Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 10:00

La saison commence vraiment !

 

Les résultats ici

 

 

J’abordais cette course plein d’enthousiasme et d’envie. En effet, cette course étant sélective pour les équipes normandes de D3, le niveau sera à priori plus élevé que ce que je pensais, et je pourrai me comparer à de bons triathlètes normands, et/dont certains avec qui j’ai déjà fait quelques compets. Le club MSA en particulier envoyait une grosse délégation.

J’arrive très tôt sur place pour avoir, pour une fois, le temps de m’échauffer proprement, sans stress. La météo est menaçante. Entre l’echauf à pied et en vélo, une grosse averse se met à tomber, et je crains le pire pour la course. Heureusement elle s’arrête à temps et je peux faire un tour de reconnaissance en vélo et finir de chauffer la machine. Je me sens bien, le parcours est sympa, varié. La descente me fait un peu peur, je ne suis pas rassuré. Je teste pour la première fois mon nouveau poste de pilotage et mes manettes de frein plus aéro. C’est effectivement plus aéro mais moins maniable. Et avec ma chute encore dans mes souvenirs (et visible sur mon bras et jambe gauche) et la roue pleine à laquelle je ne suis pas encore hyper habitué, et la chaussée encore humide, je ne prends aucun risque.

Je teste également ma nouvelle combi, à priori plus flexible au niveau des épaules. Je l’ai pris une taille plus grande que mon ancienne, et elle me couvre plus les mollets et les avant-bras, et je suis bien dedans, mais j’ai un peu peur qu’elle ne soit pas assez serrée une fois dans l’eau… On verra !

Je discute un peu avec quelques nouveaux du club pour qui c’est le premier triathlon. Ils auront un peu de mal en natation mais finiront très bien leur première course.

Moi, je recherche Nick mon coach, qui choisit toujours le meilleur placement au départ, et je le trouve tout à gauche sur la ligne de départ. Et moi qui voulait partir à droite… Je crois des visages familiers, et me positionne en 1ère ligne, juste à côté d’un gars de MSA, Guillaume F., que je sais un peu plus rapide que moi dans l’eau. J’espère réussir à le suivre en m’abritant dans ses pieds. La ligne de départ est très large et j’ai bon espoir de partir assez vite pour ne pas avoir à trop bastonner et prendre les bons pieds.

On essaye de rester concentré malgré les 15 conneries à la minute de McDu, et Pan ! C’est parti.

Pour une fois, mon départ est pas mal, j’arrive à bien courir quelques mètres dans l’eau et plonger « proprement » avant de commencer à nager. C’est un parcours très court, environ 500m de natation, donc il faut partir vite, mais pas s’asphyxier direct non plus. Au bout d’une dizaine de secondes, je vois que je suis à priori juste à gauche de Guillaume. Je reste encore un peu à son niveau, j’ai l’impression de bien tenir le rythme. Une fois que ça s’est un peu décanté, je me laisse glisser et reste bien calé dans ses pieds. Le rythme est bien élevé, mais j’ai l’impression que je pourrai le tenir. Je respire en 2 temps, pas le choix, et lève souvent la tête pour être sûr de bien rester dans les pieds. Après 200m, je jette un coup d’œil à droite : personne en vue ! Bon, ca veut dire qu’on est devant quasiment tous les gars qui sont parti à notre droite, c’est plutôt bon signe, on doit être pas mal placé !

Le parcours est marrant : on doit faire le tour d’un petit ilot au milieu de l’étang. Il n’y a rien de matérialisé pour le tour de l’ilot, donc je m’approche le plus possible de la berge pour minimiser la distance. Je frôle le sol de mes mains, je lève la tête pour voir où sont les branches et les racines, et suis même obligé de bien juger mes mouvements de bras pour arriver pile pour plonger sous une branche basse. Je vois même quelqu’un devant se lever pour faire un mouvement de « dauphin » avant de repartir. Il reste 100-150m après l’ilot mais je commence à fatiguer. Guillaume aussi visiblement car on laisse filer un groupe assez grand devant.

Sur la fin de la natation, je reviens à son niveau et on sort ensemble de l’eau.

Ma combi a parfaitement tenu le coup, et je me suis bien senti tout du long, c’est déjà ça de gagné ! Je fais une bonne transition jusqu’à l’enfilage de chaussures, mais après forcément je perds du temps à mettre mes chaussures avant comparé à ceux qui le mettent sur le vélo.

Je monte sur mon vélo finalement 17ème, 6 secondes derrière Guillaume F. et 2 secondes derrière Guillaume B., de MSA également, avec qui j’avais couru en Afrique du Sud.

Très très satisfait de ma natation, je perds pas trop de temps sur les meilleurs (1m10 tout de même…), et en comparant avec d’autres triathlètes, j’ai l’impression d’avoir progressé (peut être grâce à la nouvelle combi aussi). Je suis content, les 2 semaines d’arrêt à cause de mes blessures ne m’ont finalement pas trop pénalisés, et j’ai réussi à encore progresser cet hiver malgré une baisse de motiv dans cette discipline et des entrainements plus rares (1 ou 2 par semaine).

Guillaume B m’encourage quand je le passe en début de parcours, mais je suis déjà bien concentré et je ne l’ai pas reconnu et ne lui rend pas l’encouragement…

Je me rapproche doucement de Guillaume F., qui a un gars bien calé gentiment dans sa roue. J’hallucine car le gars est vraiment à 50cm de la roue, sans aucun gêne apparent. Apparemment, la qualif pour la D3 est plus important que l’éthique sportive de temps en temps… Je me dis que je vais le pourrir en passant, mais les 2 devant commencent à zigzaguer sur la route et à s’invectiver. Je reste derrière en attendant que ça se passe, car j’ai pas envie de me faire dégommer. J’apprendrai par Guillaume F après la course que le gars, non content de sucer sa roue, s’est permis de le « menacer » après qu’il lui ait demandé plusieurs fois de quitter sa roue !

Bref, je double ce joli monde et je vois devant un beau paquet d’une dizaine de coureurs. Pas à la queue leu leu non plus, mais un petit peloton, avec 2-3m entre chacun, et des fois plusieurs coureurs de front. Je reviens sur eux juste avant la petit montée, et je fais l’effort pour essayer de doubler le plus de monde possible pour ne pas me retrouver dans ce groupe de drafteurs après la cote. Cote de 1km à 5,5% de moyenne environ, que je gravis à 21km/h, suffisant pour doubler la plupart des gars du groupe. Arrivé en haut, il y a un petit faux plat montant, où je remets une couche pour définitivement me mettre devant. Arrive une portion dans les sous-bois, légèrement en descente, où j’arrive à garder 44km/h de moyenne, et enfin la fameuse descente, pas compliqué mais suffisamment pour me faire perdre un peu de temps.

Fin du 1er tour de 12,5km, il en reste encore un. Je me sens bien, je suis les consignes données par le coach, et j’aborde la suite avec confiance. C’est là que 2 gars me doublent coup sur coup. Au début, je crois que ce sont 2 du groupe que j’ai doublé, car je reconnais un maillot, qui sont revenus dans la descente, mais il faut bien se rendre à l’évidence, ça pédale fort. J’essaye de ne pas me laisser distancer par ces 2 loustics, d’autant plus que j’aperçois un concurrent de MSA (encore !) devant, que je pense être Antoine B., que je n’espérais pas revoir aussi vite. Il avait terminé 2ème au S de Vernon plus d’une minute devant moi l’année dernière, et m’avais mis une mine en nat et en vélo. Ça me booste et je continue à bien appuyer sur les pédales.

2014-05-08-S Evreux 01

Je perds un peu de terrain petit à petit sur les 2 mais en reprend sur Antoine. Dans la montée, j’essaye de monter encore plus fort que la première fois, mais malgré une débauche d’énergie plus importante, je ne gagne que quelques secondes par rapport au 1er tour (et rien par rapport aux 2 gars). Avant la descente, je suis quand même presque revenu sur eux, mais une nouvelle fois je perds un peu sur la descente. Je remets un coup sur le petit coup de cul juste après mais doit me résoudre à poser le vélo 15-20 secondes derrière eux.

2014-05-08-S Evreux 02

à T2

 

En analysant les résultats, je vois que les 2 gars sont sortis 40-50 secondes derrière moi. J’ai donc perdu ce temps sur eux au 1er tour. Je ressors du parc 20s derrière eux. Si on considère qu’on a fait la même transition (mais aucun moyen de le savoir), j’ai donc mieux limité les dégâts sur le 2ème tour.

Je signe le 8ème temps vélo. Pareil, je suis très content de ce temps. En puissance pure, je n’ai pas énormément gagné par rapport à Vernon l’année dernière (qui était un mois plus tard dans le calendrier) mais il y avait une bosse plus longue à Vernon, et une descente plus roulante, ce qui avantage la production de watts ! Donc une petite amélioration de puissance, une petite amélioration aéro, pour au final une partie vélo un peu meilleure ! Ca donne du 37km/h environ sur 25km environ, et environ 160m de D+. Pas fantastique en soi, mais le parcours n’était pas hyper roulant quand même.

Ma transition est plutôt bonne, et je repars du parc à vélo en 8ème position. Mais à ce moment je n’ai aucune idée de mon classement, je crois qu’on m’annonce 9ème. Je visais un top 5 intérieurement, donc je me dis que c’est pas gagné, mais je suis confiant, la CAP c’est mon point fort, ya pas de raison !

Mais dès le début, bien que je me sente pas trop mal, je n’arrive pas à reprendre du temps à Antoine, parti 20s devant du parc à vélo, et je me fais même doubler au bout de quelques centaines de mètres ! J’hésite à le suivre, la consigne est de partir vite bien sûr, mais surtout de tout donner sur les 10 dernières minutes. Si je me mets dans le rouge dès le 1er km, je ne sais pas comment je vais finir. Je « décide » donc de le laisser filer. Au final, il me mettra 45 secondes dans la vue à pied, sur 5km, ça fait lourd ! Mais j’apprends également qu’il est champion d’Europe de duathlon et qu’il court le 10km en moins de 31 minutes. Bon, finalement 45 secondes sur 5km c’est pas si mal ! D’autant plus qu’il ne s’est sans doute pas ménager pour aller remonter tout le monde devant et finir 2ème à quelques secondes devant le 3ème.

Le parcours est plat, mais les appuis sont fuyants : pas mal d’herbe sur un sol dur mais « cassé » qui met à mal les chevilles, un peu de boue, un peu de sable, et un peu de vent.

Je reprends assez vite les 2 gars qui m’ont fumé à vélo. Un des 2 me demande de quel club je suis (c’est la guerre entre les clubs de Normandie !). Evidemment, « Nanterre » ne lui dit rien, et il me confond, à cause de ma trifonction verte, avec MSA. Je lui répète « Nanterre » mais après je me reconcentre sur ma course.

Je n’arrive toujours pas à revenir sur Antoine. Je suis frustré car à Vernon l’année dernière j’avais réussi à lui reprendre une 30aine de secondes. Je suis donc 7ème, mais à ce moment je ne sais pas, je me crois 8ème, et devant il y a quelques places à prendre mais je n’arrive pas à me rapprocher.

Le 2ème tour j’essaye d’accélérer, et de me mettre à bloc, mais force est de constater que je n’ai pas réussi (une nouvelle fois) à me faire mal comme je devrais. Ne croyez pas que j’étais tranquille, hein, si vous m’aviez demandé, je pense que j’aurai dit que j’étais à fond, mais finalement je pense que j’avais encore quelques secondes voire dizaine de secondes sous la semelle.

2014-05-08-S Evreux 03

Pas le plus beau coureur qu'on ait jamais vu, mais ca avance un peu quand même !

 

Je rattrape un concurrent dans la dernière ligne droite, avec vent de face, et je fais l’effort pour qu’il ne s’accroche pas. Plus personne en vue dans les 500 derniers mètres, j’essaye de ne pas faiblir et je finis cette course content, en ayant l’impression d’avoir fait une très belle course, même si l’objectif du top 5 n’est pas atteint.

En regardant les résultats, je suis un peu frustré, car je vois que le classement était bien serré (normal c’est un S me direz-vous), et que je n’étais qu’à 40 secondes de la 2ème place. Avec de meilleures transitions, de meilleures descentes, et quelques secondes de niaque sur la fin de la CAP, qui sait ?

Mais bon, le niveau était quand même assez élevé. Outre le champion d'europe du duathlon, qui a donc finit 2ème, il y avait mon coach Nick, 3ème (malgré une T2 difficile, comme quoi ca arrive même aux meilleurs!), Robin Moussel, champion de France U23 de duathlon, 1er.

J’ai du mal encore à bien croire à mon temps à pied. D’après le Garmin, 17m03 sur le 5km, soit 17m13 « réel » (la Garmin surestime toujours un peu le kilométrage), ce qui donne environ du 3m27 par km. Reporté sur un 10km, ça donne du 34m26, soit à peu près mon record sur 10km. Sachant que le tracé était loin d’être roulant, je suis extrêmement surpris par ce temps, surtout que je n’ai pas non plus « explosé » les autres concurrents qui sont moins d’une minute derrière moi. Je fais le 2ème temps ex-aequo avec Antoine de MSA, qui a réussi à accrocher la 4ème place.

J’espère que c’est de bon augure par rapport à ma valeur à pied. On a pas mal travaillé cet hiver mais malheureusement on n’a pas réussi à caser une course à pied pour se tester sur un 5 ou 10km. Mais là, après la désillusion de Douai, je suis très satisfait !

 

Je devais rester l’après-midi voir les copains sur le M, mais la météo a décidé de siffler la fin de la récré, et c’est sous la pluie que je suis rentré me reposer en cette fin de dimanche, en me disant que la saison est belle et bien commencée, et j’ai hâte de remettre ça le WE prochain à Orléans !

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans CR complet
commenter cet article

commentaires

Aurelien B 14/05/2014 00:28

Bravo champion!
C'est vrai que ta trifonction n'en dit pas beaucoup sur la couleurs de ton club! :-p