Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 00:00

2. Mon tout premier duathlon!

 

les résultats ici

quelques photos : ici

La 3ème partie du triptyque à découvrir ici

 

Après cette belle entrée en matière, place à la récup dans la pizzeria du coin. On en profitera pour suivre les JO sur la télé belge, et voir la médaille d'or de Lavillenie, alors que des belges à coté commentent: "j'espère que c'est pas encore un francais!". Et si!

Mais bon, entamons ce récit par une anecdote croustillante, car je vous en sais très friand. 

Sur les duathlons et triathlons, il est d'usage, et souvent imposé, de porter le dossard devant pendant la course à pied, et derrière pendant le vélo. Lorsqu'un seul dossard est fourni par l'organisation (ce qui était le cas), il convient d'attacher le dossard sur une ceinture élastique, appelée porte-dossard. Cela permet, en tournant la ceinture, de mettre le dossard à l'arrière ou à l'avat en un clin d'oeil. Jusque là tout va bien, tout triathlète digne de ce nom possède cette dite ceinture.

Là où ca se corse, c'est quand le triathlète (en l'occurence moi) oublie son porte-dossard. Passé un moment de panique où je me voyais perdre 2min à chaque transition, Nick me donne la combine: le sacrifice d'un magnifique slip pour récupérer l'élastique.

Et ben pas le choix, j'ai testé pour vous la ceinture porte-dossard/élastique de slip; vous me croyez vous me croyez pas, mais ca passe nickel!

Le lendemain réveil vers 7h45 pour petit dej gavage chez nos hotes. La course de ce WE n'étant pas vraiment un objectif majeur, je décide de me faire plaisir et de prendre un vrai petit dejeuner. On trainasse un peu, et finalement on arrive un peu à l'arrache sur le site du duathlon, une nouvelle fois sur le barrage de la Gileppe. Point de vue magnifique, surtout quand il fait beau comme ce WE!

Je retrouve Nick, je lui montre fièrement mon porte dossard, on discute un peu, et on se place dans les premiers rangs. Un petit bisou à Nicky avant de partir, pour se donner du courage, et c'est parti!

Le duathlon consiste à enchainer 5km de CAP, 24km en vélo, puis une nouvelle fois 2,5km à pied.

Cette fois-ci, je pars plus prudemment, car je ne veux pas "exploser" avant de prendre le vélo. Je laisse partir le groupe des "favoris", et me retrouve environ 12ème. Je suis assez surpris par le niveau élevé à pied, je pensais pouvoir jouer une place au général, mais ce sera impossible avec les lièvres devant.

Les premiers 2,5km sont un A/R sur le bitume, quasi plat. Sur ces premier km, je reste derrière un gran pour m'abriter, mais je sens qu'il commence à ralentir. Je déboite donc pour passer devant. A ce moment, il décide d'accélérer pour me repasser devant. Très bien, pas de problème, je me recale derrière. Sauf que 5 secondes plus tard, il décélère de nouveau. Je repasse devant, il réaccélère. On continue ce petit manège 3 ou 4 fois, jusqu'au craquage du personnage. J'ai pas bien compris la tactique, mais ca m'a permis de me divertir un peu. Devant moi, il y a maintenant 4 gars du meme club, Speed-X, qui courent en groupe. Je me rapproche petit à petit, et avant les 2,5km, l'un deux craque devant et je le reprends bien vite. La deuxième partie du parcours consiste en une longue montée de quasi un kilomètre, puis le retour jusu'au départ. Sur la montée, je reviens sur les Speed-X et les double assez facilement. Mais vient maintenant la descente. J'essaye de bien allonger la foulée, sans me mettre trop dans le rouge, car le vélo arrive. J'en ai profité pour regarder qui du triptyque était devant moi, et sans surprise, le néérlandais est devant. Mais je suis deuxième, Nick est derrière.

J'arrive à la transition 8ème. J'en sortirai 12ème (!) après une transition vraiment mal négocié. Car non seulement j'avais oublié ma ceinture porte-dossard pendant ce WE, mais aussi mes lacets élastiques pour mes chaussures. J'avais des lacets normaux, et le mettage et enlevage de chaussures s'en retrouve plus complexe. Mais de toutes facons, cette saison je n'ai pas mis l'accent sur les transitions et ca commence à se voir.

Ces premiers 5km sont courus en 17m43. Je ne sais pas s'il y avait vraiment 5km, car ce temps me parait trop bon pour être vrai, étant donné le dénivelé.

Le vélo est assez accidenté. On est supposé faire une grande montée de 6 ou 7km à 5%, puis redescendre, avant de finir par quelques km de plat.

Les premiers km sont plats, et je constate avec surprise que je ne me fais pas déposer par les duathlètes autour de moi. Mieux, j'en reprends 2 ou 3 dans la partie plate. Il y a pas mal de virages et de petits coups de cul. J'attends avec impatience la montée, car je pense pouvoir faire la différence à ce moment là. Mais chaque début de montée se solde par une petite descente, et je me demande quand va commencer la vraie montée. En fait, je ne m'en rendais pas compte, mais à chaque fois les descentes étaient très courtes, et on avait déjà entamé le "col" de 6-7km. Un concurrent du triptyqye, Victor Richard, me double juste avant le début de la montée. Quelques km plus loin, en montée, je repasse devant et me dit: "c'est bon, c'est un rouleur, je vais pouvoir prendre de l'avance en montée". Mais, non, finalement il accélère en montée et s'éloigne petit à petit. Il m'a mis ma dose! On arrive sur une route plus grande, toujours en montée, mais en ligne droite. Je vois loin devnt moi, il y a pas mal de concurrents, et je reviens petit à petit sur eux, au prix d'un effort important.

Puis, on bascule dans la descente, et je fais de mon mieux pour prendre de la vitesse, mais j'ai du mal à appuyer sur les pédales, et j'ai plus tendance à me laisser porter où juste à entretenir ma vitesse. Je jette un petit coup d'oeil sur ma montre: ca fait 32 minutes que l'on fait du vélo. Nick ne m'a toujours pas passé, je me dis que c'est pas mal, et que même s'il me double maintenant, je devrais pouvoir le reprendre dans la 2ème CAP. A peine ai-je eu le temps de me dire cela que voici un bolide qui passe, en m'encourageant: c'est Nick. J'essaye de me motiver à ne pas perdre trop de temps, mais sur cette fin de parcours roulant, je ne fais pas le poids (jeu de mots!).

On arrive à la 2ème transition, je me sens pas trop mal, j'espère réussir à bien courir.

Je fais le 8ème temps vélo, ce dont je suis très content, à 1min de Nick, et 2min des meilleurs. Environ 35km/h, une moyenne assez inespérée étant donné le profil montagneux et le revetement très limite sur les 10 premiers km.

Je pose en 10ème position, et je vois débouler dans le parc à vélos un triathlète du speed-X. Il repart quelques secondes devant moi, et malré son gabarit plus rouleur que coureur, il part à bloc en CAP. Je reviens sur lui petit à petit. Il craquera au bout de quelques centaines de mètres...

J'apercois Nick devant moi, à une quinzaine de secondes, et je me fixe comme objectif de le rattraper. Mais l'écart ne diminue pas vite, et je commence à douter de ma capacité à le doubler. Au demi-tour, je me suis quand même bien rapprocher, mais les derniers mètres sont difficiles à combler. Je réussis enfin, et me cale derrière pendant une centaine de mètres, puis je passe devant. J'essaye de garder un rythme soutenu, mais sans donner d'accélération brusque, pour que Nick puisse se caler derrière, mais je sens au bout d'un moment qu'il est en train de décrocher. J'accélère alors pour essayer de reprendre du temps devant, mais finis finalement 9ème, juste devant Nick, mais quand même à 4m40 du 1er.

La 2ème CAP a été rapide, en 8m35 pour 2,5km, 4ème temps à 12s du 1er. Pour le coup, je suis un peu décu de ce temps. Pour 2,5km, je pensais pouvoir faire mieux.

Après la course, on discute un peu avec Nick et Victor. Pour moi, les 2,5km m'ont fait bien mal, et Nick me dit qu'il en a gardé sous le pied pour demain: "ca ne ert à rien de se déchirer pour gagner 15s sur 2,5km si c'est pour avoir les jambes dures demain et perdre 2min". Et pas con, ca, j'aurai peut être du y penser. Les jambes dures, je les ai déjà, et j'avoue qu'en vélo, j'avais du mal à m'imagier enchainer 46km difficiles le lendemain.

Victor est au taquet au niveau du classement du triptyque et il nous informe: le néerlandais, 3ème des 2 épreuves, est loin devant et semble intouchable. Lui a fini 10s derrière Nick le trail, et 20s devant moi le duathlon. Ce qui fait qu'au classement, j'ai environ 2min d'avance sur Nick et Victor, à peu près ex-aequo.

J'ai le temps de voir et d'encourager Nicky, qui part sur ses 2,5 derniers km. Elle est loin en tête des filles du triptyque et 4ème ou 5ème fille un duathlon. Espérant une 3ème place, on rentrera vite au gite se doucher en 2-2, pour revenir pour la remise des prix, pour découvrir qu'elle fait 4ème... Dommage!

C'était mon 1er duathlon, et je suis assez content du résultat, même si j'espérais mieux faire, car ma discipline forte était prédominante. Mais finalement, comparé aux duathlètes, mon niveau en course à pied n'est pas si bon que ca. 

A la vue du classement, je peux nourrir quelques regrets, car je finis 9ème, mais le 5ème est à 30 secondes. Avec un peu plus de fraicher, de gnaque, et des meilleures transitions, cette 5ème place était largement à ma portée.

J'ai quelques appréhensions pour le lendemain, quelques douleurs au pied, mais globalement le WE se passe bien. On va en profiter pour passer un après midi tranquille avec des amis de Nicky du coté de Namur, avant le gros morceau du WE, le triathlo de dimanche. Et vous en saurez plus au dernier chapitre de ce triptyque de CR!

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans CR complet
commenter cet article

commentaires