Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 11:00
les résultats ici
le CR du longue distance du lendemain ici
Le 10ème !

Trêve de suspense ! Le 10ème, c’est le 10ème podium de ma « carrière », quasiment 2 ans jours pour jour après mon 1er le 25 septembre 2011 à Toulouse, et déjà le 7ème cette saison!
 
La semaine précédente était consacrée principalement à la récup de l’half IronBask et à l’entrainement de Nicky en vue de Hawaii ! Mais j’avais quand même dans un coin de la tête ce sprint, car je me disais qu’il y avait une chance de gagner cette course. C’était ma dernière chance de 2013 car le lendemain, le longue distance comportait quelques pointures avec qui je ne peux pas (encore ?) rivaliser.
L’objectif était donc de tout donner samedi au sprint, de faire un bon résultat, et de courir libéré le dimanche le longue distance, pour le plaisir !
 
Ils annoncent très beau temps pour ce WE, mais il fait quand même 10 degrés au réveil. Heureusement, le départ est à 11h, et il fait bon à cette heure-là.
Pour cette course, j’étrennais mon nouveau bidon, j’ai nommé l’aéromilk, évolution améliorée de l’aérodrink, mais coutant beaucoup moins cher… aeromilkL'aéromilk en test soufflerie. Enfin, ca c'était avant le drame bien sur...
 
A part ça, je ne me prépare pas correctement, j’arrive au dernier moment au parc à vélo, et j’ai à peine le temps d’enfiler ma combi, essayer de la relever le plus possible, faire quelques tours de bras, et aller dans l’eau. Le départ est dans l’eau, il est large, et je peux me placer sans difficulté en 1ère ligne. 5 secondes plus tard, le départ est donné.
Je n’ai pas l’impression de faire un bon départ, et je lutte pour nager droit et me défaire de quelques concurrents un peu trop collant (à moi que ce soit moi qui était trop collant…). En levant la tête, j’ai l’impression que la tête de course est déjà loin et bien fournie. Je ne subis pas trop mon manque d’échauffement, et j’arrive à bien nager, en dosant mon effort comme il faut.
En sortant de l’eau, on m’annonce 9ème ! Alors là je m’y attendais vraiment pas, je pensais être 20ème. Du coup je me remets à espérer une bonne place.
Finalement, je fais une bonne natation, car je perds 1m10 sur le 1er. Il faudrait vérifier, mais je crois que j’ai jamais autant limité les écarts en natation.
 
Je remonte tranquillement au par cet me fait doubler par un gars avant la transition. J’ai appris à ne pas courir trop vite en T1, pour reprendre mon souffle et réussir à bien respirer sur le vélo.
Si vous avez bien suivi, j’avais dit que j’allais m’entrainer à monter sur le vélo un peu mieux pendant ma semaine à Mimizan. J’ai essayé, mais je n’ai réussi qu’à me faire peur et mal à l’adducteur. C’est donc décidé, je ne ferai jamais de saut de cabri pour enfourcher mon vélo ! Par contre, je n’ai pas encore renoncé aux élastiques, mais là j’étais trop à l’arrache pour l’essayer. Je pars donc comme d’habitude, et après avoir bien réussi à mettre mes chaussures, c’est parti !!!
 
Ya pas mal de monde devant, je double assez rapidement quelques concurrents, et je me mets à penser que devant ils ne doivent pas être nombreux.
Entre temps, je n'arrive plus à aspirer par la paille de mon aéromilk. J'allais tellement vite que la force du vent à déchiré ma paille dis donc ! Faudra que je pense à investir dans de vraies pailles à toute épreuve. L'aéromilk a perdu une bataille mais pas encore la guerre!
Le parcours est un A/R donc je peux me situer. Il y a un peu de circulation et des rond-points, donc c’est pas évident, mais les bénévoles nous indiquent bien le chemin.
J’aperçois le 1er qui est sur le retour, et il a pas mal d’avance. Je pense être 3ème, mais j’aperçois ensuite les 2 et 3 qui reviennent aussi, puis le 4ème ! Mince, je suis 5ème en fait…
Bon, juste après le demi-tour, un gars me passe en me disant un truc du genre « allez ils sont pas si loin, on peut revenir en prenant des relais réglos ! ». Je dis d’accord sans trop réfléchir. On est 3, pas roue dans roue, mais vraiment à la limite. Au bout de 30s, le 1er s’écarte, et le deuxième prend les commandes, mais je trouve que l’on ne va pas assez vite et je suis trop dans les roues. A peine a-t-il commencé son relais que je passe devant et je me dis : « tu roules pour toi, on oublie les relais », et je suis en colère de ne pas avoir refusé l’offre du gars. Bon, de toutes façons, je ne les reverrai plus. Je sais pas s’ils ont roulé dans mon aspiration, mais j’avais confiance en mes capacités de coureur, je ne me soucie pas de qui il y a derrière.
Je reviens sur le 4ème qui a l’air à la peine, puis sur le 3ème, puis plus rien. La circulation est un peu dense, et je double un véhicule par la gauche quand un autre concurrent arrive en face. Il me fait signe et me crie quelque chose. Je crois que c’est pour m’engueuler d’être passé de l’autre côté de la voie (j’aurai d’ailleurs pu prendre un carton, mais je me souviens plus si la ligne était pleine). Je me dis que ca va, il y avait largement la place. C’était en fait mon père qui m’encourageait !
C’était la première course que l’on faisait ensemble, mais avec mon nouveau casque je n’entends quasiment rien.
 
Je vois ensuite 2 gars devant et je me dis que je suis en train de revenir sur la tête de course. Je reviens petit à petit, c’est trop bon. Mais bientôt la partie vélo se termine, et je me suis bien rapproché quand même, ils sont peut-être 10 secondes devant. Je me dis que la gagne est vraiment jouable.
Je suis surpris par la ligne de descente, ca m’apprendra à ne pas écouter le briefing, et je n’ai pas le temps d’enlever mes chaussures avant. Je déclipse et suis obligé de courir avec les chaussures de vélo 100m, le temps de faire le tour du parc avant de re-rentrer et d’aller quasiment à l’autre bout du parc ! C’est vraiment dommage d’avoir perdu ce temps là. En plus, je dois enlever mes chaussures près de mon vélo.
Je signe le 5ème temps vélo, assez loin des 2 premiers (1m30), mais à 20s du 3ème. En comptant mes transitions pas terribles, je suis satisfait. Une fois lancé, je fais à peu près du 41km/h.
Au final, je me rends compte en rentrant dans le parc que je ne suis pas 3ème mais 4ème. J’ai du mal compter au demi-tour, et le premier est toujours devant.
D’après mes souvenirs, je descends du vélo à peine 10 secondes derrière le 2ème et le 3ème, mais à l’entrée du parc (après 100m à courir avec mes cales donc), ils ont déjà 20 secondes d’avance, et je sors du parc 5ème, un concurrent m’ayant repris une quinzaine de secondes dans le parc. Bref, transition vraiment moyenne…
Mais j’ai de bonnes jambes, et je me dis que je vais tout donner. Le 4ème part vite, très vite. Je m’accroche comme je peux. 500m plus tard, il ralentit gentiment et moi je le passe sans trop de problèmes. J’aperçois le 3ème pas très loin, et je reviens assez vite sur lui. Le 2ème est encore un peu plus loin, et j’ai plus de mal à me rapprocher. Il y a un demi-tour également sur la CAP, et je croise le 1er, qui a trop d’avance pour que je puisse espérer revenir. Mais je reviens sur les pas du 2ème au demi-tour (2,5km). Il m’aperçoit et son allure augmente légèrement. Je pense à me laisser décrocher, mais finalement j’arrive à me motiver et à me dire que j’exploserai physiquement avant de lâcher mentalement. Je m’accroche pendant 1km, 1,5km, puis je pense qu’il doit ralentir, car je me porte à sa hauteur, et là je pense que c’est lui qui a lâché car il me dit « bravo » et commence à ralentir. Je l’encourage aussi, mais il ne ralentit pas tant que ça le bougre. Je continue à allonger pour essayer de le décourager. Je fais le trou et me dit que c’est bon, mais je veux pas prendre de risques, je sais qu’il reste moins d’un km, et je continue à me faire mal. J’aperçois Nicky qui m’encourage, je lui demande un écart et elle me dit « 1m30 devant ». Oui bon, en fait c’est derrière que ça m’intéresse ! Elle me dit « 20 secondes », et je regarde un peu derrière, j’arrive à la ligne d’arrivée, et je peux lever les bras en 2ème position.
Encore un podium sur sprint, et le 1er pas sur la 3ème marche ! C’est mon 6ème podium d’affilée sur sprint (1 en 2011, 2 en 2012, 3 en 2013).
Je suis très content de ma course, car le niveau était loin d’être médiocre. Jérome Becht, qui finit 3ème, m’avait collé 7 minutes au CD de Biscarosse, et 10 à celui de Mimizan l’année dernière. Mais bon, il avait l’IM de Vichy couru 3 semaines avant dans les jambes (9h dont 3h de marathon quand même !). Le 4ème est un ancien athlète de haut niveau ayant couru des coupes d’Europe sans être ridicule (il y a 10 ans quand même).
J’ai fait un vélo solide, et j’ai réussi à très bien courir. Je fais le meilleur temps CAP+t2, malgré ma transition pas terrible (le 1er temps officiel est un handisport en fauteuil roulant). 5,14km GPS, donc environ 5,09 réel. En enlevant mon temps de transition, je les cours environ en 17m40, soit 17m21 ramené à 5km. Sur un parcours à peu près plat (une mini bosse) mais avec la moitié sur des chemins où le rendement n’est pas forcément maximum, je suis très content.
Mon père finit 1er de sa caté (sur 2, mais il n’y a pas de petite victoire !), et avec le sourire.
 
L’aprem, petite reconnaissance du début du parcours vélo du lendemain, tranquilou. On va jusqu’au pied du Soulor, mais on s’arrête là, même si ca me démangeait d’aller plus haut. On attendra le lendemain !

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans CR complet
commenter cet article

commentaires