Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 20:32
CR du duathlon de Castres

Une belle opportunité de manqué !

Je prenais part ce WE au duathlon de Castres, format S (5/20/2,5). Je commence à être habitué à ce format et à y prendre de plus en plus de plaisir, c’était mon 3ème cette saison. Mais grosse différence avec les 2 précédents, cette fois il n’y a pas de drafting. L’occasion pour moi de me tester avec mon vélo CLM et tout l’équipement qui va avec (roue pleine, casque aéro) avant le rendez-vous des premiers triathlon, à commencer par St-Pée dans 2 semaines. Je pense que ce format m’avantage : moins de relance, moins de trajectoires à négocier, un effort plus régulier.

Comme c’est un petit duathlon (une centaine de participants), j’arrivais avec des ambitions, avec en ligne de mire la gagne, pourquoi pas ?

Le repérage du parcours la veille m’a permis de voir que le profil était sympa : plus ou moins plat pendant 15 bornes, une montée de 1 ou 2 km, une bonne descente, et on rentre.

Le matin il pleut… Mais je préfère cela que la météo de la veille finalement, où il faisait très beau, mais avec des bourrasques de vent qui faisaient que j’arrivais du mal à maitriser mon vélo. Aujourd’hui peu de vent.

Je pose le vélo, je suis en retard sur mon planning d’échauf, il n’y a pas de numéro de dossard sur les racks à vélo. Je suis numéro 49, je vois le 52 et 48 pas loin, je me fous au milieu et part m’échauffer.

Le speaker annonce les favoris : il y a le champion de Midi-Pyrénées 2105 (mais je sais pas dans quelle caté), un gars de Rodez qu’ils annoncent favori, et un gars du club de Rouen qui fait la D1 duathlon. Bon, en gros, ça va pas être facile pour la gagne ! Mais cela m’enlève un peu de pression : on verra bien.

Le départ est sympa, style cross ; on est aligné sur une ligne de départ de 30-40m de large, on va partir dans l’herbe pendant 100-150m avant de reprendre des chemins, mais assez larges pour ne pas devoir absolument sortir dans les premiers de l’herbe.

Ça part… mais alors vraiment comme des débiles ! Comme il n’y a pas de drafting, il n’y a pas intérêt à trop se cramer sur la CAP 1. Je me retrouve au moins 30ème au bout de 30m. Je me dis qu’à toutes les courses c’est pareil. Mais bon, au bout de 200m je suis 15ème et au bout de 500m je suis dans le groupe de tête. 2 fuyards ont déjà 20-30m d’avance sur nous. Je reconnais la trifonction de Rodez, et le deuxième doit être le rouennais. Je me dis qu’ils ont sans doute un niveau meilleur que le mien en CAP et je décide de ne pas faire l’effort pour recoller (j'en n'étais de toutes facons peut être pas capable). Cela dit, je passe rapidement en tête du groupe de chasse, et me voilà 3ème avec un autre gars, qui lâche quelques mètres à un moment donné, mais qui réapparait 1km plus loin pour prendre le relais de la chasse. On court à 2, et devant ils s’éloignent, mais restent à portée, le rodezien a d’ailleurs pris un peu d’avance sur le rouennais. J’ai un petit coup de mou vers le 4ème, et je m’accroche mais en essayant de bien écouter mes sensations pour ne pas me mettre trop dans le rouge. Je rentre au parc 4ème à quelques mètres du 3ème, qui a pris un peu d'avance sur 2 mini-bosses où j'ai essayé de ne pas me griller, et Nicky nous dit qu’on est à 25s du 2ème. 3m26/km GPS sur un parcours pas hyper roulant, avec un peu de marge, je suis plutôt satisfait.

J’arrive à doubler (incroyable !) le 3ème à T1 et me voilà en chasse sur le vélo. Je ne vois pas les 2 devant, et à vrai dire je suis plutôt en train d’espérer que le 4ème ne va pas me rattraper. Au bout de 2-3km, j’aperçois le rouennais devant et je me rends compte que je me rapproche petit à petit. Je me sens trop bien sur le vélo, de super sensations, bien posé en position CLM, le bruit de la roue pleine qui m’arrive faiblement à travers le casque. Bref, c’est plaisir ! Bon, j’appuie quand même fort sur les pédales, et je prends un bon coup de boost quand j’aperçois le gars de Rodez un peu plus loin devant. Bon, les 2 premiers sont là, et je reviens sur eux. Je continue à me rapprocher et je double le rouennais, qui est aussi en vélo CLM, au bout d’un peu moins de 10km. Le gars de Rodez est pas loin devant, et je le reprends moins d’un km plus loin, sur une petite portion montante que je fais en restant en position CLM, alors que lui s’est relevé. Il est d’ailleurs sur un vélo « classique ».

A partir de ce moment, je suis en tête ! Bon kif, avoir la moto ouvreuse devant. C’était un de mes « rêves », de faire la course en tête en vélo. C’est sûr c’est plus facile pour moi qui suis meilleur coureur que nageur de le faire en duathlon, mais c’était sympa quand même.

J’appuie bien fort sur les prochains km en me disant qu’il faut que je fasse un trou avec mes poursuivants car ils courent à priori mieux que moi. Si je leur reprends encore 30s, ça devrait être jouable pour la gagne ! Je commence à y croire, et je ne retiens rien dans les portions bien plates.

Sur la bosse, j’entame fort mais suis obligé de ralentir un peu sur la fin. Ensuite la descente se passe pas trop mal, jusqu’à l’intersection où on doit prendre à gauche en fin de descente. La moto va tout droit ! Moi j’avais reconnu la veille et ça fait tilt dans ma tête, et j’aperçois une flèche au sol qui indique à gauche. Mais la bénévole a l’air perdu et je crie « par où ? » pour me rassurer, et elle m’indique bien par la gauche. Gros freinage catastrophe mais le virage est négocié. Je finis la descente, en me disant que j’aurai pu revivre la même mésaventure que Baudreix 2013, mais là en étant 1er, j’aurai eu la rage !

Grosse relance avant la dernière ligne droite, et on aperçoit le parc. J'ai quelques crampes au mollet droit depuis quelques km, mais j'arrive à les faire passer en pédalant avec le talon; je les sentirai pas en course à pied heureusement.

Ça faisait un moment que j’entendais une moto derrière moi, et je me demandais si j’avais réussi à semer mes 2 compères. Je me disais que peut être un avait réussi à suivre, ou m’avait rattrapé dans la montée et descente, car sur le plat, apparemment j’étais au-dessus. Mais en arrivant, le speaker nous annonce tous les 3 ! Et mince, ils sont juste derrière, et le rouennais me grille même à la descente du vélo ! Ca faisait 10km que je les avais pas vu ! Nicky me dira que quand on est arrivé on était roue dans roue et elle s’est même dit : « tiens, c’est avec drafting finalement ? ». Bon, pour être franc, je n’ai jamais regardé derrière, donc je ne sais pas si les 2 derrière ont drafté ou pas. En tout cas, ils ont au moins profité de ma visu car j’ai repris environ 30s en 10km puis plus rien surles 10 suivants. J’avoue que c’est un peu rageant, et que forcément je les soupçonne d’avoir drafté, mais bon, c’est comme cela. L’arbitre principal avait dit qu’il fallait se mettre à 5m, et s’ils sont bien restés à 5m, ils étaient dans les règles mais bénéficiaient quand même d’un bon effet drafting. Il me semble avoir vu au moins un arbitre pas loin, donc j’espère qu’ils ont bien fait respecter les règles.

Quoi qu’il en soit, j’arrive dans le parc un peu abattu, car les 2 m’ont collé 30s en 5km en CAP1, ça s’annonce difficile. Le rouennais est devant, je suis 2 et Rodez est 3 à l’entrée du parc; on est à la queue leu leu. Je vais pour poser mon vélo mais… mais… Put… où il est mon emplacement ? Je fais demi-tour, re-demi-tour… Il n’y a pas de numéro, je suis complètement perdu. Je n’ai pas du tout pris de repère, complètement oublié ! Je n’arrive pas à voir mes chaussures… Je commence à marcher, à regarder chaque paire. Les 2 compères sont déjà loin et j’ai toujours pas mes chaussures. Je pose mon vélo contre le grillage et continue à chercher. Un arbitre vient me dire quelque chose, j’imagine que c’est à propos du vélo qui ne peut pas rester là, mais je lui dis que de toutes façons j’ai pas mes chaussures et qu’il n’y a pas d’emplacement désigné pour le vélo. Je sais la course perdue, je suis deg, et je me dis que quelqu’un a du prendre mes chaussures. Je me dis que je vais partir pied nu quand enfin je les aperçois… Je récupère mon vélo, le met à l’emplacement, et enfile enfin mes chaussures. Pendant ce temps, le speaker et à peu près tous les observateurs n’y croient pas et sont dégoûté (ou gêné ?) pour moi, Nicky ka 1ère ! Anthony lui, devait être content de voir son papa pour plus que quelques secondes !

A la vue de mon fichier GPS, j’ai perdu 1m15 à chercher mes chaussures ! Quand je pars enfin, j’entends le speaker qui annonce les 4/5/6 qui sont là. Je suis perdu et je ne sais pas s’ils m’ont déjà doublé. Je demande à Nicky si je suis encore 3ème quand je pars et elle me dit oui.

J’essaye de me remotiver, pas pour aller chercher une place que je sais perdue, mais pour faire une bonne CAP dans l’optique des prochaines compets. Mais le cœur n’y est plus trop. J’essaye tout de même d’insister. Au bout d’un km, je me retourne pour voir si le 4ème est loin mais je ne vois rien. J’avais repéré la veille quelques endroits où je m’étais dit « quand tu arrives ici, tu accélères », mais je n’ai pas pu, ou pas su. J’ai quand même gardé un bon rythme jusqu’au bout, et j’ai même aperçu le 2ème vers la fin. 3m25/km GPS, donc à peu près identique à la CAP1, sur cette deuxième CAP, d’environ 2,5km. Sans doute un peu plus roulant le parcours quand même.

A la lecture des résultats, le deuxième arrive 1m05 devant moi, et le 1er 1m19. Avec 1m15 de perdu, cela veut dire que j’étais dans les temps et que j’aurai sans doute pu me battre pour la victoire. C’est rageant, mais bon, c’est ma faute !

Je suis quand même content de cette course car :

1. J’ai confirmé enfin mes dispositions entrevus cet hiver en vélo, en signant sans doute le meilleur temps vélo, ou pas loin (je dis sans doute car je n’ai pas encore les résultats avec le détail des disciplines). Je reprends plus de 30s en 10km à 2 gars qui sont relativement connus dans la région, même si je crois que c’est plutôt la CAP leur point fort. 36,5km/h de moyenne pour 21,6km, et 150m de D+, et 38,7km/h de moyenne sur la première partie de 10km à peu près roulante (0,3% de pente d’après le logiciel) mais sur un revetement pas top. Bon, 38,7km/h, c’est pas si impressionnant que ça, je devrais tenir au moins 40km/h sur un parcours bien roulant, donc c’est surtout la différence avec les premiers et les bonnes sensations que je retiens. En terme de puissance, je suis au niveau de mes meilleurs triathlons S de 2013/2014, mais pas mieux. J’espère faire encore mieux à st Pée dans 2 semaines, mais ca me rassure.

2. Sur la deuxième CAP, je fais jeu égal avec 2 bons coureurs de la région, c’est également bon signe sur ma capacité à enchainer la CAP après le vélo, qui reste mon point fort.

Voilà, j’ai peut être laissé échapper une victoire, et ca fait quelques fois que je passe tout près. J’espère que ce sera pour bientôt. Pas à st Pée où le niveau sera trop élevé, mais peut être sur les prochaines compets ?

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon
commenter cet article

commentaires