, je suis trop loin, je suis 50m derrière quand le Vad passe le panneau: 6-2 et il reste 3 villages, c'est perdu !

Je rejoins le Vad et on se marre bien à s'expliquer comment on a vécu la descente et la course poursuite tous les 2, lui était persuadé qu'il allait se faire manger !

 

Je me dis que je vais quand même continuer à faire les sprints pour pas finir trop ridicule. A Asson je prends aucun risque et j'attaque à 500m de la ligne car je sais que le Vad est fort sur les efforts courts mais je suis meilleur sur 20s ou plus ! Je gagne facilement mais il n'y a pas de panneau d'entrée en ville ! On sort juste après et je fais demi-tour pour prendre le panneau (oui, c'est petit, mais c'est drôle), et voilà le Vad qui déboule, frein à bloc, dérape, pour essayer de me griller ! Mais il est malade ! J'arrive quand même à prendre le panneau et on repart, direction Igon.

Je me laisse surprendre à 70m du panneau, j'étais devant, j'ai rien vu, persuadé que le panneau était plus loin. Avant que je comprenne ce qui s'est passé, Le Vad a 10m d'avance, c'est foutu. Et en effet, il était aussi plus loin, car on sortait pour rerentrer dans Igon. Cette fois c'est moi qui attaque et le Vad qui est surpris, mais il tente une maneuvre desespérée en coupant la route mais en échouant à 5m. Ca fait 7-4 et je me dis que si j'avais pas été tête en l'air j'aurai pu égaliser !

Dernier panneau à Coarraze pour la gloire. C'est de l'autre coté du pont, une petite montée à passer donc. On s'arrache tous les 2, je suis à l'intérieur du virage mais le Vad me prend cm par cm et a 1m d'avance à 30m de la ligne, mais là, wooooof ! Le Vad explose en vol et me laisse la dernière pancarte ! 7-5, 70km, 3h25 plus tard, nous voilà rentrés, mais purée ce fut une belle journée !

 

A part ca, le calendrier 2015 est quasi prêt, revenez dans quelques jours pour le découvrir !

 

20150102 142137un petit dernier pour la route

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans général
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 16:59

 

La dernière fois que j'écrivais un article dans ce blog, il y a 1 mois et demi, j'expliquais que j'étais claqué et que j'allais juste faire un dernier semi avant de raccrocher les baskets / maillots de bain / vélo pendant une période indéterminée.

 

Et bien, je n'ai même pas pu faire ce dernier semi, les éléments heureux de la vie m'ont empeché de faire cette dernière course. Enfin, je dis empecher, j'aurai pu me motiver et peut etre sur l'adrénaline de cette nuit mémorable, j'aurai pu claquer un bon temps, mais la tête était ailleurs bien sur.

 

Depuis donc, je suis en repos tel que j'en avais jamais eu depuis que je fais du triathlon. Avec une moyenne de 1 ou 2h par semaine, principalement en course à pied, je "profitais de la vie" comme on dit.

 

Et puis, le déménagement pour la région de Pau est arrivée le 1er novembre. Ca faisait longtemps que l'on voulait quitter la région parisienne, et on est bien content que j'ai pu trouver un beau job dans la région.

 

On a été accueilli sous un grand soleil de novembre ! Bon, depuis, j'avoue que la pluie et le mauvais temps est assez présent, mais le soleil est quand même souvent de la partie.

 

Et coté triathlon dans tout ça ?

Nous avons quitté le club de Nanterre, à regrets, après ces 4 belles années passées en compagnie de coéquipiers sympas, et on gardera un très bon souvenirs de ce club et de ses adhérents. Mais il nous fallait trouver un club dans la région, et nous avons eu la chance que le club de Nay nous accepte et nous accueille dans son effectif pour la saison 2014-2015.

 

Nous n'en sommes qu'aux premiers entrainements, mais on est déjà très content de l'accueil, nos coéuipiers ont l'air d'être aussi sympa et gentils qu'à Nanterre.

 

Nous voilà donc licencié à La Tribu 64, et on espère porter souvent et le plus haut possible nos nouvelles couleurs jaune et noir ces prochaines années. Le club est très dynamique, avec tout plein de jeunes et autant d'adultes, on espère trouver notre place très vite.

 

Pour moi, premières longueurs en piscine depuis le 20 septembre, et c'était pas si catastrophique que ça. J'ai perdu de la glisse bien sur, mais ça va revenir (j'espère !)

En vélo, routes tranquilles et jolies, et à pied, au stade, on troque notre vue sur les barres HLM contre une vue sur la chaine des Pyrenées et ses sommets enneigés. Ca va, on se plaint pas !

 

Coté compet, j'ai réussi à attendre une semaine après notre arrivée, mais aujourd'hui j'ai remis un dossard pour un 10km FFA à Ibos (La méridienne).

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, vu que les entrainements ont été plus que sporadiques ces 2 derniers mois, il était très probable que le niveau ait pris un sale coup.

J'espérais quand même réussir à passer sous les 36min, histoire de me rassurer un peu. Il n'en fut rien, avec un chrono de 36m17 officiel, 36m07 réel. Bon, j'ai été pas mal ralenti par la foule au début, et j'aurai pu aller chercher le sub-36 en me placant en 2ème ligne par exemple, mais c'est pas brillant quand même.

J'aurai aimé, pour ma 1ère course avec la Tribu 64, offrir un meilleur résultat, mais ca confirme qu'il n'y a pas de secret: sans entrainement, on n'est pas aussi bon !

Mais ca va, c'est pas la cata, j'avais un peu peur d'exploser, mais j'ai réussi à gérer. Après un départ débile comme d'habitude (3m20 au premier kilo avec pas mal de passages au ralenti et de zig-zag), puis lente dérive vers 3m42/km, avant de se ressaisir et de stabiliser autour de 3m39/km sur les 2-3 derniers et 3m26 au dernier.

 

La semaine prochaine, je suis inscrit au semi de Lourdes-Tarbes (ou Tarbes-Lourdes, j'oublie tout le temps). Pendant le 10km, j'étais en train de me dire "ca va être dur dans une semaine..." On verra bien.

 

En attendant, on profite de la région, le boulot est interessant, la maison est grande, le gamin est gentil, il dort pas trop mal. Bref, la vie est belle.

 

vue coarraze

C'est pas encore la vue de la maison, mais on en cherche une avec cette vue !

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans général
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 22:03

Ce WE, ce sera la dernière course de la saison !

J'avais initialement prévu de pousser jusqu'à fin octobre pour préparer et courir un marathon et essayer de battre mon record.

Mais bon, il faut se rendre à l'évidence, je n'ai pas la niaque, je suis vraiment fatigué, mes séances ne se passaient pas comme je l'espérais. L'IM de Zurich et le Tri Series ont laissé des traces profondes que je n'ai pas réussi à effacer.

Afin de ne pas compromettre la saison 2015, j'arrête donc ici la saison 2014.

 

Ce WE donc, je ferai le semi-marathon des Chasseurs de Temps à Vincennes. Ce sera en mode "ca passe ou ca casse" car aux derniers entrainements j'ai alterné le bon et très très difficile !

 

A l'origine, le but était de passer sous les 1h18 pour améliorer mon record, mais je pense qu'au vu de mon état actuel, c'est vraiment trop ambitieux.

Je ne désespère pas bien sur, mais je serai déjà très content avec 1h19.

 

Et après, REPOS pour repartir motivé et reposé en novembre !

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans général
commenter cet article
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 17:52

Il y a 2 semaines, nous étions avec Nicky à l'IM de Frankfurt, non pas en tant que concurrents, mais en tant que spectateurs/supporters, cet IM voyant une bonne dizaine d'athlètes de notre club, l'ES Nanterre, essayer de dompter la distance.

Comme souvent, l'Ironman n'a pas fait de cadeaux, et la course a donné son lot de désillusion, de frustration, mais aussi des belles performances, de la persévérance voire du courage pour réussir à être finisher ou à essayer de l'être.

 

Pour moi, 3 semaines avant mon propre IM à Zurich, c'était un rappel que rien n'est jamais acquis sur cette distance.

Même si je me sens en forme et bien préparé, c'est le cas pour beaucoup, et ca n'est pas un gage de réussite.

 

Quoi qu'il en soit, c'était mon 2ème IM en tant que spectateur (après Hawaii 2013), et on s'est bien marré, à encourager nos coureurs, à commenter leurs allures, à se demander s'ils allaient "tenir", à essayer de trouver les mots pour les aider à retrouver un peu de motivation pour accélérer (ca n'a pas toujours marché :-) )

 

Maintenant, direction Zurich dans quelques jours, je posterai quelque chose dans les prochains jours pour faire le point sur mes ambitions...

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans général
commenter cet article
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 17:58

Une petite mise à jour du blog après mes 3 courses de juin:

J'enchainais 3 weekends de suite avec le L des Marches de Bretagne, le S de Mimizan, et le L de Cublize, mon 1er gros objectif de l'année.

Bilan: 2 podiums sur les courses non objectifs, et une un peu décevante 10ème place à Cublize.

 

Ca en fait de la lecture:

 

CR des Marches de Bretagne

CR de Mimizan

CR de Cublize

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans général
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 22:02

Ca fait longtemps que je n’ai pas donné de nouvelles, mais plein de choses se sont passées depuis la dernière entrée sur le blog.

-          Tout d’abord, le Gwadloup Tri, dont vous pourrez trouver un CR ici (avec également un beau CR vidéo-montage de la course grace à Nicky qui prenait photos et vidéos)

 

-          Je suis passé en soufflerie, mais les résultats ont été décevants, pour plusieurs raisons que je préfère ne pas évoquer ici. J’en ai quand même retenu 2 éléments importants : l’importance de la position de la tête et du textile. Par contre, je n’ai pas réussi à avoir des infos sur plein de petits trucs que je voulais tester.

 

-          Il y a également eu un remaniement complet de mon calendrier de la saison, que vous pourrez trouver ici. Le gros changement : je serai sur IM Zurich finalement, plutôt que IM Mallorca.

 

-          Après un essai infructueux pour changer de vélo, je garde finalement mon Orbea encore au moins une saison, mais je vais changer le poste de pilotage et passer à des roues plus aéro que mes Zipp 404 ancienne génération. Pour l’instant j’ai ma roue arrière pleine Zipp 900, mais je cherche encore des roues avec jantes profondes.

 

Et enfin, je rentre juste de stage à Mallorca avec le club, où nous avons enchainé les sorties avec dénivelé. Le stage s’est bien passé dans son ensemble, mais a mal fini. En effet, j’ai chuté le dernier jour sur une descente. Bilan : casque cassé, et bien rappé sur tout le côté gauche, avec 2 points de suture, mais heureusement rien de cassé. Repos forcé quelques jours donc, mais j’espère reprendre d’ici quelques jours dès que mes plaies ne risquent plus de se rouvrir.

Ayant surtout beaucoup fait de home trainer cet hiver, les premières sorties ont été difficiles, mais j’ai trouvé mes marques en début de semaine pour aller chercher le Grand Prix de la Montagne lors de la sortie longue. Je n’ai par contre rien pu faire pour le maillot Vert des pancartes, battu par plus fort que moi !

Bref, ca a bien bossé, et j’espère tirer bénéfice de cet hiver d’entrainement dès la semaine prochaine au duathlon L de Douai !

 

Le bilan du stage :

Natation : 9.5 km en 3h30

Vélo : 590 km en 24h30 mais surtout quasiment 8000m de dénivelé d’après Garmin

CAP : 75 km en 7h

Et 20 min de muscu/stretching !

Soit environ 35h en 8 jours (mais le 8ème écourté par la chute), donc un bon gros volume quand même, mais je ne sors pas épuisé de ce stage et j’ai hâte de remonter sur le vélo. Un volume à peine moins élevé que l'année dernière, malgré un jour de moins...

 

IMGP0580-2des bandages un peu partout sur le coté gauche, mais on apercoit la bonne glace pour oublier tout ca !

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans général
commenter cet article
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 19:26
Après la dernière course de l'année, il est temps de faire le bilan de cette année 2013, la 4ème (déjà) année triathlétique.
Je ne savais pas trop quoi attendre de cette année 2013. Après de beaux progrès sur mes 3 premières années, j’avais peur de commencer à plafonner. J’ai également fait appel à un entraineur, un ancien coéquipier, Nicolas Hémet, pour essayer de plus structurer mes entrainements et encore progresser.
A l’heure de faire le bilan de 2013, je constate que j’ai encore fait des progrès par rapport à 2012, bien plus que ce à quoi je m’attendais. Malgré quelques petits bobos en début d’année, j’ai eu la chance de ne pas avoir de grosses blessures, et de pouvoir vivre mon année de sport à fond.
Je me suis beaucoup investi en natation en début d’année et en vélo en milieu d’année, et les progrès et résultats sont venus récompensés ces investissements. Quant à la course à pied, malgré une charge de travail moins importante (mais mes pieds fragiles ne me permettent pas encore de cumuler de trop importantes charges de travail), j’ai pu entrevoir des progrès lors d’entrainements en fin d’année, mais que je n’ai jamais réussi à concrétiser en course.
Si je devais citer mes meilleurs souvenirs de cette saison et les résultats dont je suis le plus content / fier, dans l’ordre chronologique :
-          Voir passer Nicky la ligne d’arrivée en Afrique du Sud, et surtout le lendemain quand elle a décroché sa qualif !
-          Reprendre Max dans le dernier km  après une lutte acharnée au sprint de Vernon. La revanche va être marrante
-          Toute ma course à l’Altriman, et peut être particulièrement les 10 derniers km à pied où j’ai souffert, mais me suis battu pour au final aller chercher un podium inespéré
-          Mon WE en Auvergne au TriSeries. Sous le soleil, avec Nicky, Vivien, et la joyeuse troupe de Val de Reuil dans la bonne humeur, avec 2 podiums le samedi, et un bon dimanche à encourager les gars du L. Vraiment une course à découvrir.
-          Le vélo sur l’half Ironbask, où j’avais vraiment l’impression de voler, et où pour la première fois j’étais pas loin des meilleurs en posant le vélo.
-          Le WE à Baudreix, sous le soleil, avec Nicky, mes parents, et McDu. Le 1er sprint avec mon père, et la montée du Soulor Aubisque, paysages magnifiques !
-          Mes 11 tours de Longchamps en 56m30 pour mon test de fin de saison. Au-delà de toutes mes espérances !
 
Et comme il en faut pour aller de l’avant et se donner de nouveaux challenges, les déceptions :
-          Quelques minutes après la fin de l’IM d’Afrique du Sud, quand j’ai demandé mon classement et que l’on m’annonce 12èmede mon groupe d’age, alors que je pensais avoir fait « le boulot » pour aller chercher la qualif. Il me manquait en fait 3 places et 4 minutes.
-          La fin du CD du TriSeries, où j’ai craqué (surtout mentalement je crois) alors que j’aurais pu aller chercher la 1ère victoire de ma « carrière »
-          Ma CAP sur l’half IronBask, bien en dessous de mes espérances, surtout après les supers entrainements des semaines précédentes
-          Mon DSQ après m’être trompé de route sur le L du Soulor-Aubisque. C’est mon 1er tri où je ne suis officiellement pas classé.
 

Voilà, après ce petit point sur ma saison 2013, je pense déjà (depuis longtemps) à la saison 2014, mais j’ai encore du mal à me décider sur mes objectifs. Il y aura certainement au moins un Ironman, mais je ne sais pas encore lequel, et sur quelles autres courses je voudrai essayer de briller. Une chose est sure, je pense encore avoir de la marge de progression et je vais tout faire pour m’améliorer dans les 3 sports, et je pourrai compter sur mon entraineur Nick pour encore une saison!

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans général
commenter cet article
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 19:52

Comme prévu, je tentais un record de l'heure aujour'dui à Longchamps, juste avant que les gentlemen du coeur n'investissent la place. J'y étais avec tout mon attirail pour optimiser la vitesse (vélo, roues, casque CLM, trifonction).

 

Mon précédent record datait de septembre 2011, quand j'avais effectué 11 tours en 1h pile (soit 39km/h pour un tour de 3,55km, mais la distance réelle du tour de Longchamps n'a jamais été officiellement mesuré )

 

Tentative réussie, haut la main, puisque je passe 11 tours en 56m25. Les 3m35 restantes m'ont permis de parcourir encore 2,52km.

 

Ca nous donne donc 11,7 tours environ en 1h.

 

Toujours avec les 3,55km par tour, ca donne une moyenne de 41,5 km/h. Et environ 5m08 par tour !

 

Jamais je n'aurai imaginé effectuer un tel chrono, et j'en suis très content et très fier.

Qui sait, peut être un jour j'atteindrai les 12 tours en 1h...

 

Je vais essayer dans la prochaine semaine de battre mes records en natation (400, 800) et en course à pied. Ca devrait être faisable en natation, car j'ai bien progressé cette semaine, mais en course à pied ca risque d'être difficile.

 

Et après, enfin, repos !!!

 

J'oubliais: bien sur c'était sans drafting!

 

Et voici les chronos par tour:

5m10

5m4

5m5

5m9

5m5

5m2

5m5

5m10

5m17

5m10

5m2

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans général
commenter cet article
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 21:25

 

Pour le Tri series de ce WE. Je me contenterai du S et du M le samedi. Le half du lendemain serait de trop, je ferai une sortie récup, et j’en profiterai pour encourager et donner les écarts aux amis présents sur la course.

Ce WE donne donc le coup de départ de la dernière partie de saison, et ca va enchainer fort : S et M ce WE donc. L’objectif majeur de fin de saison dans 2 semaines sur le half IronBask, puis le S et le half une semaine plus tard avec le Soulor-Aubisque en plat de résistance. J’ai hate de faire toutes ces courses. J’ai fait une croix sur le Natureman (trop loin, trop compliqué), mais je suis encore à la recherche d’une compet sur ce WE, avec peut-être un 10km pour clore la saison.

 

J’ai maintenant l’impression que la forme est en train de revenir et les pépins de santé ont l’air de me laisser tranquille.

 

Cette fin de saison, placée sous le signe du « no stress, plaisir avant tout » s’annonce donc bien, d’autant que la météo en Auvergne a l’air radieuse.

 

A bientôt pour les nombreux CR donc.

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans général
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 10:00

C’est toujours difficile de comparer 2 courses différentes.

C’est pourtant ce que je veux essayer de faire en comparant ma course à Roth en 2012 et celle d’Afrique du Sud en 2013.

 

Pour cela, je vais essayer de comparer les temps dans chaque discipline des meilleurs, ainsi que de certains athlètes qui ont fait les 2 courses.

En faisant ensuite une bonne soupe de tous ces nombres, j’espère réussir à comparer mes résultats sur ces 2 courses, et voir ma progression.

 

3 athlètes pros ont fait les 2 courses. D’autres athlètes amateurs ont sans doute fait la course, mais je me baserai plutot sur ces 3 athlètes pro, en prenant l’hypothèse qu’ils sont plus réguliers que les athlètes amateurs.

Les 3 :

James Cunnama, sud-africain. Il gagne, un peu à la surprise générale, Roth 2012 devant Timo Bracht. En Afrique du Sud, il est l’un des favoris, mais il explose à pied et abandonne

Mike Aigroz, suisse. Il fait 3ème à Roth. En Afrique du Sud, comme James Cunnama, il pose le vélo dans les premiers, mais lui aussi explose à pied, et finit difficilement en 9h20, dont 3h50 de CAP

Bernd Hagen, allemand. Il fait 13ème à Roth et 14ème en Afrique du Sud. Lui a été constant sur ces 2 courses.

 

Je vais donc m’appuyer aussi sur les temps de ces 3 athlètes pour faire des comparaisons (peut être un peu tirées par les cheveux) entre les 2 courses.

 

Sans plus tarder, l’analyse :

 

La natation à Roth était très rapide, dans un canal. On partait à 300 dans la 1ère vague, pros et amateurs ensemble.

En Afrique du Sud, les pros sont partis 15 minutes avant, et nous autres amateurs sont partis tous ensemble, près de 1600 en même temps.

A Roth, les pros avaient donc tous les avantages pour eux. Ils pouvaient « drafter » les meilleurs amateurs, et le départ n’était pas trop cahotique. En Afrique du Sud, nul doute que les moins bons nageurs ont dû avoir du mal.

 

En analysant le tableau plus haut, on se rend compte qu’il est difficile de sortir une tendance, en disant qu’en moyenne, on nage x minutes moins vite en Afrique du Sud. Les tous meilleurs perdent entre 2m30 et 3m30, mais James Cunnama et Bernd Hagen perdent 5 et 6 minutes respectivement. Sans doute n’ont-ils pas pu choper le bon groupe en Afrique du Sud, ou ne sont-ils pas habitués aux conditions difficiles (difficile à croire pour Cunnama, sud-africain).

 

Quant à moi, je perds 2m16 par rapport à Roth. C’est une amélioration relative par rapport à Roth, mais difficile de la quantifier. On va dire que ça se situe entre 20 secondes et 2 minutes. Quand on prend aussi en compte le départ d’Afrique du Sud, où j’ai dû lutter pendant 500 mètres car j’étais parti trop loin sur la ligne de départ, c’est quand même un gain relatif non négligeable par rapport à Roth. Tout ça en ayant l’impression de terminer la natation plus frais.

 

 

Sur le vélo, on a la même problématique. Difficile de dégager une tendance claire.

Le meilleur temps est 2:30 plus rapide à Roth, mais le 10ème meilleurs temps est largement plus rapide en Afrique du Sud, pour 4 minutes. La moyenne des 10 meilleures est relativement identique.

Par contre, James Cunnama et Mike Aigroz roulent beaucoup moins rapide en Afrique du Sud. Quand on voit ensuite qu’ils ont craqué tous les deux à pied, et que cela est souvent dû à un trop gros investissement sur le vélo, cela a tendance à monter que le parcours Afrique du Sud était plus difficile. Bernd Hagen, lui, a roulé à peine 1 minute moins vite en Afrique du Sud.

 

Quant à moi, à la seconde près, je roule dans le même temps. Par contre, mon classement relatif est bien meilleur en Afrique du Sud. Ceci est à nuancer, car le niveau cycliste en Allemagne est très élevé.

 

Une nouvelle fois, je pense que j’ai progressé par rapport à Roth, mais difficile de dire dans quelle proportions. Je dirai entre 1 et 3 minutes.

 

 

Enfin un tableau qui nous permet de tirer quelques conclusions assez facile.

 

Toutes les comparaisons ont tendance à montrer que le parcours de Roth était bien plus rapide que celui d’Afrique du Sud. Au minimum 8-9 minutes pour les meilleurs, et de plus en plus de différence pour les moins bons.

A la lumière de cette analyse, on peut voir que c’est finalement à pied que je réalise ma meilleure amélioration par rapport à Roth. Je cours à 4 secondes près (décidément !) le même temps qu’à Roth. A iso-parcours, cela correspond à peu près à un gain de 10 minutes environ ! Cela se voit également sur mon classement. 26ème en Afrique du Sud, avec 28 pros au départ (et 21 à l’arrivée), contre 83ème à Roth…

Il manquait environ 500 mètres à Roth pour avoir un marathon complet, alors que celui d'Afrique du Sud était bien 42,2km. 500 mètres n'expliquent pas 10 minutes de différence. Je pense que c'est beaucoup du au soleil en Afrique du Sud, alors qu'à Roth, on avait un temps ensoleillé, mais pas trop chaud, et à vrai dire assez idéal pour courir.

Je pense aussi que je supporte mieux la chaleur qu'un bon nombre d'athlètes, ce qui explique peut être ce gros "gain" par rapport aux autres athlètes. S'il avait fait moins chaud en Afrique du Sud, ce "gain" relatif aurait sans doute été beaucoup moins important.

 

 

Et il ne faut pas oublier les transitions. Et oui, ça peut faire la différence quelque fois !

Les aires de transition étaient plus longues en Afrique du Sud, et ca se ressent sur le temps total de transition : environ 1 minute de plus pour les meilleurs, et jusqu’à 2 minutes en moyenne pour les 100 meilleurs.

Moi, j’ai mis 50 secondes de plus, mais surtout un classement bien meilleur en Afrique du Sud, plus en adéquation avec mon classement final. J’ai sans doute gagné également 1 minute par rapport à Roth (toujours à iso-parcours).

 

Et enfin, une vue globale des 2 épreuves :

 

On voit qu’en moyenne, le parcours d’Afrique du Sud était plus lent qu’à Roth. Pour les meilleurs, entre 11 minutes et 16 minutes. Pour les meilleurs amateurs, plutot de l’ordre de 20 voire 25 minutes.

Le seul athlète qui a fini les 2 courses (je ne compte pas Mike Aigroz qui a fini mais qui a craqué), est Bernd Hagen, qui finit 14ème et 13ème, mais qui met 20 minutes de plus en Afrique du Sud.

Je mets quant à moi 3 minutes de plus. Encore une fois, difficile de dire combien j’ai « gagné » par rapport à Roth. On peut penser que j’aurai du mettre, à iso performance, entre 15 et 20 minutes de plus en Afrique du Sud. Je n’ai mis « que » 3 minutes de plus, ce qui fait un gain entre 12 et 17 minutes.

 

Si on additionne les gains des 4 épreuves, on trouve environ :

1 (natation) + 2 (vélo) +10 (CAP) + 1 (transition) = 14 minutes

 

Les 2 approches donnent à peu près la même conclusion, ce qui aide à donner confiance dans la démarche.

 

Ces résultats sont quand assez surprenants. Alors que je pensais avoir fait des progrès à vélo, c’est à pied que je fais la plus belle progression, et de loin. On peut toujours dire que cela découle d’une plus grande aisance et d’une meilleure gestion à vélo (grâce au capteur de puissance en particulier).

 

Pour parler équipement, une seule chose a changé lors de ces 2 courses : le pédalier. J’avais pour Roth un double plateau ultegra classique 39*53, que j’ai changé par un plateau ovalisé Rotor Q-ring en Afrique du Sud. Cela m’a peut être également aidé.

 

Allez, un peu d’auto-congratulation (comme si yen avait pas assez sur ce blog…). On va dire que j’ai gagné environ 14 minutes par rapport à mon Ironman d’il y a 9 mois à Roth. Et que j’ai réussi à gagner un peu sur les 3 disciplines, c’est ce que je voulais. Quand je vois toutes les choses qui n’ont pas marché sur cet IM, et que je me sens capable d’améliorer pour la suite, ça me donne une grande confiance pour les épreuves à venir.

 

Si je gagne encore 14 minutes lors de mon prochain IM, je signe tout de suite !

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans général
commenter cet article