Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 10:03

... si tu es loin de moi, etc... vous connaissez la suite.(jeu de mot propriété exclusive du Vad, utilisé avec sa gentille permission... je présume !)

 

Il était une fois un petit toulousain, que nous appelerons "Le Vad" pour préserver son anonymat. Le Vad venait de faire l'acquisition d'un tout nouveau vélo, carbone et tout et tout, et il l'emmenait partout avec lui dans son van. Mais malheureusement, Le Vad n'avait accumulé que quelques misérables dizaines de bornes et le besoin de sauter sur son fier destrier (je parle du vélo) le tiraillait constamment.

 

L'histoire prit une tournure décisive quand Le Vad décida de rendre visite à son ami néo-béarnais (that's me!) pour le Nouvel An. La météo douce de la région et le grand soleil du 31 décembre lui permit de tester son vélo en grandeur nature. Bien sur, il ne put rien faire face à son adversaire du jour et néanmoins ami lors de la chasse aux pancartes, mais sa détermination et son explosivité donna quand même du fil à retordre au local (c'est encore moi).

Après une petite soirée du Nouvel An, le 1er janvier était dédié à une promenade à Hautacam. Ce haut nom du cyclisme tourdefrancais donnait des frissons au Vad, et il ne tarda pas à demander à son ami si ca le tentait de revenir le lendemain le faire en vélo. "t'es con, non ?" fut la première réponse qu'il obtint, et il dut se résoudre, tête basse, à laisser partir l'occasion de s'attaquer à la fière montagne des Hautes Pyrénées. Mais il avait réussi à planter la graine du doute chez son camarade, et quelques heures plus tard, l'idée de monter un col refit surface. Hautacam paraissait trop passant, trop éloigné, mais le Soulor est juste à coté de la maison... Top là ! Demain on se fait le Soulor. Oui, Le Vad et son ami savaient que ce n'était pas très malin, mais que voulez-vous, la tentation était trop grande, le soleil trop brillant, et la température trop clémente, pour pouvoir faire marche arrière !

 

Nous voilà donc le 2 janvier, au petit jour (à midi, quoi...) à se diriger vers le Soulor, à environ 35km de chez nous, dont 20 de faux plat montant, et 12 de vraie montée à 7-8%. Le Vad s'adjuge les 2 premières pancartes, la première par surprise, et la deuxième en sprintant comme un dératé tout seul pendant que je le regardais en train de me dire "je ne suis pas sur qu'il ait compris qu'il y avait 12km de montée à faire après". Mais déjà 2-0, il fallait que je me reprenne. A Arthez d'Asson, Le Vad démarre, je suis, mais je n'arrive pas à le remonter ! Saperlipopette, c'est qu'il les veut ses pancartes. Il reste Ferrières avant la montée, je n'ai plus le droit à l'erreur, surtout que je sais qu'en descente, j'aurai du mal à lutter. Le Vad attaque à tout va avant Ferrières, mais je reste pas trop loin, avant d'attaquer à mon tour quand le Vad essaye de récupérer des efforts consentis, une fois mais ca suffit, le score est réduit à 3-1.

20150102 131321

Avant le Soulor, déjà un peu crispée après la perte des 3 permiers panneaux !

 

Mais là le Soulor commence et on fait moins les malins. La journée est superbe, même le passage dans les sous-bois il ne fait pas trop froid. On voit que la route est quand même mouillée et qu'il va falloir faire attention en descente, mais il n'y a pas de verglas, et à peine une ou deux restes de neige sur la route. A coté, par contre, elle est bien présente, c'est bien cool.

20150102 135908tant que c'est pendant la montée, ca va !

 

Quelques km plus loin, une pancarte apparait: on sprinte comme des cons et j'arrive à garder une roue d'avance à Arbeost ! Je l'avais oublié ce village, mais ca fait 3-2.

On continue tranquille le soulor, les paysages sotn magnifiques, on a même le droit à des vautours qui survolent les pentes enneigées. Les nuances de noirs et blancs des montagens sont vraiment belles, et on est content d'avoir pris le vélo.

20150102 14134420150102 142033

20150102 142122on profite !

 

Vers le haut du Soulor, on croise les gens en ballade et les petits en luge. On s'arrête prendre quelques photos et on repart pour la descente, avant d'avoir trop froid.

20150102 144214la preuve en image

 

 

Sur la descente, j'arrive à limiter la casse sur la première partie relativement sèche, mais sur la fin je perds pas mal de temps j'ai l'impression. Je sais déjà que Ferrières et Arbéost sont foutus, ca va faire 5-2, il va falloir gagner Arthez d'Asson, Asson, Igon, et Coarraze pour faire la nique au Vad et l'emporter 6-5 ! Possible mais difficile.

Je finis la descente tranquillement jusqu'à Ferrières et je m'attends à voir Le Vad qui m'attend, mais pas de traces de notre héros. Je commence à envisager la possibilité qu'il ait tracé jusqu'à Arthez à toute blinde pour essayer de faire fructifier son avance de la descente ! Je l'avais prévenu que j'attaquerai lors de la dernière petite bosse avant Arthez car le panneau était en descente. Et bien lui a décidé d'attaquer de bien plus loin, une dizaine de km !

 

Bon, je me motive et j'appuie sur les pédales, mais c'est encore pas mal en faux plat descendant, et je suis pas hyper à l'aise. J'espère apercevoir le Vad avant chaque tournant, mais rien ! J'arrive au panneau Arthez 3,5km et ca devient un peu plus plat. Je serre les dents et je continue à appuyer. Mais je doute: il va le faire le con ! Je me dis que si jamais je le rattrape avant Arthez, je continue sur ma lancée et je rentre seul et je me fais tous les autres panneaux ! Ca lui fera les pieds !

 

Enfin on arrive à quelques mini-montées qui me permettent d'espérer de reprendre plus de temps, et enfin j'apercois le Vad dans les "banlieues" d'Arthez ! Ca va être chaud, j'y crois quasi plus, mais j'essaye de pas avoir trop de regrets et je continue. Dernière petite bosse avant la descente et le panneau, je suis trop loin, je suis 50m derrière quand le Vad passe le panneau: 6-2 et il reste 3 villages, c'est perdu !

Je rejoins le Vad et on se marre bien à s'expliquer comment on a vécu la descente et la course poursuite tous les 2, lui était persuadé qu'il allait se faire manger !

 

Je me dis que je vais quand même continuer à faire les sprints pour pas finir trop ridicule. A Asson je prends aucun risque et j'attaque à 500m de la ligne car je sais que le Vad est fort sur les efforts courts mais je suis meilleur sur 20s ou plus ! Je gagne facilement mais il n'y a pas de panneau d'entrée en ville ! On sort juste après et je fais demi-tour pour prendre le panneau (oui, c'est petit, mais c'est drôle), et voilà le Vad qui déboule, frein à bloc, dérape, pour essayer de me griller ! Mais il est malade ! J'arrive quand même à prendre le panneau et on repart, direction Igon.

Je me laisse surprendre à 70m du panneau, j'étais devant, j'ai rien vu, persuadé que le panneau était plus loin. Avant que je comprenne ce qui s'est passé, Le Vad a 10m d'avance, c'est foutu. Et en effet, il était aussi plus loin, car on sortait pour rerentrer dans Igon. Cette fois c'est moi qui attaque et le Vad qui est surpris, mais il tente une maneuvre desespérée en coupant la route mais en échouant à 5m. Ca fait 7-4 et je me dis que si j'avais pas été tête en l'air j'aurai pu égaliser !

Dernier panneau à Coarraze pour la gloire. C'est de l'autre coté du pont, une petite montée à passer donc. On s'arrache tous les 2, je suis à l'intérieur du virage mais le Vad me prend cm par cm et a 1m d'avance à 30m de la ligne, mais là, wooooof ! Le Vad explose en vol et me laisse la dernière pancarte ! 7-5, 70km, 3h25 plus tard, nous voilà rentrés, mais purée ce fut une belle journée !

 

A part ca, le calendrier 2015 est quasi prêt, revenez dans quelques jours pour le découvrir !

 

20150102 142137un petit dernier pour la route

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans général
commenter cet article

commentaires