Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 10:00
CR du S de Baudreix 2016

Un beau podium !

Ce triathlon S de Baudreix, organisé par mon club La Tribu 64, et donc sur des routes familières (quoi que plus en voiture qu’en vélo en général), devait clôturer ma première partie de saison. L’objectif affiché de début d’année était de monter sur le podium, et effacer la déception de l’année dernière où je terminais 14ème à plus de 9min de la gagne. La forme revenant en ce début d’année, mon objectif changeait et j’espérais me battre pour la victoire. Quelques semaines avant, j’apprends la participation de Fred Belaubre, champion de France distance L en titre, sur la course. Passé la déception de savoir que la victoire ne serait pas atteignable, je vois cela comme une opportunité de faire la course avec lui, et de pouvoir me comparer et essayer de monter sur le podium avec lui, ce serait sympa.

La course gagnée à Sames il y a 2 semaines m’enlève beaucoup de pression, je considère avec cette victoire que ma saison est réussie, et que le reste sera du bonus.

La semaine avant la course est un peu perturbée par les travaux à la maison, et j’ai « les jambes lourdes » les jours précédant la course. J’essaye de lever le pied les derniers jours, mais le matin en me levant, je n’ai pas de supers sensations. Faudra faire avec ! Je suis confiant en mes capacités. Je commence à connaitre les gars du coin qui sont de mon niveau ou au-dessus, et j’ai pris l’habitude de regarder les start list pour voir mes potentiels adversaires. A Baudreix, malgré plus de 300 partants, je ne recense, à part Belaubre bien sûr, qu’un gars potentiellement de mon niveau, Jérôme de Villeneuve sur Lot. Je l’avais battu sur ce même triathlon il y a 3 ans mais seulement de quelques secondes, et il m’avait battu au duathlon de Carcassonne en début d’année. Il a un profil très similaire au mien : pas mauvais en nata et vélo, et bon coureur. Je me dis que la 2ème place devrait se jouer entre nous deux, mais je suis confiant d’être un peu meilleur que lui dans les 3 disciplines cette année. Mon coach me conseille de tout faire pour appuyer en vélo et rentrer avant lui à T2 car il pense que je serai un peu moins fort en CAP. Je ne le pense pas, mais j’essaierai quand même cette « tactique ».

Il pleut ce matin, et il fait meilleur dans l’eau qu’à l’extérieur. Cette course est aussi l’occasion pour moi de représenter les couleurs de mon club à domicile, devant mes amis, et je me mets quand même un peu de pression pour faire du mieux possible.

Le départ est dans l’eau, sur une largeur assez importante, et je prends l’option du départ à gauche, même si à droite c’est sans doute un peu moins long. Mais bon, la première bouée est à au moins 300m. Si je me décale au départ de 20m, Pythagore nous dit que je nagerai 66cm de plus. Si ca peut m’éviter la baston, je prends !

Dès le départ, je suis content de mon choix car je ne prends pas de coups, et je peux nager « tranquille ». Mais je vois 2 pointes se former de part et d’autres, et je me dis que je vais sortir loin derrière. Je nage seul un moment puis je me raccroche à une pointe jusqu’à la première bouée. Sur le retour, les gars devant dévient pas mal à droite, je me sens bien, et je pars de mon côté en ligne droite (enfin, c’est ce que je pense, peut-être c’est eux qui allaient tout droit et moi qui ait dévié à gauche, mais je ne pense pas). Je nage pas trop mal j’ai l’impression et je sors avec quelques gars autour de moi. Je suis très surpris quand mon prez de club m’annonce 6 ou 7ème. Les gars partis fort devant ont du ralentir !

En regardant les résultats, je ne fais pas une super natation, je perds encore quelques secondes par rapport aux gars qui étaient à Sames. Finalement, le fait de ne pas être gêné au départ me fait prendre peut être un départ trop prudent et me fait perdre les pieds des gars qui partent très vite ? Après, c’est pas catastrophique, une dizaine de secondes de perdues, mais j’ai l’impression de perdre petit à petit depuis ma natation de Mimizan où j’avais été très fort. Je sors 6ème donc, à 2m30 de Belaubre (je m’attendais à perdre encore plus), et 37s du 2ème, pas loin quoi, mais j’aimerai réussir à franchir encore un palier en nat, qui me permettrai de sortir dans le 1er pack sur ces petits triathlons départementaux.

Transition moyenne (8ème temps, à 14s des meilleurs), et c’est parti pour le vélo.

Effectivement, comme redouté, les jambes ne répondent pas vraiment présentes. C’était pressenti les jours avant, et pendant l’échauffement, mais j’espérais un petit miracle tout de même. Je ne m’accroche pas à tout prix à ma puissance cible, et je fais ce que je peux. Mais quelques coups d’œil sur mon capteur de temps en temps me montrent que je suis quand même 20-30w au-dessous de ce que j’espérais et ce que j’avais fait à Sames. Malgré cela, je remonte les concurrents, et j’entends Nicky au bord de la route avec Anthony m’annoncer mon classement (5 ou 6ème à ce moment-là). Ça me permet, au fur et à mesure des dépassements, de me situer. Je passe rapidement 4ème, puis 3ème. Le parcours est quasi tout plat sur les 5 premiers km, puis 5km de très léger toboggans, on monte une belle petite bosse de 200m, et demi-tour. Je me retrouve derrière le 2ème, un jeune de Pau que je reconnais. A Sames, je l’avais passé facilement, mais là j’ai plus de mal. Je suis obligé de fournir un gros effort pour le doubler. Me voilà 2ème derrière Belaubre. Je continue en essayant de garder le rythme et une position aéro. Sur un des toboggans montant, j’aperçois un gars qui me remonte doucement et se porte presque à ma hauteur, puis redescend derrière. Bon, j’imagine que c’est Jérôme, il est donc juste là, et il est revenu sur moi en vélo ! En fait, je lui ai pris 21s en natation, mais il m’a repris 13s en transition, et donc il m’a rattrapé au bout de 7-8km.

Je reste dans mon rythme et se profile la bosse. Dès les premières secondes, il me passe, et je constate que c’est effectivement Jérôme. Il me prend quelques secondes dans la bosse où je n’arrive pas à vraiment me lâcher, mais j’arrive à revenir sur lui juste après, et je constate avec grand étonnement qu’il a l’air encore moins à l’aise que moi sur les virages (la route est mouillée). Sur le retour, je me cale 10-20m derrière en me disant « il est revenu sur moi, il est sans doute meilleur aujourd’hui, faut pas que je le laisse prendre de l’avance en vélo ». Sur les toboggans montants, il faut que je m’emploie pour pas le laisser partir, mais après sur le plat je suis assez facile. Je reste comme ça 6-7km puis les instructions de mon coach me reviennent à l’esprit, je me dis que j’ai encore de la force à donner en vélo, je sais qu’on arrive dans une partie avec quelques virages et rond points, et je me dis que je vais tout donner dans les derniers km pour essayer de creuser un petit trou et rentrer en T2 avec un peu d’avance. On a également pu croiser Belaubre au demi-tour, et constater qu’effectivement, la course pour la 1ère place ne nous concernait pas !

Je double donc Jérôme et je poursuis mon gros effort jusqu’au bout, en ne réfléchissant pas à la suite ! On arrive à T2, et je cafouille un peu mon enlevage de pieds des chaussures, je perds de la vitesse, et 100m avant T2, il me passe devant. Du coup, je pose le vélo dans sa roue à T2, ça craint, ça laisse penser que je lui ai sucé la roue toute la course ! En vérité, je suis resté derrière donc environ 6km, et je pense avoir respecté les distance tout du long.

Pas très content de ce vélo, mais finalement je fais quand même le 3ème temps, à quand même 2min de Belaubre. Comparé à d’autres triathlètes qui étaient à Sames, je vois que quand même je fais beaucoup moins bien. Dans un bon jour, j’aurai espéré 1 minute, voire plus, en moins. Mais bon, on peut pas être au top tous les jours !

A T2, je me dis, « un coup d’épée dans l’eau ! », tant pis, va falloir être fort en course à pied. Malgré l’avertissement de mon coach, je me sens fort et je pense être capable de « gagner » (être 2ème quoi ! ). J’essaye de faire une bonne T2, et on est cote à cote dans le couloir pour se rendre au parc. Je me dis qu’il faut pas que je sorte avec quelques secondes de retard, car ca peut se jouer sur le mental. Je fais une bonne T2, mais le froid a un peu engourdi mes doigts, et je galère une ou 2 secondes à déclipser ma jugulaire de casque, le stress monte d’un coup, mais j’y arrive finalement. Je pars comme une bille et on sort exactement ensemble du parc à vélo. Les encouragements fusent de toutes parts : autant de « allez Benjamin » que de « Allez Jérôme », et je dois dire que c’est assez tripant d’être dans la lutte comme cela. Jérôme prend les commandes et impose un très gros rythme sur les premiers hectomètres. Je connais le parcours, le début est en montée douce, mais elle peut faire très mal. J’essaye « d’absorber » l’accélération de Jérôme, mais je le laisse prendre 5 mètres d’avance pour ne pas me mettre trop dans le rouge, mais j’y suis un peu quand même ! Je vois que je reviens assez facilement sur la descente et le plat qui suit. Je me porte à sa hauteur et on court cote à cote un moment. Je me rends compte que j’ai bien récupéré de la première montée, et je me sens fort. Je ne dirai pas que je suis « facile », mais j’ai encore une petite marge. Je me dis que je vais courir avec lui et essayer d’accélérer à un km du but environ, mais je vois au fur et à mesure qu’il a l’air de souffrir et que moi je me sens de mieux en mieux. Finalement, au bout de 2km environ, j’accélère doucement, pas franchement, et je vois qu’il ne suit pas, et c’est parti pour un contre la montre de 3km où je vais tout donner. Un peu avant, j’avais tenté la petite blagounette en disant quand on courait côte à côte : « allez, il est pas loin », mais finalement je n’étais pas si facile que ça, et je dois l’avoir juste soufflé, car Jérôme ne réagit pas. Je crois Belaubre qui a plus d’un km d’avance, et sa foulée est impressionnante d’aisance et de vitesse. Moi je suis en mode « arrache » pour essayer de creuser le trou le plus vite possible et dégouter mon adversaire. Au demi-tour, je vois Nicky et Anthony, mais j’ai du mal à décrocher un sourire ou un signe de la main. Elle m’encourage, et je vois que Jérôme n’est pas bien loin, une dizaine de secondes peut être. Il va falloir cravacher ! Par contre, je vois que le 4ème est loin. J’espère qu’en voyant cela, Jérôme va se dire : « allez, 3ème place assurée, c’est pas la peine de me mettre minable et de me battre pour cette 2ème place », et j’essaye d’en remettre une couche. Les dernières minutes sont très longues, on court à côté du lac, et j’essaye de calculer combien de km il me reste. Je ne regarde pas derrière et je continue à tout donner. On court sur les graviers et cela fait du bruit, j’ai toujours l’impression que quelqu’un est juste derrière moi. Finalement, on arrive à la fin, je me permets enfin de regarder derrière moi, je ne vois personne, et je savoure les 50 derniers mètres, il y a beaucoup de monde et d’encouragements, je suis très content et je finis 2ème donc.

J’ai l’impression d’avoir fait une très bonne course à pied, et le classement le confirme, 1er temps, quelques secondes derrière Belaubre en CAP (je me fais pas d’illusion, il a fait la CAP bien en dessous de ce qu’il peut faire, avec 5min d’avance, mais quand même, ça fait plaisir !).

J’arrive finalement avec 40s d’avance sur Jérôme et 4m40 de retard sur Belaubre. Moins de 5min, c’est une très belle perf à mon avis, mais finalement cela ne veut pas dire grand-chose car vu le manque d’adversaires, il n’a pas eu à faire la course à 100%. Le 4ème est loin, à presque 4min.

Je n’ai pas encore eu le temps de voir ma vitesse sur cette CAP, mais je pense avoir fait une très belle CAP.

J’échange quelques minutes avec Belaubre, très accessible et sympathique, puis je dois aller aider Nicky qui note les dossards avec Anthony au demi-tour. C’est reparti pour 2,5km, puis 2,5km retour avec Anthony dans la poussette, en guise de décrassage trop rapide ! Au podium, je monte avec Belaubre, hop photo souvenir, qui éclipse le podium d’il y a quelques années avec Jalabert, et voilà !

Impression quand même mitigée sur cette course. Content du résultat et de ma course à pied, mais un peu déçu de mon vélo. Je n’arrive pas à être constant et fournir un effort complet dans les 3 sports de manière répétée. Néanmoins, je suis content du niveau atteint, qui me permet d’aller chercher des podiums sur ces courses départementales, même en n’étant pas au top du top !

Par rapport à l'année dernière, où la course avait été difficile et je voulais absolument me rattraper, on peut dire que je suis content d'avoir pris ma revanche. Aux chronos ca donne, sur un parcours identique, aux transitions près qui ont été inversé entre T1 et T2: 7min de gagné au total (j’annonçais l'année dernière vouloir gagner 6-7min, gagné !).

Après cette course, c’est un peu l’inconnu. Avec la famille qui s’agrandit, je ne sais pas quel entrainement je pourrai faire ces prochaines semaines/mois, et à quelles courses je pourrai participer. C’est pour cela que Baudreix clôt la « première partie de saison », mais j’espère quand même continuer à faire des courses jusqu’à septembre, si tout se passe bien à la maison.

CR du S de Baudreix 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon
commenter cet article

commentaires