Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 14:52

Une course en duo

 

les résultats

 

La première de mes 3 courses à pied de fin d'année me mène à Argenteuil, pour un 10km.
Max, qui prépare un marathon pour la semaine prochaine, m'accomagne sur cette course. On pense avoir sensiblement le même niveau, ce qui devrait nous permettre de courir ensemble, au moins en début de course.
Je passe prendre Max et, juste avant d'arriver, on se fait arrêter par la police. Bien sur, j'avais pas mon permis de conduire, mais heureusement j'avais ma carte d'identité et les papiers de la voiture. On pense que c'est juste un controle de routine, mais en fait on roulait sur une voie de bus.
"Ah bon?"
"Ben oui, vous avez pas vu les panneaux et les marquages?"
"Ben non..."
Ils ont été gentils, et comme ils ont vu qu'on était en tenue pour faire la course, ils nous ont laissé repartir sans rien.

Les dossards récupérés, l'échauffement commence. Il fait un peu froid, la pluie menace, mais finalement on passera entre les gouttes, le temps de la course. Pour une fois, je me sens bien, je n'ai pas de pression, aucun vrai objectif (hormis courir le plus vite possible). Je n'ai pas le souffle un peu court et les jambes lourdes comme sur la plupart de mes échauffements d'avant course.
On met en place la stratégie avec Max: ne pas partir trop vite. Il a fait la course il y a 2 ans, et il me prévient que ca grimpe pas mal, et qu'il avait explosé à la mi-course. On décide donc de partir sur un rythme de 3m30 au km, et de voir ensuite, essayer de le tenir le plus longtemps possible. Je le préviens que je cours toujours au feeling, mais que j'essaierai de me "brider" lors des premiers km pour pas partir en 3m15...

On croise 2 compères de l'ESN avant la course, et puis on se met sur la ligne de départ, en 1ère ligne. On doit partir avec les jeunes qui font des courses de 1 ou 2 km. On craint que ce soit le bordel, mais heureusement les jeunes se décalent sur la droite au départ: on est libre pour lacher les chevaux.

Et c'est parti! Comme prévu, et pour la 1ère fois sur un 10km, je ne pars pas à bloc, et je me retrouve rapidement 20ème-30ème. Ca ne m'inquiète pas plus que ça, devant moi, il y en a un paquet qui n'ont pas l'air de bien courir et qui devraient craquer avant la fin de la course.
Et cela arrive dès le 1er km! On passe en 3m26 environ, donc très proche du rythme visé. Je suis à l'aise, Max est avec moi, on est environ 15ème.
Les difficultés commencent, et je décide de ne plus regarder ma montre: le reste se fera au feeling.
Je suis à la tête d'un petit groupe, je ne vois plus Max, mais je me doute qu'il doit être juste derrière. Pendant un ou 2km, j'essaye de me défaire de 2 coureurs qui nous accompagnent et qui ont un rythme trop saccadé: ils passent devant, repassent derrière, c'est gênant.

On doit être environ 10ème à l'approche du 3ème km. Devant, le 1er est échappé, on ne le voit déjà plus. Le deuxième et le 3ème sont également échappés, mais on les garde en visu. Derrière, un petit groupe de 6 ou 7 coureurs. Ensuite vient notre groupe. Je me dis qu'un top 5 est jouable.

On est passé au 4ème en 14m26, donc en retard sur le planning, mais les bosses étaient nombreuses. Le 3ème commence alors à craquer, et il se fait tour à tour avaler par le 1er groupe, puis laché par le 1er groupe, puis avalé par notre groupe, puis laché par notre groupe. Il est parti bien trop vite et l'a payé...
Dans notre groupe, les autres lachent. Max se porte à ma hauteur, il est là et bien là.
Je suis encore relativement à l'aise, j'ai l'impression que Max a plus de mal, mais il reste accroché.
On est passé au 5ème en 18m05. C'est assez lent, mais c'était la tactique prévue.

Ca commence alors à devenir de plus en plus difficile. Devant, le groupe perd petit à petit ses membres. A chaque fois, on les avale, ils essayent de s'accrocher, et lachent au bout de quelques centaines de mètres. On est encore derrière le groupe, mais on se rapproche petit à petit au fil des km.

Les km s'enchainent, les montées aussi, Le 6ème et 7ème km ne sont pas plus rapides, en 3m41 et 3m36. On court maintenant ensemble avec Max, cote à cote, en tenue de Nanterre. C'est bien sympa, les gens nous encouragent.
Vers le 7ème km, on est revenu à 20-30m du groupe de devant, qui n'est composé plus que de 3 coureurs. On est donc 6 et 7ème. Le 1er est loin. Le 2ème est encore en visu devant, mais assez loin quand même. Un gars du groupe de devant attaque, et les autres ne peuvent pas répondre. On revient sur les 2 derniers du groupe en haut d'une cote, et une longue descente commence. Max prend les commandes et prend quelques mètres d'avance en descente. J'essaye de m'accrocher, mais c'est dur. Sur le plat, j'arrive à revenir sur lui, mais je reste derrière. Les 2 autres ont laché. On est 4ème et 5ème. Les 2 et 3ème sont pas très loin mais courrent bien. Derrière je sais pas. De toutes manières, je suis plus en état de m'imaginer quoi que ce soit, je me concentre juste sur ma course pour essayer de rester derrière Max.
Grace à la descente, on fait le 8ème km en 3m13.

Maintenant c'est moi qui ait du mal à suivre Max. Au 8ème, j'ai trop mal, j'hésite à continuer sur ce rythme, je m'imagine ralentir et encourager Max pour aller chercher le podium. Mais je repense à mes séries de 10*1000m que j'avais réussi à finir malgré mon impression que je n'y arriverai jamais. Je me dis que je peux encore tenir malgré tout, c'est que 2km! J'avance sans refflécher en suivant Max. Il y a des gens sur la route, on nous encourage beaucoup, mais c'est dur de répondre, toute mon énergie est dans mes jambes, je suis à la limite de la rupture.
Vers le 9ème, je crois entendre des pas derrière moi, et je me dis qu'on va se faire reprendre. On court le 9ème en 3m25. C'est pour ca que c'était si dur...

On arrive enfin sur la dernière ligne droite, on voit l'arche devant nous. Il doit rester 500m. J'avais prévenu Max avant la course que si on arrivait ensemble, je ferai le sprint.
En voyant l'arrivée, j'ai un boost d'énergie, je me porte à sa hauteur et lui dit un truc du genre: "sprint alors?". Mais il me répond qu'il pourra pas. On est tous les 2 à bloc.
J'essaye d'accélérer progressivement. On est cote à cote sur la dernière ligne droite, c'est assez trippant. Puis à 50-100m du but, je trouve le jus nécessaire pour placer une fanche accélération. Max a pas essayé de suivre, il m'avait prévenu qu'en cas de sprint, il ne donnait pas cher de ses chances. Dernier km couru en 3m14 quand même. Les 3 derniers en 9m52 (18,2km/h) et le deuxième 5km en 17m09

Je passe donc la ligne 4ème, en 35m13. Max 5ème en 35m16. Derrière ce n'est pas loin, en 35m23. On est pile dans la fourchette escomptée, même si au vu de la course, je pensais avoir fait mieux. Il y avait quand même pas mal de dénivelé (80m environ).
Les 2ème et 3ème n'étaient pas loin, en 34m53 et 35m01, mais je me dis qu'on a fait une bonne course tactique, régulière, avec Max, et qu'on a fait ce qu'on pouvait faire de mieux. Si on avait été dès le début dans le groupe "de tête", c'est peut être nous qui aurions craqué.
Coté cardio, j'ai "progressé" en FCmax. Après mon entrainement de lundi où j'ai atteint 184, j'étais à 182 sur le sprint, soit un peu plus que mon max de 181 de ces dernières années. C'est bon signe.

Le 1er est une "vieille connaissance", qui termine toujours quelques minutes devant moi sur mes CAP en IDF. Notre différence sur cette course est à peu près identique à ce qu'elle était l'année dernière.

Finalement, malgré une préparation plus que chaotique, sans vraiment de planning et de pic de forme programmé, j'ai un niveau similaire à l'année dernière!
Le vrai test sera dimanche à Vélizy, sur un 10km plat (normalement...), où j'essaierai de me rapprocher de mon "personnal best" de 34m32 que j'ai fait à Nanterre l'année dernière.

Pour le semi, si tout se passe bien à Vélizy et si mon rhume veut bien me lacher, je viserai 1h17, voire 1h16, sait-on jamais?

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans CR complet
commenter cet article

commentaires