Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 20:32

Quoi, vous avez pas le temps de tout lire. Bon, OK, le CR court est consultable ici.
 

TOP VINGT (ET UN)!

pas de photos pour cette course, c'était pas un temps à mettre un triathlète dehors, et encore moins un photographe!
les résultats complets, c'est ici

 

 

Une semaine après mes bonnes courses à Mimizan, me revoilà prêt à en découdre, cette fois sur un LD (3, 80, 20) à Troyes.

La semaine précédent la course a été consacrée à la récupération, avec aucune séance intense de faite. Une douleur au genou m'a fait pas mal douter, et je n'abordais pas la course avec le plein de confiance. J'espérais malgré tout faire un bon résultat, et montrer ce que j'étais capable de faire sur du longue distance.

Mon objectif rêvé était de rentrer dans les 20 premiers. Objectif ambitieux, car le plateau est relativement relevé, grace aux 10 000 euros de prime distribués (toutes catégories confondues). Plus raisonnablement, j'espérais rentrer dans les 30 premiers.

En terme de temps de course, difficile de donner des objectifs réalistes. J'espérais bien nager, aux alentours de 47min20 (ce qui revient à 1h sur IM), car je n'avais jamais nagé plus de 1900m en compétition, et ces 3km s'approchent des 3,8 qu'il faudra faire sur l'IM; le vélo était encore une inconnue, j'espérais, au vu des temps de l'année dernière, tourner autour de 2h15 pour 82km (36,5km/h), et tenir 15km/h le plus longtemps possible sur les 20km, idéalement donc 1h20. Avec les transitions, ca donnait à peu près 4h25.


Malheureusement, le mauvais temps sera de la partie, et arrivé samedi, il faut se rendre à l'évidence: il va faire orage. Et ca n'a pas loupé, avec beaucoup de vent, pas mal de pluie, et heureusement quelques éclaircies. La partie vélo s'en retrouve quand meme pas mal affectée, avec un vent fort, déstabilisant, une chaussée détrempée, donc des risques de chute et de crevaisons plus importantes.


Le matin, réveil à 6h, Nicky me fait un k-tape magique sur mon genou pour m'aider à tenir. un petit dej, on fait cuire des pates, et c'est parti. Sur la route, la tempete commence, mais j'espère encore que l'on passera entre les gouttes. Un pit stop 2h avant la course sur une aire d'autoroute pour finir le reste des pates, et me voici sur place. Après avoir salué les copains, je retire mon dossard, et commence à me préparer.

Comme je disais, premier LD pour moi. Le vélo est chargé, entre la pompe et la bombe réparatrice scotché sur le cintre, et toutes les barres énergétiques dans la Bento box, plus les 2 bidons d'eau.

Dans le parc à vélo, le temps passe vite, il faut que je me dépeche à enfiler ma combi. Là, je me rends compte que j'ai oublié la puce et le bonnet de bain dans la voiture. Hop hop, un petit échauffement pour aller les chercher (sans la combi…), je retourne dans le parc. J'entends les féminines partir. il me reste 10min. Je sortirai finalement le dernier du parc. Un petit coup de stress que je gère comme il faut, sans me prendre la tête.

Sur la plage, je retrouve les copains de club, et on discute les mérites de partir d'un coté ou de l'autre. Finalement, on partira tous de la gauche, au 2, 3 ou 4ème rang. Pas eu le temps de m'échauffer en natation donc. Tant pis, j'ai 3000m pour le faire…


Natation

Le départ est chaotique. Il pleuviote. J'avais décidé de ne pas partir à fond. Tant pis si je n'accroche pas le bon groupe. Je me prends quand meme quelques coups, que j'essaie d'éviter en changeant de trajectoire. Je suis pas très joueur quand il s'agit de bastonner en nat. La première bouée n'est pas très visible, c'est le bordel. En plus ma lunette gauche commence à prendre l'eau au bout de 200m. J'appuie fort dessus pour refaire pression avant qu'elle ne se remplisse complètement. Ca passera comme ca! Me voilà embarqué pour 2 tours de 1500m, avec sortie à l'australienne (pour les novices, sortie à l'australienne veut dire que l'on sort de l'eau, court un peu sur le sol, puis remplongeons pour le 2ème tour. Ne me demandez pas pourquoi on dit "à l'australienne"…), pour que les supporters puissent voir un peu plus leurs sportifs chéris!

Pas grand chose à dire sur la natation. Le lac était un peu démontée, avec un clapot genant, mais que j'ai assez bien géré (je trouve), et une dernière ligne droite difficile à gérer car très longue, et sans cible visible de loin. Du coup, je faisais un peu comme tout le monde, je suivais, mais je ne voyais pas très bien où j'allais. Au premier tour, yavait du monde un peu partout, je pouvais suivre sans trop de problème, et j'ai suivi un nageur dans les pieds (en lui touchant les pieds plus que de raison…) pendant 500m. A la sortie, j'entends le commentateur qui annonce Julien Fourier, excellent cycliste "qui a bien progressé en natation". Ils nous annoncent à 5min de la tete. Au deuxième tour, il y a moins de monde, et là j'ai l'impression que c'est moi que l'on suit. A la dernière bouée, j'ai 15m de retard sur un petit groupe devant, et j'essaye de faire l'effort pour revenir sur eux. J'ai l'impression de trainer pas mal de nageurs derrière. Je ralentis ensuite un peu à la fin pour récupérer. Je sors quelques secondes derrière Fourier (qui fera 2ème temps vélo).

J'arrive à gérer mon effort pas trop mal, et mes 2 tours sont à peu près équivalents, à 30sec près. Je recommence à battre des pieds à 400m de la sortie, par intermittence de 10 ou 15 secondes. Ca marche pas mal, je me sens bien en sortant. il faut faire 100-200m en courant, un peu en montée, pour rejoindre le parc. Ca passe nickel. La transition aussi (aucun risque une nouvelle fois).

En sortant de l'eau, aucune idée de mon classement, ni de mon temps. Après coup, je vois que je suis sorti 62ème, ce qui est à peu près conforme à ce à quoi je m'attendais, en 45min21sec, course à pied jusqu'au parc compris, soit 44min30sec environ pour la partie natation. C'est bien, mais je ne sais pas s'il y avait bien 3000m.


Velo

3 tours de 27km environ, avec 500m de dénivellé positif en tout. il a arreté de pleuvoir et le temps est clément. Du coup je laisse la veste à l'air de transition et pars direct avec seulement ma trifonction: il ne fait pas trop froid.

Je me mets direct en position aéro, et commence à manger ma première barre, comme prévu. Le but était de manger, manger, manger, me forcer pour ne pas avoir de coup de moins bien. C'est quand meme difficile sur le vélo, quand on est toujours à l'attaque.

Au tout début, un spectateur à coté de moi crie à un athlète quelquechose sur son temps de course. Je lui demande notre classement, mais il me répond d'un "j'en sais rien moi". Bon excuse moi je pensais que tu suivais moi! c'est quand meme pas bon signe, ca veut dire qu'il y a assez de monde qui sont passés pour que les gens ne comptent plus le classement…

Le début du vélo est tripant. Je reviens sur plein de monde, pour une fois. J'ai toujours du monde en point de mire, c'est motivant. Je sais que Julien est derrière, et je sais qu'il va revenir sur moi en vélo, mais j'espère le plus tard possible, idéalement dans le 2ème tour, et pourquoi pas même le 3ème.

Au bout de 8-9km, la cote de Dosches arrive. Finalement elle est à peu près équivalent à la dune de Mimizan, pour ceux qui ont suivi. 200-300m à 10%. La différence c'est qu'ensuite on enchaine avec 2 fauts plats plus longs qui font bien mal aux jambes (600m à 4,5%, puis 500m à 2,5%). Je passe tout, sans complexe, sur le petit plateau, et je reprends pas mal de monde, surtout sur le premier faux plat, où certains luttent vraiment.

Je ne connais toujours pas mon classement, mais les athlètes devant commencent à se faire plus rare. C'est bon signe mais en même temps c'est frustrant de n'avoir personne à chasser. Vers la fin du premier tour, je me rends compte que je commence à fatiguer. Ouh lala, c'est pas bon, ca, il reste 50km à vélo et 20 à pied. Je décide de lever (un moment) le pied en vélo. Je fais tout au feeling complet. J'ai mon compteur et mon cardio sur moi, mais je l'utilise que pour enregistrer les données. Je n'ai toujours pas jeté un coup d'œil dessus.

Je sais plus à quel moment est venu la première averse. Au début du 2ème tour je crois. Assez violent, j'ai du mal à ouvrir les yeux quand le vent est de face, et quand il est de coté, la position sur le prolongateur est périlleuse. Le froid n'est pas très intense, pas de problème de ce coté là. Le parcours comporte 3 ou 4 tournants relativement dangeureux par temps de pluie, avec des petits gravillons pour aider à déraper en prime. Du coup, je fais hyper gaffe sur chaque tournant, je freine, évite le prolongateur, et passe lentement pour pas prendre trop d'angle. après chaque virage, pour éviter les crevaisons (lecon de Val de Reuil 2011 apprise), je passe un coup de chaussures sur ma roue. Toutes ces précautions m'ont peut etre couté 30sec-1min sur la course (qui auront son importance), mais au moins je ne suis pas tombé, et je n'ai pas crevé!

Je reprends vite du poil de la bete, surtout à l'approche des cotes, car je sais que c'est là que je reprends du monde. Pour le coup, j'ai bien vu cette fois que j'étais plus performant sur le dénivelé que sur le plat. Certains triathlètes qui restaient avec moi sur le plat n'arrivent pas à s'accrocher dès que ca montait.

Encore une grosse averse, et arrive le 3ème tour. Les jambes commencent à devenir lourdes. Des débuts de crampe apparaissent dès que je déclipse pour passer la chaussure sur la roue arrière. J'essaye de continuer à manger et à boire comme il faut. Les barres passent bien mais elles sont un peu longues à macher.

A la fin du 2ème tour, je repasse devant la foule, entend quelques encouragements (merci Nadège, Marc, et Alice), et me décide à regarder ma montre pour la 1ère fois. Verdict: 2ème tour en 46min. Ah ben mince, j'espèrais mieux, surtout que j'avais l'impression de bien marcher. Bon, tant pis, on fait avec. En meme temps, personne ne m'a encore doublé, c'est plutot bon signe, et toujours pas de Julien.

Mais ca ne tarde pas. 1 km avant Dosches, j'entends un bruit derrière moi, et Julien se porte à ma hauteur. Il m'encourage et me dit qu'il a pris un carton. J'essaye de l'encourager aussi, mais reste concentré. On arrive à la montée, et je constate avec surprise et satisfaction que je ne perds rien sur la montée. Je suis en revanche trop près de Julien et d'un autre mec devant. Je ralentis, car je pense que les arbitres sortent vite les cartons en voyant 2 mecs du meme club trop près l'un de l'autre. Je fais la descente à distance respectable. Sur le 1er faux plat, je reviens petit à petit, et sur le 2ème, Julien se ravitaille, et je le redouble. il a l'air dégouté de son carton, mais je lui dis que ca arrive et qu'il faut continuer. Il ne se fait pas prier et repart à l'attaque. Il s'éloignera petit à petit après la montée. Il reste environ 10km, et ils seront très longs pour moi.

Les jambes sont dures, et je compte les km. Des gars que j'avais doublé reviennent sur moi, j'essaye de les garder en ligne de mire devant moi, mais c'est dur. J'ai un peu trop donné dans le 1er tour. je le paye maintenant. On arrive vers la fin, encore un dernier virage dangeureux.

Là je vois Julien debout à coté de son vélo. Je n'ai pas le temps de réagir. Je pensais qu'il avait crevé. En fait il est tombé. Assez méchamment. Bon, je continue, dernière ligne droite.

Ca y est, le parc à vélo est là. Quelqu'un me dit que je suis 30ème. C'est pas mal, mais j'espérais être plus près des 20. Il va falloir galloper maintenant. Je crains un peu de m'être trop grillé en vélo et d'être scotché en CAP. On verra bien, et au pire c'est un bon entrainement pour l'IM.

Au final, je fais 2h17min51sec pour 82,4km, soit environ 36km/h, 36ème temps. Etant donné les conditions difficiles, c'est plutot satisfaisant.

Finalement, mes 2èmes et 3ème tour ne sont pas bien inférieures au 1er. Dans l'ordre: 36,8km/h, 35,8km/h, et 35,5km/h. Il y a quand meme une lente déchéance.

Cette course m'aide aussi à me rendre compte de la difficulté de faire 180km à bonne allure, tout en gérant sa vitesse sans exploser. Sur le plat, j'espère avoisiner les 33-34km/h, mais c'est vraiment difficile de se rendre compte.


CAP


Je pars avec une foulée pas très belle, pas très efficace, d'après mes feelings. J'avais prévu de manger un gel juste avant la course à pied, sur le vélo, mais, la tete dans le guidon, je preferais finir ma barre, plus facile d'accès. Je pars sur les 20km avec juste un gel, que je prévois de manger au bout de 40min, au 10ème, en espérant que ce soit suffisant.

Nick est au début de la course à pied, et m'encourage, me dit que je suis environ 31ème (en fait je suis 29ème), et que le top 10 est 10 minutes devant. Merci Nick, mais le top 10 ca va pas être possible! je vois le 30ème pas très loin, que je reprends après 1km. Et après, plus rien devant. dur pour le moral. J'espérais revenir assez vite dans les 20-25, ca va pas être gagné. En meme temps, je me dis que si je rattrape une personne tous les 2km, je rentre dans les 20. 1 personne tous les 2km, ca devrait être faisable. J'avoue qu'à ce moment là, j'ai cru très fort au top 20, il ne pouvait pas m'échapper!

Au bout de quelques km, je commence à revoir quelques personnes. On rentre dans la foret, le sol est rendu glissant et boueux par la pluie, c'est un peu casse gueule, et c'est dur de poser la foulée. Je n'aime pas beaucoup. Je double un autre concurrent, puis la première féminine (sur qui j'ai mis du temps à revenir). J'arrive sur la longue ligne droite, où on a environ 1km de visibilité. Malheureusement je ne vois pas beaucoup de coureurs devant. A la fin du 1er tour, je pense être environ 27ème. je jette un coup d'œil à ma montre: 38min. Et ben, pour quelqu'un qui n'avait pas l'impression de courir vite, ca fait quand meme du 15,8km/h! Je prends mon gel, car j'avais commencé à avoir faim au bout de 5km, mais avais décidé d'attendre le 10ème, car je ne voulais prendre le risque de courir les 10 derniers avec une boule au ventre. Donc 1 gel pour 20km, c'était pas assez. Je le savais, j'en suis maintenant sur.

Nick me dit 23-24ème. Mais maintenant il y a sur le parcours tous les gars qui font leur 1er tour, et c'est difficile de distinguer qui en est à son 1er tour et qui à son deuxième. Je scrute chaque mec que je double qui a l'air d'avoir une bonne foulée pour voir s'il a le bout de fil rouge autour du cou ou dans la main. Pas toujours facile. J'essaye de compter mon classement.

Au 11ème km, un mec me double, il a une super foulée. il en est à son 2ème tour aussi. J'essaye de m'accrocher. je reste derrière lui 2 ou 3km, mais je dois me résoudre à le laisser partir, frustré. J'essaye quand meme de pas trop perdre par rapport à lui.

Arrivé à 1km du but, je double celui que je crois être 20ème. Me voilà dans les 20. J'essaye de ne pas faiblir car j'entends une bonne foulée derrière moi (il s'averera que c'est un mec qui a couru 30sec derrière moi pendant toute la CAP!).

A 500m du but, j'ai envie de dérouler, mais Nick est là et me dit que le mec devant avec la casquette, 75m devant, je peux le reprendre, et qu'il croit qu'il est 20ème, et moi 21ème. Je lui lance un regard qui veut dire genre "tu peux pas me dire ca maintenant, je vais être obligé d'accélérer, et j'en ai aucune envie". Mais le triathlète ne doit pas reffléchir. Saperlipopette! il est 20ème le mec? Ca serait trop bête. J'allonge la foulée, je sais pas trop comment. Je reviens vite sur lui, et le passe aux 100m. Généralement, quand on passe quelqu'un vite à 150m de la ligne, on insiste pas, mais on lui avait pas dit ca au mec. Et il revient sur moi comme une bombe et me dépose. Je sers les dents, et reste à son contact. Il redonne un coup. Je reste. Il arrete pas de se retourner, c'est bon signe, il doit être à bout. Mais il ralentit pas le con. Je connais l'arrivée, c'est un virage à 90° à gauche, à peine 10m après. Les gens des 2 cotés commencent à bien gueuler pour nous encourager, on donne tous les 2 tout ce qu'on a, cote à cote. On passe la ligne en meme temps.

Passé la ligne, on ne peut pas parler, je peux juste lui serrer la main. Au final, c'est moi qui ai gagné le sprint, mais la mauvaise nouvelle, c'est que c'était pour la 21ème place. J'étais dégouté en voyant le classement final. A 30sec du 20ème (le mec qui m'a doublé). Mon deuxième tour est moins bon que le 1er, mais je finis quand meme en 1h16min41sec les 19,8km, soit 15,5km/h, 11ème temps. Sur un parcours rendu glissant par endroit, avec quelques relances, et après un vélo où je termine un peu entamé, c'est très encourageant.

 

Passé la déception d'avoir loupé la 20ème place pour si peu (et surtout de s'y être vu pendant un moment), je ne peux qu'être satisfait pour cette première course LD. Bien sur, j'ai encore des progrès à faire, surtout en natation et en vélo, mais je commence à ne plus être ridicule aux cotés de gars plus ou moins connus dans le petit milieu du triathlon parisien.

ce WE, j'ai un CD de prévu à Chalain, mais j'ai peur de ne pas avoir trop de motivation pour cette course. On va voir comment se passe la semaine.

 

Coté genou, j'ai eu des douleurs pendant et après la course, surtout en vélo et en CAP, mais aujourd'hui lundi, ca va plutot bien, donc j'espère que c'est terminé.


Allez, on se remet à l'entrainement! Dernière ligne droite avant l'Iron Man

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans CR complet
commenter cet article

commentaires

Marie-Noëlle 06/06/2012 13:29

Tu nous as toujours habitués a atteindre les buts que tu te fixes, on est presque blasés, mais là, vraiment, tu nous impressionnes... D'abord à Mimizan, et maintenant là ! Chapeau !