Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 10:00

2+2<34 ?

Je suis en plein dans mon sixtique (ca se dit?) de courses chaque WE. Déjà 3 de fait, encore 3 à faire.

Je vous avais déjà raconté le S de st Jean de Luz (CR ici pour les retardataires), j'ai fait les 2 dernières semaines 2 courses à pied, afin de préparer l'objectif de 10km qui arrive:

- un 10km sur route à Pau, la Nouste Henric

- un trail de 19km à Lestelle Betharam, la Corruda

Je finis 2 fois 2ème sur ces 2 courses. Je continue ainsi ma série de podiums sur mes 8 dernières courses (si on inclut St Jean où j'ai fini 2ème mais disqualifié par la suite), mais malheureusement je mets fin à mon invincibilité (toute relative bien sur) sur les trails du coin.

L'objectif de moins de 34 minutes sur 10km est toujours dans le viseur, et me parait de plus en plus possible. 1er essai ce WE à Tournefeuille, 2ème essai 2 semaines plus tard à Odos.

Voici 2 "petits" résumés de ces 2 courses:

La Nouste Henric:

Cette course doit me permettre d'avoir des repères chronos et de sensation pour mes tentatives de record sur 10km FFA. Celui-ci n'est pas FFA, il existe donc toujours une incertitude sur la véritable distance.

Le profil de la course est un peu accidenté, mais mon coach est confiant que malgré le dénivelé, on puisse aller vite. On se fixe donc un objectif ambitieux de 33m30 sur 10km réel. Avec une tactique de course intéressante: un premier 500m forcément rapide, pour rentrer dans le rythme. Ensuite un ou 2km où je dois me préserver et ne pas suivre absolument les 1ers, en prévision d'un long faux plat de 2km où je dois attaquer et faire la différence. S'ensuite une descente où je dois essayer de récupérer, puis un peu de plat et un faux plat montant pour finir comme je peux.

Avec ce chrono visé, en regardant les résultats des années précédentes, le podium voire la victoire, est envisageable, mais je n'ai jamais fait de podium en course sur route (sauf une fois dans un petit village landais), alors je ne suis pas particulièrement confiant.

Pendant l'échauf, je croise 2-3 gars que je reconnais, qui m'avaient battus (et bien battus) aux 6km des REstos du coeur en début de saison. Dont un qui gagne beaucoup de courses dans le coin, je ne me fais pas trop d'illusion pour la gagne.

Trève d'intro, on part, ce n'est pas très dense sur la ligne de départ, et je me place en 2ème ligne car j'arrive au dernier moment. Je passe assez vite dans les 5-6 premiers, et les premiers hectomètres se passent nickel. Je respire bien, je maitrise. Au bout de 500m, je regarde ma montre: je suis en moins de 3'10" au km ! Bon, je me souviens des consignes, et je lève le pied. Petit à petit, certains me doublent.

Le favori est déjà parti, on ne le reverra plus. Mais je vois que les autres ne sont pas plus fort que moi. Ils me passent quand je ralentis, mais je les garde à distance.

On arrive à une très forte descente à plus de 10% sur 100 ou 200m avant le fameux faux plat où je pourrai accélérer. Je me surprends à bien descendre cette descente et à ne pas perdre de temps sur les autres coureurs.

Enfin le faux plat arrive, j'accélère direct, et je fais des dégats direct. Je passe en 300m de la 6ème place à la 2ème place. J'essaye d'insister pour creuser le trou.

J'arrive sur le Boulevard des Pyrénées, j'ai le premier en ligne de mire, et je n'entends rien derrière. Je guette Nicky qui devait venir m'encourager, mais je ne la verrai pas. Elle est arrivée quelques minutes trop tard, tant pis ! On arrive sur le faux plat descendant, qui est plus pentue que ce que je pensais, et qui passe assez vite.

J'entends des pas revenir derrière, il profitera de la descente pour revenir sur moi. Il me passe sur le plat après la descente, j'ai peur qu'il me sème, mais je m'accroche et on court ensemble.

Les prochains km sont un peu difficiles, je guette les signes kilométriques, en me disant "plus que 4, plus que 3, plus que 2, etc...". Le parcours est varié, un peu en sous-bois, des petites montées/descentes.

On court encore à 2. Je ne sais pas qui est derrière, mais je n'entends rien, je me dis que le podium est assuré. Bizarrement, l'objectif sur cette course était plus le chrono que le résultat, mais j'oublie le chrono, et je me concentre sur le résultat. Je suis content et satisfait de ma 3ème place, et je n'ai pas envie de me battre pour la 2ème.

J'arrive tout de même à me motiver et à tenter quelques accélérations sur la dernière montée du dernier km. J'arrive à créer un petit écart à un moment, mais je vois que je suis en sur-régime et je suis obligé de ralentir. C'est finalement à quelques centaines de mètres de l'arrivée que j'arrive à décrocher le 3ème, sans réelle accélération franche, au train, ou au mental.

Je finis donc 2ème, très content, et le speaker annonce mon temps: 34m13. Un peu deçu sur le coup car l'objectif, en tenant compte du kilométrage annoncé à 9,9km, était de 33m10. Mais à tête réposé, je me dis que le parcours n'était pas très rapide, pas mal de dénivelé, pas mal de relances, et quelques passages en sous-bois avec moins d'accroche. En plus, à ma montre, j'avais 10,09 km, soit quasiment 9,99km réel (avec l'éternel calcul 1,01km GPS = environ 1km réel).

Ce qui fait un 10km réel en 34m15 environ. Cela me donne confiance que j'arrive à passer sous les 34min sur un 10km plat sur route. En tout cas, c'est déjà mon record, 34m13. J4avais réussi 34m30 à Nanterre il y a 3 ou 4 ans, mais je connaissais pas la distance exacte, sans doute un peu moins que 10km.

Je gagne une nouvelle fois un beau prix avec plein de produits du terroir, que je dégusterai à la fin de la saison, histoire de garder mon poids de forme sur les prochaines semaines.

La Corruda de Lestelle:

La semaine d'après, j'avais prévu de faire la Vincentinoise, où je voulais défendre mon titre, dans mon village. Malheureusement, la course n'a pas lieu, et je me rabats sur la Corruda de Lestelle, une course assez connue dans le coin, même s'il y a de moins en moins d'inscrits au fur et à mesure des années. La faute à un parcours vraiment difficile ?

Il y a 2 courses, une de 19km, et une de 32km.

Je fais celle de 19km, mais avec quelques restrictions pour essayer de ne pas se griller complètement pour l'objectif 10km de la semaine prochaine. Je ne dois pas dépasser 150bpm sur le plat et 165 en montée. Malgré cela, j'espère faire un bon résultat. LE parcours emprunte en partie le trail de la LEstelloise, que j'ai remporté il y a 3 mois.

Le parcours consiste en gros à une grosse montée dans la forêt, et une grosse descente. Avant d'entamer cette grosse montée, il y a quelques km dans la forêt et sur la route.

J'arrive à l'arrache et n'ai pas vraiment le temps de m'échauffer convenablement. C'est ennuyant car un des buts de l'échauffement et d'habituer le coeur à l'effort, pour pas qu'il grimpe trop vite trop haut au début de l'effort, et que je n'arrive pas à le redescendre. Bon, un des buts est aussi qu'il monte vite à sa valeur cible... Non, non, c'est pas contradictoire, mais c'est difficile à expliquer !

Bref, 30s avant le départ, je me débarasse encore de quelques cL de trop au pied d'un arbre, je me dirige vers 1ère ligne et c'est parti ! Ah, non, c'est pas parti en fait, c'est un départ virtuel, comme au Tour de France, on reste tous derrière 2 compères qui font le rythme à un peu plus de 10km/h. Bon, ça me va bien, je peux finir de m'échauffer tranquillement, et le départ réel est donné 4min plus tard.

Assez vite, je vois que je suis proche de ma cible de 150, mais je vois aussi que personne ne s'échappe, il n'y a pas l'air d'avoir un gros niveau. Je suis dans les premières positions, et on continue comme ça, "tranquillement", jusqu'à la forêt et la première montée. Je suis en 2ème position, je vérifie régulièrement ma montre, et je grimpe vite à 165bpm, et quand je le dépasse, je décide, un peu dégouté car je me sens très bien, de marcher, pour faire redescendre le coeur. Mais je vois que je monte aussi vite que le gars devant qui court. Je fais toute la première montée de 3-4min comme ça. On rejoint une partie de route, j'essaye de récupérer. Puis une grosse montée sur bitume et je marche une nouvelle fois. Là je me fais doubler par 4 ou 5 personnes car tout le monde court... Mais tout le monde se grille car je recommence à courir après la montée et je repasse tout le monde et me retrouve 1er 300m plus loin.

On a une petite descente assez pentue où une nouvelle fois, je vois que je cours plus vite que tout le monde et je creuse un tout petit écart.

Et on entame la vraie montée. Je marche dès le début pour rester sous la cible des 165bpm. Un gars est derrière moi, je me décale un peu s'il veut passer, mais il me dit de pas m'inquiéter, qu'il reste derrière.

Et finalement, petit à petit, en marchant, j'entends qu'il s'éloigne, il n'y a plus personne derrière. La montée est très très longue, je marche tout le long mais continue à creuser l'écart. Je suis assez lucide pour pouvoir remercier les quelques courageux qui sont venus nous encourager. La montée va durer 45min environ, pour à peine 4,4km mais 840m de D+, soit un peu moins de 6km/h, mais 1140m de dénivelé par heure, ce qui est pas mal. Au début de la montée, j'en gardais sous le pied, mais j'avoue que sur la deuxième partie, les quadris commencaient à vraiment souffrir, et je ne suis pas sur que j'aurai pu aller plus vite, même sans les limites cardiaques fixées.

J'ai pu me retourner 2-3 fois pour constater que le deuxième n'était pas très loin, entre 30s et 1min environ à vue d'oeil.

J'arrive enfin à la Cabane de l'Isarce, qui est le haut de la montée, mais je ne la vois même pas, je guette du regard les petits rubans blanc et rouge. Je me retourne quand j'entends des voix, on me demande mon numéro de dossard et on me dit qu'il y a un ravito. J'hésite, si je fais demi-tour, je perds facile 40s, finalement je saute le ravito et j'entame la descente, ce que je crains le plus. Dès le début, c'est la galère, j'ai du mal à repérer le chemin, je suis obligné de m'arrêter par 2 fois, dont une fois où je me vois perdu. J'entends le 2ème qui arrive. Bon, je vais l'attendre pour voir la route. MAis je la retrouve juste avant qu'il arrive. Je repars, je me casse la gueule juste quand il passe. Mon genou tape, mais je sens que c'est pas bien grave, il doit y avoir une petite plaie mais rien de grave. Il me demande si ça va, je lui dois "tout va bien", et il passe à toute allure. J'essaye de le garder en ligne de mire, mais c'est impossible, il me met une mine dans la descente.

Quel calvaire cette descente ! 28min pour 5.14 km et 820m de D-, un peu moins de 11km/h. Je serai curieux de savoir combien de temps j'ai perdu dans cette descente mais à coup sur plusieurs minutes !

Mais bon, hors de question de se blesser, donc je fais gaffe. Je me fais passer par un 2ème gars qui me dit "tu me repasseras sur le plat", je lui réponds "on verra", mais vu comment il descend, ça va être dur de rattraper le temps perdu.

Il reste encore environ 5km, majoritairement en descente. Je me dis qu'il ne faut pas que je me grille à essayer de rattraper les 2 premiers.

Il y a encore une petite montée, que je fais en marchant, encore une descente, que je gère. Et à ma surprise, sur le plateau, j'aperçois un coureur devant, c'est le 1er qui m'avait doublé. Il est en perdition et je le double sur une montée bitumée. J'aperçois l'autre devant moi également, mais il a plus d'une minute d'avance, je sais qu'il reste encore une descente dans les bois puis environ 1km bitumé sur le plat, je vois pas comment je pourrai le reprendre. J'essaye de pas trop accélérer sur la fin mais je finis quand même sur le plat autour de 155-160bpm. Nicky est venue m'encourager avec les petits, c'est cool, mais il s'est mis à pleuvoir, ils sont réfugiés sous le coffre de la voiture ! Je fais un petit bisou à Anthony pendant que des bénévoles hurlent car ils pensent que je me trompe de chemin :-)

Et j'arrive à l'arrivée, 2ème, à 1m10 du 1er.2h08m25 pour 20,5km à ma montre, soit 9,5km/h environ, mais 1150m de D+/D- environ.

Au final, sentiment mitigé, car les 1m10 qui me séparent du 1er, je pouvais les trouver à peu près n'importe où si je n'avais pas eu cette retenue, en prévision du 10km le WE d'après. Je suis assez surpris d'avoir réussi à grimper plus vite que tout le monde, même si le niveau n'était pas non plus très relevé sur cette course. Ca a fait une belle séance pour les quadris, et j'espère qu'elle me sera bénéfique pour les prochaines échéances. Le lendemain, j'ai déjà de belles courbatures. J'en avais eu pendant 3-4 jours après le trail la Lestelloise, j'espère que ce ne sera pas le cas cette fois-ci !

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon
commenter cet article

commentaires