Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 09:32

Quelques photos dispos ici

Les résultats dispos ici.

Je n'ai pas encore écrit de CR court, désolé, peut être dans quelques jours.

Le CR de la course de la veille, le sprint, est consultable.

 

Ca casse et ca passe!

 

Alors que je pensais avoir une longue soirée tranquille pour bien récupérer et écrire mon CR de course, j'arrive à l'hôtel à 20h20, après la remise des prix qui s'est éternisée. L'hôtel du resto est fermé. Je pars direct pour chercher à manger et heureusement un hôtel pas trop loin fait aussi resto. 45 minutes, 15 euros, et un pavé de saumon et des pates cuites exprès pour moi plus tard, je peux enfin me poser après une bonne douche.

La soirée sera consacrée à la préparation du vélo (cette fois-ci j'accroche les chambres à air bien mieux) et au visionnage des Simpson. Dodo un peu avant 23h. Je me sens pas trop fatigué et motivé pour le lendemain.

Le petit dej de l'hôtel est servi à partir de 8h. Ca fait juste, pour un départ à 9h15. Mais ca va passer! Heureusement, ca ouvre finalement à 7h45, et je déjeune très vite.

 

J'arrive dans le parc à 8h30.

Préparatifs classiques. Caca de la peur dans la broussaille à coté (et oui, yavait pas de toilettes...). Puis direction le lac.

 

La veille, j'avais regardé le parcours natation, et je me faisais une joie de nager: on devait faire un parcours en "trèfle", et même faire le tour d'une petite île. Bref, un parcours varié et qui paraissait bien sympa, que je me faisais une joie de découvrir ce dimanche matin. Mauvaise surprise au briefing:

"Bon vous allez faire 2 aller-retour parallèle à la plage, avec sortie à l'australienne." Super! Un parcours on ne peut plus classique, je sais pas pourquoi ils l'ont changé au dernier moment.

Heureusement, il fait beau, il fait bon, il va faire chaud...

N'ayant pas pris de crème solaire sur le sprint, j'avais pris déjà un beau coup de soleil. Sur le half, j'avais prévu d'en demander dans le parc, mais j'ai oublié. Le résultat est 2 belles ailes dans le dos, qui mettront un moment à s'estomper...

Mais passons. Départ dans l'eau. Comme la veille, la ligne de départ n'est pas surpeuplé, et je suis à l'opposé des "meilleurs". Mais contrairement à la veille, je nage dès le départ sans avoir à me battre. On est que 100 au départ il faut dire. Je pose tout de suite ma nage. C'est bon, il fait beau, tout va bien.

 

Pas grand chose à dire sur cette nat. La 1ère bouée est assez loin, donc la sélection se fait avant et il n'y a pas de problème. Cette fois-ci je fais l'extérieur, et ya vraiment une différence, on perd bien 5-10 secondes à faire l'extérieur. Je me concentre sur ma nage, et en particulier sur mes passages de bras, bien souples, je vais chercher bien loin, comme j'ai vu faire un minime la veille sur le Découverte. Du coup, j'ai l'impression de mieux nager.

Je suis un poisson-pilote en combi bleue pendant un moment. Les gars à coté ont l'air d'avoir une bonne glisse. C'est que je dois pas être trop mal non plus. J'aperçois un paquet assez gros un peu derrière à ma gauche. Devant mon poisson-pilote, personne. Je décide de rester derrière sagement, même si j'ai envie de doubler. Sur le retour vers la plage, on passe à coté d'un dock. Notre chemin avec combi bleue se sépare. J'essaye de tracer tout droit. Lui aussi sans doute. Mais faut croire que nos "tout droit" devaient être différents. Il me prend quelques longueurs d'avance avant d'arriver à la sortie à l'australienne.

Pour une fois, je ne regarde pas devant pour voir combien sont devant moi. Derrière, le paquet a disparu. Pour rerentrer dans l'eau, on a pied assez longtemps, et je fais 3-4 mouvements de dauphin. Quand je me remets à nager, je me sens très essoufflé et me dis: "c'est une belle connerie cette technique du dauphin!" Mais c'est marrant de le faire!

 

Je me reconcentre sur ma nage et rattrape combi bleue. On fera toute la 2ème boucle ensemble. Moi dans ses pieds les 3/4 du temps. Puis sur les 300 derniers mètres, on est cote à cote et on arrive ensemble. Mais je passe devant à la sortie de l'eau.

 

Il me semble entendre "11!" quand je passe. Au début je n'y crois pas, mais ensuite, je me dis qu'on était que 100, que le format half n'est pas fait pour les bons nageurs, alors pourquoi pas?

 

Je double une ou deux personnes dans la montée au parc, mais je pense qu'ils ont dû me redoubler après une nouvelle transition pourrie.

 

La parcours vélo est comme hier: des bosses des bosses et des bosses. Cette fois-ci un peu plus longues, ya même un col. Au briefing, ils nous avaient mis en garde: 4km de montée, mais 6km avant en faux plat montant. Quand ya du vent, il nous dit que ca se monte à 18km/h le faux plat. Heureusement aujourd'hui il n'y a pas de vent qu'il nous dit. On y reviendra...

Donc 2 boucles: une de 37 bornes, la 2ème de 60 bornes, pour 97km et 1200m de D+ annoncés. Rien de bien affolant à priori, après Gerardmer et ses 94 bornes pour 1900m de D+.

Le début du parcours est le même que le sprint. J'avais beaucoup hésité à prendre mes 2 bidons pour ne pas avoir à les jeter lors des ravitos, le 1er étant à 37 bornes. Finalement j'en ai pris qu'un. Bonne pioche! Le 1er ravito est dispo dès le 1er km!

 

Ca y est la course est lancée. Je suis bien, je reviens sur quelques mecs, puis un mec de Pau me dépasse à toute allure. Impossible de le suivre. Au bout de 10km, un autre me passe. Cette fois-ci je reste avec lui. Impressionnant le mec, il fait toutes les montées en danseuse. Je l'ai pas vu poser le cul sur sa selle pendant 1 ou 2km! Juste avant qu'il ne me double, j'avais perdu mon bidon, le revêtement l'ayant fait sauté de son porte-bidon. Cette fois-ci, je m'arrête illico, j'allais pas trop vite heureusement, fait quelques pas en arrière et le récupère. Il fait très chaud et c'est mon beau bidon de Gerardmer!

Je monte donc avec le gars qui m'a doublé, tout en souplesse. Je me dis qu'il est en train de s'exploser les cuisses. On double quelques mecs, et au bout de la 1ère grosse montée, il prend quelques dizaines de mètres d'avance, puis on plonge dans une descente technique. Lui sait descendre, pas moi. Je le reverrai plus.

 

Après le descente, Je reviens doucement sur un groupe de 3 coureurs: dont un mec des Sardines (club de tri de Marseille) et un gars qui a une trifonction aux couleurs de la Jamaïque. Après être revenu sur eux, je reste derrière car ils avancent pas trop mal, et il faut que je récupère, j'ai un peu forcé sur la montée pour rester avec le mec (que j'ai perdu dans la descente). Vient la montée, et je prends les devants du groupe. Je suis obligé de forcer car le 1er accélère quand je suis en train de le doubler, le con! Puis je ne regarde plus derrière moi. Mais un coup d'oeil à gauche et je vois qu'il y en a un dans ma roue. J'entends un peu plus tard une moto (donc sans doute un arbitre), je me retourne, et miracle, le gars est 10m derrière... J'en profite pour accélérer un peu, pour empêcher le gars de recoller à ma roue. C'est bête car après il y a la descente, mieux vaut faire la descente derrière quelqu'un. Mais je me dis qu'il vaut mieux prendre un peu d'avance. Je fais la descente à bloc, elle est moins technique, c'est plutôt pour les grosses cuisses!

Aux 3/4, le mec des Sardines me double. C'était bien la peine. Je suis donc sa trajectoire, je vois bien que je vais plus vite du coup. Encore quelques montées (on est revenu sur le parcours du sprint) pour cloturer la 1ère boucle, je repasse devant. On repasse par le rond-point du départ, on prend les encouragements qui viennent, j'essaye d'écouter si on annonce mon classement, mais je n'entends rien.

 

Je fais le début de la 2ème boucle, qui est identique à la 1ère, assez fort, et au bout d'environ 4km, sur la fin d'une mini bosse, ma chaine déraille. Bizarre, j'ai fait tout comme d'hab. Je m'arrête, je la remets. Je suis un peu surpris de voir le jamaïcain me passer dès que je pose pied à terre, je pensais l'avoir semé... Je repars, ca redéraille, alors que je n'ai pas touché les vitesses. une voiture de l'orga s'arrête, me demande si j'ai besoin de quelque chose. Je leur dis que c'est rien.

Je remonte sur mon vélo, mais la pédale ne veut pas tourner. Quelque chose cloche. Plusieurs coureurs passent. Je commence à être dégouté. Je ne comprends pas ce qui se passe, mais je suis étonnamment calme. J'essaye d'analyser la casse.

Les gars de l'orga sont sortis de la voiture et sont autour du vélo: "ah ouais, la chaine est décalée, comme ce qui est arrivé à Philippe". Super, ca m'aide beaucoup, mais le chaine, elle se décale pas toute seule. Enfin, ils m'aident bien quand même, ils surélèvent le vélo pendant que je trifouille le dérailleur. J'arrive pas à comprendre ce qui bloque.

 

Enfin je vois: un maillon de la chaine est cassée et ne tient plus que par un coté. Le maillon est pris dans le dérailleur. Je me dis que ma course est finie. Je suis dégouté mais je reste serein. A ce moment, je me pensais pourtant 7 ou 8ème, et plutôt en forme. Je demande tout de même s'ils ont un dérive chaine. Négatif. Je réfléchis, puis décide de rentrer, on n'est qu'à 4km du parc. Je casse définitivement le maillon, enlève la chaine, et la file aux mecs. Puis je rentre à pied.

Je me dis, "ca y est, premier DNF, tout ça pour ça". Puis je commence à me demander comment je vais rentrer. Il faut que je passe à l'hôtel puis à la gare, tout ca en vélo, ya au moins 15km. je me dis qu'il faut que je rachète une chaine et me sens con d'avoir laissé ma chaine aux gars, j'aurai peut être pu trouver un dérive chaine. Mais je la pensais morte et ne voulait pas prendre le risque d'abimer le reste de ma transmission (et dégueulasser ma trifonction en la mettant dans une poche...).

Bref, je m'étais dit que cette chaine commençait à avoir fait son temps et qu'il fallait la changer, mais de là à la casser en pleine course, je suis un peu deg.

Je me dis aussi qu'il y a un stand de vélo près du parc, et qu'ils pourront peut être me dépanner. Je reprends espoir et me dit que je pourrai peut être même repartir sur la course. Je ne suis pas si dégouté que ca finalement, cette perspective de pouvoir repartir m'enchante. Pendant un moment, je m'étais même dit que j'allais attendre les 1ers au parc, puis partir courir le semi avec eux, mais ca aurait pas été hyper fair play, et aurait pu influencer le résultat de la course.

Me voilà donc à pousser mon vélo sur le plat et les montées, et descendre en roue libre les descentes. Au bout d'un moment, je fais la technique de la trottinette sur le plat, ca avance plus vite, puis j'enlève complètement les chaussures, que je laisse sur les pédales, pour éviter d'user les cales. Sur les montées trop pentues, je suis obligé de pousser le vélo à pied.

 

A chaque embranchement, les bénévoles me demandent ce qui se passe... Je croise tous les mecs qui continuent leur course. Il y en a un paquet!

J'arrive enfin au parc et demande aux bénévoles où je peux trouver une chaine. Le speaker prend le relais et demande au micro au gars du stand de venir me monter une nouvelle chaine. Il arrive au petit trot et m'installe la chaine. Je trouve qu'elle pendouille un peu, mais lui me dit que ca passera pour la course. Soit. Je remercie tout ce petit monde et je repars.

Entre temps, la voiture balai est arrivée. Les bénévoles lui font signe de m'attendre. Je leur dis que je reviendrai vite sur les derniers, ils auront pas à m'attendre au final.

Je repars bon dernier, avec la voiture balai derrière, sous les applaudissements du public, que le speaker avait mis au courant de ma situation: "Oui, Benjamin Feraud, qui vient de Nanterre, a fait le sprint hier, et malheureusement a cassé sa chaine alors qu'il était en bonne position, etc...". Moi qui rêvait la veille de courir derrière le vélo ouvreur, me voilà devant la voiture balai. Mais je suis finalement plus heureux de pouvoir repartir que dégouté d'avoir perdu tout ce temps.

Pendant qu'ils réparaient, le speaker et les bénévoles me questionnent:

"T'as cassé où?"

"A 3km d'ici environ" (en fait 4km)

"Et t'étais bien classé"

"Je crois oui, je pensais être dans les 10"

Le speaker a l'air dubitatif, il me dit plutôt dans les 20.

Au final 40 minutes perdues avant de pouvoir repartir. Plus les 4km à faire une nouvelle fois. J'ai regardé sur mon Polar, ca fait environ 49 minutes entre le moment de mon 1er déraillage et le moment où je repasse au même endroit.

 

C'est donc reparti pour la longue remontée. Je double le dernier assez vite, ca me rassure, me voilà officiellement de retour dans la course.

Pendant le 1er tour, je trouvais que je ne croisais pas beaucoup de concurrents, mais je trouvais ca plutôt bon signe, et ça me gênait pas trop. Là il y a encore moins de monde, les écarts entre les derniers étant très importants, et je ne remonte pas aussi vite que ce que je voulais/pensais.

Je double le dernier assez rapidement, et l'avant dernier un peu après. Je me dis que je vais compter les coureurs que je double pour connaitre mon classement. Mais très vite ca me gave. Tant pis, je compte pas, je fais ca au feeling.

Je double du monde petit à petit. J'essaye de faire la course à bloc et remonter le plus de monde possible, comme si j'étais encore en tête de course. Mais c'est dur. On entame le fameux faux plat, et le vent s'est levé...

C'est dur, c'est long, surtout qu'avant c'était un faux plat descendant et j'ai bien usé mes jambes à essayer de lutter contre le vent. Je commence à me dire que je vais exploser. D'ailleurs, je me dis que j'ai déjà explosé, et qu'il reste encore une quarantaine de km...

 

Je me dis que si j'avais pas cassé, les autres auraient bien rigolé de me voir caler comme ca. Mais là, je suis loin, je continue à doubler, mais j'ai l'impression de ne pas avoir une grande différence de vitesse avec ceux que je double. J'ai du mal à rester en position de CLM dès qu'il y a un peu de vent ou un faux plat montant. Je suis à l'agonie dans les montées, et j'attends les descentes comme une énorme délivrance. Le col de 4km est interminable!

 

Les 30 dernières bornes se passent tant bien que mal, plutôt mal que bien d'ailleurs. J'ai faim, pourtant j'ai pas mal mangé, et il fait très chaud. J'ai soif, les ravitos sont trop espacés et je finis ma dernière gourde 10km avant l'arrivée.

 

Enfin j'arrive au parc! Je pense avoir doubler une quinzaine de personnes, donc je pense être environ 85ème.

Transition pas terrible, car je perds du temps à manger un gel et à boire abondamment d'un bidon laissé exprès à mon emplacement.

99km en tout (107 pour moi avec mon A/R en plus au parc) pour 1650m de D+, soit quasiment 500m de plus qu'annoncé! ce fut très dur!

 

La CAP consiste en une longue montée suivie par une longue descente qui nous amène près des remparts, puis un aller-retour par la même route (re-grande montée et re-grande descente donc).

Cet A/R fait 11km, puis on fait un tour du lac, à priori plus plat, mais je me souviens du parcours du sprint qui était bien casse-pate autour du lac également. Au total environ 19km. Selon l'orga, ils ont volontairement fait plus court, car il y avait beaucoup de vélo (environ 99km) et le parcours était difficile. Sur le coup j'étais pas hyper content d'avoir moins de CAP, car c'est là où je rattrape du monde, mais au bout de quelques km sur le parcours, je me dis que c'est une bonne chose...

 

Je pars vite, pas trop mal. Il fait chaud. Je suis pas mal, mais pas au top. La montée se profile dès le début, et j'essaye de ne pas m'enflammer et la monte à allure "normale". Au bout de 500m, je sais qu'elle se termine, pour l'avoir emprunté en vélo. On tourne à droite, et commence la descente. Mais là, surprise, virage à gauche, et la "vraie" montée commence.

Tout droit, et ca monte, et ca monte. Pas mal de monde marche. Moi j'ai encore la forme et je cours sans problème.

Dès les premiers km, j'ai croisé des triathlètes qui en avaient fini avec leur 1ère boucle de 11km. Ils ont donc 10-11km d'avance sur moi... Mais je ne vois pas le mec des Sardines, ni le jamaïcain. ils sont sans doute devant. Pourtant, les mecs avaient l'air de bien courir, ils devaient pas être loin de la tête de course.

 

Je continue à doubler du monde, mais ca commence à être dur. Je compte l'avance que les gars que je croise ont sur moi. Les km sont écrits au sol: ceux là ont 4,5km d'avance, ca va être chaud pour les reprendre. Un peu plus loin, ceux là ont 3,5km, c'est peut être jouable. Puis, 1km avant le demi-tour, je ne croise plus personne. je vais devoir courir sans "objectif" à rattraper devant pendant de nombreux km.

 

Le demi-tour est folklo, il n'y a rien de matérialisé, je suis obligé de demander aux bénévoles si c'est bien là. elles sont dépassées, à donner des chouchous et des verres d'eau. Pourtant il n'y a pas foule...

 

Après mon arrêt forcé en vélo, je m'étais dit que j'allais viser un bon temps à pied, et même le meilleur temps en fait, tout en envoyant en vélo, pour ne pas "fausser" la donne. Quand j'ai commencé à "caler" en vélo à plus de 30km du but, je m'étais dit que ca allait être chaud. Et au bout de quelques km à pied, je dois me rendre à l'évidence: je ne suis pas dans un bon jour. je ne sais pas si c'est la chaleur, la soif, une hypo, la fatigue du sprint de la veille, ou tout bêtement la fatigue de la course, mais je sens que je ne cours pas vite.

Je passe le 1er 5km en 21m10. Même pas 15km/h. Je suis deg car j'ai quand même beaucoup donné dans cette première partie. Si j'avais su ce qui allait se passer ensuite, j'aurais tout de suite signé pour continuer à cette allure!

 

La montée du retour me fait très mal par moments. Quand c'est vraiment trop pentu, je marche. Ca m'arrive deux fois, sur 70m au total environ, et ce fut dur de repartir quand la pente devient "normale". J'en vois énormément marcher, mais je me dis qu'ils sont loin au classement, et que les premiers ont du passer cela sans problème.

 

Je m'arrête à chaque ravito pour boire eau-coca en grande quantité et manger un peu. 15-20sec de "perdu" à chaque fois, mais systématiquement j'en double au ravito qui s'y éternisent.

Dans la descente, je n'arrive pas à accélérer.

Je finis ma boucle et arrive dans le parc. je passe les 10km: 2ème 5km en 23min22. Ah ouais, là je commence à bien craquer comme il faut!

J'essaye de ne pas calculer ma vitesse, ca me déprime. je suis deg, je comprends pas. Et puis vient un gros coup de bambou juste derrière la nuque au 11ème. Je songe même à abandonner, pour ne pas repartir sur la 2ème boucle de 8km.

Je me dis que je vais quand même finir, mais je marcherai si j'en ai envie, et là j'en ai très envie. Je réduis considérablement ma vitesse, pour essayer de récupérer, du moins j'en ai l'impression, et me prépare à me trainer pendant ces 8 derniers km. Je mange également mon gel

 

Mais quelquechose se passe, je retrouve un peu d'énergie, et l'envie de marcher passe. Je n'avance toujours pas très vite, mais j'ai une vitesse stable. Je continue à doubler malgré tout ca du monde. Je pense en avoir doublé 30 depuis que je suis reparti en vélo dernier, donc je pense être environ 60-70ème.

 

J'espérais revenir dans la 1ère moitié du classement mais c'est mort. Je continue sans trop accélérer, j'essaye de garder mon rythme, et je guette chaque km.

A un moment, je croise un organisateur en vélo qui me tend une petite bouteille d'eau et me dit de le donner au prochain que je croiserai. C'est une prochaine, mais elle n'en veut pas. Le prochain la prend lui avec plaisir, et me remercie.

 

La 2ème boucle n'est pas aussi dure que le premier 1/R, mais ca monte de temps en temps quand même. J'ai loupé la marque du 15ème, mais je regarde ma montre au 17ème: 7km en 33m48. J'ai encore ralenti, malgré le parcours moins pentu. Je suis à 12,5km/h, quasiment comme à Roth. C'est pire que tout, mais je m'y attendais.

 

Allez, c'est la fin maintenant, je me force à courir sur les dernières montées difficiles.

Plus qu'un km, me disent les gens sur le coté, qui doivent lire notre souffrance sur notre visage.

Plus que 300m, j'apercois le parc.

Plus que 100m, c'est marqué par terre.

Dernière ligne droite, ca y est c'est fini. On vient d'annoncer la 5ème féminine juste devant moi.

 

Le speaker se souvient de moi, explique au micro que je suis reparti dernier après la 1ère boucle de vélo à cause d'un incident mécanique, et me dit que je fais une belle remontée. Il va voir le chronométreur pour connaitre mon rang exact et m'annonce... petite pause... 31ème!

Incroyable. Malgré les 10 abandons, j'ai remonté près de 60 personnes, je m'en étais pas rendu compte.

 

La ligne d'arrivée est une véritable délivrance. comme un ami d'infortune me dit par la suite, au moment de récupérer nos vélos dans le parc: c'était une boucherie!

 

Pour moi, c'était beaucoup plus dur qu'à Gerardmer. J'ai fini vraiment cuit! Et avec l'impression d'avoir trainé ma peine pendant une bonne partie de la CAP et la fin du vélo.

 

 

Update: les classements sont arrivés, une analyse s'impose.

Sur la première partie de course, cela confirme ce que je pensais et comment je me sentais.

Je suis vraiment sorti 12ème de l'eau et devait être environ 7 ou 8ème au moment de ma casse, peut être même mieux... Le mec des Sardines pose le vélo 7ème. Le jamaïquain, qui est en fait un espagnol, du club INEF LLEIDA (que j'ai repéré grâce aux photos) fait le 6ème temps vélo, pose 5ème, et finit finalement 3ème de la course...

Sur la suite de la course, par contre, c'est la grosse surprise. Sur la course à pied, malgré toutes ces mauvaises sensations, je fais le deuxième temps à pied. a peine 45 secondes derrière le 1er temps (qui fait 2ème de la course), et à plus de 1min30 d'avance sur le 2ème et 3ème. Les écarts sont vraiment impressionnants ensuite: 2min30 d'avance sur le 5ème, 9min30 sur le dixième.

Quant au vélo, je fais 65ème temps, mais si j'enlève les 49 minutes perdues à mon temps, j'aurai fait 8ème temps, à 1min30 du 4ème. Les 2 premiers étaient au dessus du lot. J'aurai posé le vélo en 6ème position, entre le jamaïquain et le mec des Sardines.

Et au final, en enlevant 49 minutes à mon temps, j'aurai fini 4ème, à 40 secondes du 3ème...

 

Alors bien sur, avec des si, on peut faire beaucoup de choses, mais si j'avais pas pété cette chaine, qu'aurais-je pu faire? On va me dire que j'ai pu me reposer une quarantaine de minutes. C'est vrai. Je peux dire qu'il a fallu que je fasse 4km de vélo en plus, et 4km en trottinette en plus, c'est de l'énergie de perdue. Je suis également restée 50 minutes de plus au soleil, ca peut jouer également, surtout aujourd'hui. Et puis je n'ai pas eu l'opportunité de faire le vélo et courir avec des athlètes ayant à peu près la même allure, ca doit surement jouer également (mais dans quel sens??).

Au final, je suis forcément déçu, car j'aurai pu me battre pour un podium, mon 1er sur une course autre qu'un sprint, et faire 2 podiums en 2 jours, ca aurait été la classe.

 

Au lieu de ca, je peux juste me demander "et si?". Mais ce n'est pas si grave, il y a aussi les points positifs:

Malgré une impression de ne pas avancer à pied, j'arrive encore à faire la différence par rapport aux autres athlètes. Si j'avais été dans un meilleur jour, je pense que j'aurai pu facilement enlever 5 minutes, voire 10, à mon temps de course à pied.

Même constat à vélo, malgré une impression de caler sérieusement, je ne m'en sors pas si mal (toujours avec le "si" j'enlève 49 minutes), et je fais plus que limiter la casse.

Je constate également que même sans concurrent direct et sans pouvoir me battre pour un bon classement, je garde une bonne niaque (même si ca a été dur à pied), qui démontre une bonne force mentale, qui est essentielle en triathlon, surtout sur le long.

 

Et bien sur, tout ca en ayant fait le sprint à bloc la veille!

 

OK, OK, ca reste le triathlon de Carcassonne, 95 partants, 83 arrivants. J'arrête de m'enflammer.

Dernière course dans une semaine à Biscarosse, un CD où je vais tout donner avant de faire quelques courses à pied en octobre et de couper en novembre, pour repartir sur une nouvelle saison en décembre!

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans CR complet
commenter cet article

commentaires