Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 11:06

les résultats sont ici

 

Pas de pression, que du plaisir

 

Je voulais faire, le lendemain du half Altriman, le sprint, histoire de me faire plaisir, et de faire une course aux avants-postes, chose que je ne pensais pas possible sur le half. Mais m’y étant pris trop tard, le sprint était complet, et j’ai du me contraindre à m’aligner sur le CD.

Beaucoup moins bien, car plus tot le matin, mais surtout je me sentais capable de faire une bonne perf sur un sprint même avec un half dans les jambes, mais un CD c’est plus la même histoire.

 

Heureusement, pour m’accompagner sur ce défi, mon fidèle accompagnateur sur les triathlons du coté de Toulouse, Val pour les intimes, est là et prêt à en découdre !

Avec ma belle perf de la veille encore bien dans ma mémoire, je suis sur mon petit nuage, et je ne pense pas avoir la gnaque nécessaire pour perfer un nouvelle fois sur le CD. De plus, je ne veux pas prendre le risque de me blesser ou devoir prendre 2 semaines pour me remettre de mes efforts. J’ai dans le viseur 2 course en aout et j’espère bien les préparer.

La tactique était donc la suivante : natation à fond, pour voir ce que je peux faire. Si je sors en très bonne position, c’est à dire dans le top 5 (chose qui me paraissait impossible), je continuais à fond pour aller chercher une nouvelle perf. Sinon, j’attendais Val à T1 et je fais le reste de la course avec lui.

 

Au départ, je ne prends pas le temps de m’échauffer. Je ne suis pas trop dans la course, mais j’essaye de me positionner devant. Dès le départ, je me sens asphixié, et je n’arrive pas à avancer aussi vite que voulu. Je me cale dans un petit groupe derrière, en dernière position, le temps que ca passe.

A la sortie à l’australienne, je décide de me bouger, et je remonte tout le paquet, puis essaye d’accélérer pour lâcher le groupe. Je sais pas trop si j’y arrive mais je suis très content de mon 2ème tour, et j’arrive fatigué à l’air de transition. Je suis loin des 5 premiers, fatigué, j’ai pas la gnaque, et je décide d’attendre Val tranquillement. Finalement, et bizarrement, d'après mon Garmin, mon 2ème tour n'était pas plus rapide que mon 1er !

A la transition, je prends le temps de bien étendre et dépoussiérer ma combi, histoire de la retrouver plus ou moins sèche et propre après la course.

 

Quand Val arrive, je suis prêt à partir, et je me mets au début derrière lui pour pas l’influencer sur la vitesse à choisir. J’essaye de le conseiller mais je pense que je dois le saouler plus que l’aider, donc j’arrête au bout de quelques minutes.

D’ailleurs, on a l’occasion de parler d’autre chose, puisque son petit plateau ne veut pas passer. Etant donné ce qui nous attend, je lui conseille de s’arrêter, se mettre sur petit plateau manuellement, et faire le reste de la course comme ca, sinon il va pas tenir les montées. On s’arrête donc, il met son plateau, on se fait doubler par tous les gens qu’on avait déjà doublé, plus d’autres, et on repart. Sur la première descente, Val se porte à mon niveau et me dit « je crois que j’ai fait une connerie, j’ai passé le grand plateau ». Et merde, je lui dis que c’est un boulet, on se marre, mais finalement il arrive à tripatouiller et trouve une technique pour arriver à changer la vitesse. C’est déjà ça de gagné.

Je suis relativement à l’aise à l’allure où on va (sorry Val…) et je décide de forcer sur 1 ou 2km de faux plat descendant. J’appuie fort, me met en position aéro, et la vitesse monte à 50km/h. C’est grisant, surtout que je double du monde et le différentiel de vitesse entre nous me donne encore plus une impression de vitesse.

J’attends Val dans la montée, et ceux que j’ai doublé me redoublent, et j’imagine qu’ils se sont dit que je faisais n’importe quoi…

 

On monte cote à cote la montée, avant de se lancer dans la descente, dangereuse, la même que la veille.

Vers la fin de la descente, j’aperçois un gars sur le bord de la roue en train de réparer. Je m’arrête pour lui demander s’il a tout pour réparer. Chose que je ne ferai pas si c’était une course que je faisais à fond, soyons honnête ! Mais là, j’effectue ma BA, car le gars a une pompe qui ne marche plus, et je lui file la mienne, avant de repartir. C’est cool, parce que j’avais déjà demandé à 1 ou 2 autres gars sur le coté s’ils avaient besoin d’aide et tous avaient refusé. J’étais en mode « aide ton prochain », sans stress, sans but sur la course, et bien c’était bien cool aussi.

Je finis la descente et aborde la grosse montée, où j’essaye de revenir le plus vite possible sur Val. Puis je me dis que je vais faire la montée à bloc. Je lui dis que je l’attends en haut. C’était la même montée sur la fin que la veille (col de Creu), et bien qu’en me donnant à fond, je suis à peu près aussi rapide que la veille, peut-être à peine 0,5km/h de plus. C’est fou !

En haut, j'ai le temps de faire un petit pipi propre, pour une fois que je suis pas obligé de me faire dessus...

 

Sur la descente, Val prend de l’avance, et j’ai du mal à le rattraper sur le plat. Je me dis qu’il avance bien, et on reprend pas mal de monde, effectivement. Je le rattrape enfin, et j’essaye de le motiver pour rattraper des gars devant. On roule comme ca pendant une dizaine de km, puis pour la fin, je décide d’accélérer, juste parce que j’avais envie.

 

Je rentre au parc tranquille, j’enfile mes chaussures, et attend Val qui ne tarde pas.

 

C’est parti pour la cap. Le début est très difficile, et même à 12km/h, j’ai du mal, et je me demande si je ne vais pas abandonner. Mais au bout de 1km, ca passe, et je suis plus à l’aise. Val a plus de mal, et j’essaye de le booster pour pas baisser d’allure. On se fait un peu doubler, on double un peu. Globalement, on a tenu une allure à peu près stable de 12km/h sur les 10km, et à l’approche de la ligne d’arrivée, Val accélère comme si de rien n’était.

 

Mais bien sûr ! S’il croit que je vais lui laisser la gloire de la 116ème place, il se trompe! J’accélère juste ce qu’il faut, et avec mon hawk eye, reste en gestion pour passer la ligne 0,1 seconde avant lui. C’est pas moi qui le dit, c’est la puce!

Ca nous a valu un bon fou rire en voyant les résultats le lendemain.

Au final, je fais 20ème temps en nat en 19min54, à 2min20 du 1er, qui a mis une mine à tout le monde, et à 1m20 du 2ème. Je n’avais jamais été aussi proche de la tête de course après la natation sur un CD. Mais il y avait moins de 1500m, c’est sur (je dis ça car je sais que je ne nage pas 1500m en 20min), donc les écarts étaient moins importants.

On fait le vélo et la CAP de façon à peu près équivalente (106ème vélo pour moi, 111ème pour Val, et 108 et 109ème en CAP). Ça nous place donc 116ème et 117ème sur 211 finisher, en milieu de tableau, la faut à une natation poussive de Val qui va devoir s’acheter une vraie combi s’il veut essayer de ne plus lutter à tourner les bras dans sa combi de planche à voile. Enfin moi je dis ça...

 

C’était bien agréable en tout cas, cette course sans se prendre la tête. En plus l’avantage quand on est dans le peloton, c’est qu’on voit plein de monde, on arrête pas de se doubler avec les autres concurrents, ça motive !

 

Pour Val, une bonne motiv pour le Triathlon de la Montagne Noire, où l’on se retrouvera, mais cette fois-ci, chacun pour soi !

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans CR complet
commenter cet article

commentaires