Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 14:00

Improbable premier !

Moi qui suis loin d’être un spécialiste du trail, voilà que je remporte ma première victoire dans une épreuve d’endurance sur un trail ! Je dis bravo ! Bon, j’aurai préféré que ce soit sur un triathlon mais on va pas bouder son plaisir.

C’est vrai que c’était une petite course de village, mais c’est quand même cool d’avoir réussi à gagner.

Je prenais le départ avec aucune pression, cet été n’a pas été très studieux en entrainement, à part quelques grosses sorties de vélo, mais je sais (j’espère) que sur mes « qualités » intrinsèques, sur une petite course de village, ya des chances que je sois parmi les premiers.

C’est le trail de Saint-Vincent, le village où l’on vient de déménager. D’ailleurs, nous sommes en plein déménagement ce WE, et j’arrive à m’esquiver 2h pour faire cette course à 3km de chez nous.

On est 75 au départ, et le parcours est pas mal de route, un peu de chemin, et un peu de « vrai trail », à savoir à travers champs, avec tous les risques pour les chevilles que cela implique.

Au départ, ca ne part pas trop vite, et je me retrouve dans le groupe de tête. Au bout de 200m, ca descend, et un gars commence à se détacher. Je décide d’y aller et je me laisse porter par la gravité pour le rattraper. Je sens que derrière il ne reste plus grand monde. Sur le plat on court à 2, avec un 3ème et/ou 4ème que j’entends derrière. On va passer la cinquantaine de marcheurs partis 10min avant nous, pas souvent facile, ils oublient que des coureurs vont arriver. On a le droit à quelques encouragements, mais aussi quelques difficultés pour les dépasser. Rien de grave, je suis toujours « sous contrôle ». Le gars qui court avec moi (devant moi surtout car dès que j’essaye de passer il accélère, donc je me cale derrière) n’a pas une belle allure (comprendre esthétique de course à pied) et je me dis qu’il va exploser à un moment, mais il avance quand même. On aborde une première descente plus technique, dans l’herbe, et là il commence à prendre un peu d’avance. Je prends pas de risque et en bas, je m’arrête même 5s pour boire un coup car il fait un peu chaud et je sens que j’ai déjà soif (on est à 3km sur 12). On commence la première belle montée, et j’ai une quinzaine de secondes d’avance. Derrière, j’ai l’impression que c’est plus loin et je commence à me dire que la victoire va se jouer entre nous 2. La montée est bien bien raide et je me mets à marcher assez vite. Devant, il va courir tout le long de la montée, mais finalement je ne perds quasi rien sur lui, voire je lui reprends du temps. Il garde un peu d’avance sur les prochains km, on redescend, remonte, rebelote je marche mais je ne perds rien sur lui, puis une petite descente hyper pentue où je perds encore un peu de temps. J’ai 20s de retard, il doit rester 2-3km, et je commence à être dans le dur, et à pas vouloir me faire mal. Il reste une montée moins pentue dans la forêt. Un bénévole me dit : « allez, tu peux le manger dans la montée ». Ca me fait rigoler car à ce moment je ne pense pas du tout à le rattraper. Mais j’essaye quand même de bien faire la montée, et à ma grande surprise, je reviens très rapidement sur lui. Je me dis qu’il est cuit et que je vais pouvoir passer, mais je me cale derrière car il y a pas beaucoup de place pour doubler et parce que je veux souffler un peu. Quand on revient sur une route plus large, j’essaye de tester un peu, mais de nouveau il accélère quand j’essaye de passer. Là je deviens très faible mentalement et je suis prêt à me contenter de la deuxième place. Je n’ai aucune envie de me battre pour la victoire, je veux juste rallier l’arrivée en souffrant le moins possible. Je reste tout de même derrière lui encore un peu en me plaignant.

Puis, à un moment, sans réfléchir (mais vraiment sans réfléchir, je sais toujours pas ce qui m’a poussé à faire ça), j’accélère assez fort, de nouveau il accélère pour pas que je passe devant mais là j’insiste un peu et j’en remets un coup, et au bout de quelques secondes je vois qu’il lâche. Je me dis « cool, je garde ce rythme encore un peu, et ensuite je peux terminer tranquille comme prévu », mais on passe dans un passage complètement labouré, je continue à puiser dans mes ressources. Puis le dernier bout de route, il doit rester 300-400m, je continue à aller vite, sans réfléchir, en regardant un peu derrière, j’ai l’impression qu’il n’y a personne mais je suis pas sûr et je finis finalement à fond jusqu’à la ligne, que je passe en vainqueur, mais sans vraiment apprécier. En fait, il avait vraiment bien laché car il arrive 40s derrière moi alors que j’ai attaqué dans le dernier km. Derrière, c’est très loin, le 3èmearrive 5min derrière.

51min pour 11.9km et 300m de D+ environ, soit 14 km/h tout pile. C’est pas monstrueux comme chrono, mais c’est difficile de se faire une idée avec ce dénivelé et les chemins avec peu d’accroche. J’ai quand même fait le dernier km avec un léger faux plat montant en moins de 3m30.


Content de cette victoire, on ne va pas dire inespérée car je savais qu’il y avait une chance de victoire, mais c’est vrai qu’elle vient un peu bizarrement, car je pense que je suis dans une forme à peu près la pire depuis 3-4 ans, avec de moins en moins d’entrainement. Donc je suis loin de m’enflammer, je suis content de voir que malgré le manque d’entrainement, je garde un bon niveau, et il me tarde de m’y remettre sérieusement et d’attaquer la saison 2016 avec un niveau retrouvé pour montrer ce que je vaux vraiment après cette saison un peu entre parenthèses.


Et puis cette victoire me permet d’avoir un petit article sur le journal du coin, La République des Pyrénées, et même d'un deuxième, sur le journal rival du 65: La Nouvelle République des Pyrénéess (spécial dédicace aux patients de Nicky d'avoir déniché l'article !), et de montrer le maillot de mon club, La Tribu 64. La classe internationale quoi !

Et puis, ca nous a permis de mieux nous intégrer à Saint-Vincent: "ah, je vous reconnais, c'est vous qui avez gagné la course !". Pour une fois que je suis plus "connu" que Nicky !

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon
commenter cet article

commentaires