Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 15:00

Plus ou moins 10 secondes…

Les résultats ici

Les duathlons sprints, c’est ça, ça se joue à coup de secondes… quelques secondes à T1 pour perdre le bon paquet, quelques secondes à l’arrivée pour départager les paquets.

A ce jeu là, j’ai eu un peu de réussit pour chopper le premier paquet à vélo, mais par contre à l’arrivée il me manque une poignée de secondes pour être satisfait de mon classement.

Au final 12ème donc, quand je visais top 10 au minimum, et en vérité un top 5. Des objectifs ambitieux, que je n’ai pas atteint donc, mais dont je ne suis pas si loin, en terme de temps (3s du top 10, 17s du top 5).

J’arrivais sur cette course avec l’envie de montrer mes progrès par rapport à l’année dernière. L’objectif était du rester dans le 1er pack et de faire parler la poudre en 2ème CAP.

Après un échauffement bien poussé, et une journée à attendre le départ de la course et à se demander comment on allait s’habiller, on se dirige vers la ligne de départ. Au final, je choisis trifonction simple (sans dessous long) malgré la température fraiche (7-8°C), il y avait du soleil par intermittence, et on est passé entre les gouttes par miracle toute la journée, la route était sèche. On se dirige vers la ligne de départ donc, ou plutôt devant le parc à vélo, là où doit se tenir le briefing. L’année dernière, je me souviens, dès le briefing fini, c’était parti à 18km/h, je pensais que tout le monde volait le départ, mais en fait tout le monde courait pour se placer sur la ligne de départ. Cette année, tout le monde avait cela en tête, et avant et pendant le briefing, tout le monde marchait, voire trottinait vers la ligne de départ, malgré les injonctions du speaker de rester en place. Au final, il restait quand même 200m à courir pour rejoindre la ligne de départ, que je cours comme tout le monde pour aller me placer en 1ère ligne, mais je me fais passer devant et je me retrouve en 2ème ligne.

Et Pan ! Ça part vite ! Trop vite ! Bien trop vite ! C’est du grand n’importe quoi, comme l’année dernière ! J’essaye de pas m’emballer, mais de pas laisser trop partir non plus, comme décidé avec le coach. Malgré mon départ rapide, je me retrouve très rapidement aux alentours de la 50ème place ! Je remonte quand même petit à petit, et au bout de 1km, je suis dans le groupe de tête d’environ 20 unités. Enfin, un gars devant s’est échappé. J’apprendrai qu’il s’agit du champion d’Europ du 3000 steeple, donc rien de bien surprenant. Il nous aura collé 1m15 en un peu plus de 4km.

Je reste dans le groupe de tête. Je ne suis pas « facile », mais je ne suis pas à l’agonie non plus. Je me mets au chaud à la 3ème/4ème place. Sur la fin c’est un peu plus dur et je dois rentrer au parc à la 6ème, 7ème place. Pour la 1ère fois, je tentais la transition expresse avec élastiques. Ça n’a pas été une réussite incroyable, surtout le petit saut de cabri qui ne s’est pas fait à grande vitesse, mais je pense avoir limité la casse. J’ai été favorisé par un placement dans le parc à vélo près de la sortie, donc je n’ai pas eu à pousser beaucoup mon vélo.

Malheureusement, je peux enfiler une chaussure, je laisse l’autre pied sur la chaussure car je vois un groupe devant se former. Difficile de juger la distance, peut être 50m. J’essaye d’appuyer pour revenir, mais je garde quand même de l’énergie. Je me souviens de l’année dernière où j’avais trop donné sur le 1er km, je n’étais pas revenu, et ensuite j’avais explosé. Là je gérais plus ou moins en me disant : « si je vois que je me rapproche à cette allure, je donne un petit coup pour les reprendre ». Un gars est dans ma roue, je demande le relais, mais il me répond qu’il ne peut pas et s’excuse. Pas de problème, c’est la course, chacun fait ce qu’il peut/veut. Il passe quand même un petit relais au bout d’une ou 2 minutes, mais je repasse au bout de 10s car ca n’avance pas. Il s’excuse de nouveau, moi je n’y prête pas attention. Mais je vois que le groupe commence à s’éloigner. En plus on attaque les premières relances et dans le groupe de tête ca attaque alors que moi j’essaye de rester constant. Au bout de 3km, j’entends « à gauche ! ». Et je vois passer un gars à toute allure. Je sais toujours pas si celui qui a crié est mon compère qui me prévenait que le train passait et qu’il fallait pas le louper ou si c’était les gars du train pour me prévenir de pas me décaler, car j’ai essayé de sauter dans la roue, mais les gars derrière m’ont gueulé dessus, et il a fallu que je laisse passer 3-4 mecs avant de pouvoir me caler dans la roue. Effort intense, surtout après mon effort solitaire de 4-5 minutes, mais j’arrive à accrocher le wagon, avec une grosse satisfaction. Le conducteur, un monstre à vélo, nous ramène en quelques minutes sur le groupe de tête, et nous voilà 17 en tête. Je me refais la cerise pendant quelques km, et je reste au fond du paquet. Apparemment, le groupe s’est scindé en 2 à un moment donné, mais je n’ai rien vu. A chaque virage, à chaque relance, je serrai les dents pour garder le paquet. Il y avait 4 tours de 4,5km, et environ 4 grosses relances par tours. Finalement, j’ai tenu, comme tout le monde, personne a craqué dans le groupe. L’athlète en 1er du 3000m steeple s’est fait reprendre assez vite en vélo et a choisi de ne pas trop prendre les roues, pour éviter les chutes, car c’est vrai que ça frottait un peu. Je me suis fait 2-3 petites frayeurs, mais c’est passé…

Sur les 2 derniers tours, j’ai essayé d’être plus présent à l’avant, mais c’était pas facile de se faire une place. J’ai même cru faire parti du bon coup quand j’étais à la 3ème/4ème place et je vois 2 des gars forts se faire un signe de la tête et attaquer, j’arrive à sauter dans la roue et à tenir, mais rien n’y fait, ca suit aussi derrière. Je me suis fait un petit plaisir à environ 2km de la fin où j’ai passé un relais en tête de la course donc, mais ce n’était peut-être pas une bonne idée. Je voulais être placé pour ne pas souffrir lors des dernières relances, mais ça n’a marché qu’à moitié. Au final, vers le dernier km, je vois certains qui commencent déjà à descratcher. Moi, j’attends encore un peu, mais je comprends alors pourquoi ils ont pris de l’avance. Alors que je descratchais mes chaussures pour placer mes pieds sur les chaussures, je vois que je recule dans le paquet, me faisant doubler par ceux qui l’ont déjà fait, et qui peuvent pédaler. Je n’ai pas réussi à me replacer à l’avant du paquet avant la T2 et j’arrive en T2 pas en queue de peloton, mais pas loin.

L’avantage que j’avais en T1 est un désavantage en T2 : je dois pousser mon vélo pendant toute la longueur du parc à vélo. C’est une vraie bataille. L’allée est petite, des gars sont déjà en train de mettre leurs chaussures de CAP, yen a même un en sens inverse qui est allé trop loin avec son vélo, du coup ça bloque un peu le passage, je manque de perdre mon vélo à un moment, de me casser la gueule en passant à gauche (j’ai d’ailleurs dû marcher sur quelques paires de chaussures qui attendaient, pas cool…). T2 pas terrible donc, et je repars quasi dernier de mon groupe, 16ème sur 17, déjà à 19s du 1er, 13s du top 5, et 9s du top 10. Ça parait rien comme ça, mais chaque seconde compte. Je suis à peu près à la même allure que tout le monde, je n’ai pas l’aisance que j’espérais avoir. Le vélo m’a bien entamé, mais j’essaye de faire du mieux possible. Un gars parti avec moi prend un peu d’avance, mais on reprend d’autre gars devant. On m’annonce 15ème, puis 14ème. Je reviens sur un cadet et je le double à 1km de la ligne. Au demi-tour, je vois le champion d’Europe du 3000m qui revient à grande allure, je suis persuadé qu’il va me reprendre. Je commence à vraiment être dans le dur, mais j’entends derrière moi des pas. Quand j’aperçois l’arche d’arrivée, j’essaye de débrancher le cerveau et j’accélère. J’arrive à garder ma place et même à doubler un gars dans les 10 derniers mètres.

Dans l’aire d’arrivée, tout le monde agonise par terre. Je me dis « mince, pourquoi j’arrive pas à me mettre minable comme ça, moi ? », et tout de suite je me dis que j’aurai pu plus donner. Mais bon, pendant la course, j’avais quand même l’impression d’être à fond, alors. Par contre, c’est vrai que mon cardio n’était pas au taquet.

Bilan comptable : 12ème donc. Les gars devant sont à peu près les mêmes que l’année dernière, mais dans un ordre dispersé. C’est sûr que quand cela se joue à quelques secondes, les classements changent vite !

Sur la 1ère cap, je fais par km : 3m13/3m13/3m21/3m24 et des brouettes, soit 13m44 pour 4,21 km GPS, soit environ 3m18 par km « réel ». Je rentre à T1 avec le groupe de tête (excepté monsieur 3000m steeple) et je ressors 9ème, à 7s du 1er (du 2ème quoi…). Malgré cela je loupe le groupe de tête, mais je ne peux qu’être satisfait de ce chrono. Quand je compare aux 6km de Pau, c’est 5s/km de mieux (OK, j’avais que 4,2km, mais je devais gérer pour le vélo derrière quand même). Difficile d’espérer faire mieux. Malgré ce chrono que je considère très bon, on était encore 12 ou 13 dans ces temps ! Ya du niveau !

Sur le vélo, en moyenne j’ai roulé à 41km/h, mais ça correspond pas à grand-chose, tellement c’était fractionné. Même si on a essayé de bosser cela à l’entrainement, je ne me sens pas vraiment à l’aise sur ce type d’effort. Malheureusement, mon mauvais pilotage m’a aussi pénalisé je pense, et m’a forcé à m’employer à chaque relance bien plus que ce que j’aurai pu si je prenais les virages mieux, et avec plus de vitesse… C’est comme ça, chacun a ses qualités, j’espère m’améliorer encore sur ce point.

Sur la deuxième CAP, je suis forcément déçu. Il y avait 2,38km GPS que j’ai couru en 8m03, soit 3m25/km. 7s de plus par km que sur la CAP 1. Quand on voit ce que vaut 1 seconde, j’ai quand même quelques regrets. J’ai fait illusion sur le 1er km en 3m20, mais je souffre en 3m33 sur le 2ème, et j’arrive à accélérer un chouilla sur le sprint final. Je fais quand même le 8ème temps de la CAP2, mais c’est très très serré, et je ne rattrape pas les gars qui m’ont pris 10s sur la T2, même si je cours un peu plus vite.

C’était une bonne expérience que ce duathlon drafting. Un format qui fait vraiment mal aux pattes. Mais au final, je ressens quand même une petite pointe d’amertume, comme un sentiment d’inachevé. Il y avait la place pour mieux c’est sûr. Il y avait la place aussi pour prie, vous me direz (16ème à 9s). Je m’en veux de pas mêtre mieux placé en début de T2, ca m’aurait permis de gagner 2-3s là, puis 4-5s car le champ aurait été libre, puis peut être encore quelques secondes le fait d’âtre à la lutte pour un top 5. Et puis forcément cette CAP2 me laisse quelques regrets, je me dits que mon km en 3m33, j’aurai du être meilleur. Bref, avec tous ces si, je remonte au classement, mais tout le monde peut dire pareil, alors… Il n’empêche, j’ai quelques regrets.

J’en ai un nouveau dans 2 semaines à Carcassonne. On fait avec la Tribu 64 8ème équipe Aquitaine pour 6 places qualificatives pour la demi-finale. A priori c’est mort, mais on demande dans les tous prochains jours si 2 équipes se désistent, il y aura peut-être mais peu probablement, une place pour nous. Donc soit je ferai la course Open de Carcassonne, soit je ferai la demi-finale D3. Les 2 courses seront très probablement très différente. En D3, le niveau sera encore plus élevé, ça va être le même type de course (faut que je vois si le parcours est aussi sinueux et donc peu à mon avantage ou avec quelques bosses, ce qui peut m’avantager… peut être !), mais sur l’Open, il y a de grandes chances que le niveau soit bien moins élevé et que le groupe de tête, dont j’espère faire partie, soit composé de très peu de coureurs. La gestion de course sera bien différente. Réponse dans quelques jours !

update: on est qualifié, 2 équipes se désistent ! J'ai regardé le parcours... pfff, encore plein de virages, ca va être compliqué ! Une mini cote qui va peut être me permettre de me mettre en valeur, on verra bien, mais j'ai déjà hâte, et j'espère faire mieux !

Un petit mot pour remercier LA supportrice de la Tribu, si elle me lit, qui avait fait le déplacement pour nous encourager. Merci !

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon
commenter cet article

commentaires