Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 10:00

Pas de répit, on enchaine !

 

les résultats ici

 

4ème participation de suite pour moi à ce triathlon de la Montagne Noire

Après 3 participations au CD, je m’inscris cette année sur le sprint, car 6 jours après l’Ironman de Zurich, j’ai un peu peur d’exploser en vol sur le CD.

 

Aucune pression sur ce triathlon, mais de l’ambition quand même.

Le timing est serré : fin du boulot à 17h30 vendredi, train à 19h, arrivée chez Valou à Toulouse à 2h du matin (j’ai réussi à dormir dans le train), lever 5h du mat pour aller à Fontiers Cabardes dans l’Aude pour départ de la course 9h. Valentin est lui inscrit sur le CD de l’aprem. On pourra s’encourager respectivement sur nos courses !

Je décide de ne pas descendre tout mon attirail de compet, d’une part pour être plus tranquille dans le train, et d’autre part parce que le parcours vélo est très vallonné et l’aéro est moins important.

Je pars donc avec mon mulet que j’utilise tous les jours en vélotaf (ça reste un vélo de course quand même) et mes roues d’entrainement.

 

Malgré cela, de l’ambition quand même disais-je. En fait, je vise la victoire. Je me dis que c’est une petite course (100 participants environ), qu’il n’y a pas forcément un gros niveau, et que j’ai toutes mes chances.

Le retard est retardé d’une heure après un orage, les organisateurs espérant que la route sèche un peu.

Je repère quelques concurrents que j’ai croisé sur d’autres courses, et d’autres qui me paraissent bien affutés, et je me dis que la victoire va pas être simple.

 

2014-08-01 S Montagne Noire 04

pour se rendre au départ, 3km tranquilou avec les autres participants.

 

En natation, 3 boucles de 250m avec sortie à l’australienne. Je ne comprends toujours pas pourquoi les organisateurs insistent à faire ces 3 boucles sur le S alors qu’on pourrait n’en faire que 2. En plus, ils ont placé la 1ère bouée à 50-100m, et il y a environ 15-20m entre la bouée et la berge. Bref, c’est clair que ça va être compliqué. D’autant plus incompréhensible que sur le M de l’après-midi, cette première bouée n’est pas prise en compte parce que, d’après l’organisateur « vous êtes trop nombreux, ça va être le bordel ». C’est vrai que sur le M ils sont 120 alors que sur le S on est 105…

2014-08-01 S Montagne Noire 02

où est Charlie Féraud ? indice: il regarde au loin, décontracté... toujours pas? 2ème rang, à droite du bonnet jaune...

 

Bref, ce qui devait arriver arriva : un sprint pour ceux qui veulent jouer les premiers rôles jusqu’à la première bouée. Je prends quelques mètres de retard dès le départ (parti en 2ème ligne) et je lutte pendant les 50m pour ne pas être trop loin. Je m’en sors pas trop mal, je passe 10-15ème environ, mais quand je vais chercher la 2ème bouée, je me rends compte que je double tous les gars devant moi. Je passe 5ème à la 2ème bouée, mais les 4 premiers ont déjà pris 15-20m d’avance. C’est mort, je ne pourrai pas les rattraper.

Apparemment, Valentin me dit qu’une bonne trentaine de gars, dans le peloton, a coupé la première bouée, tellement c’était le bordel.

2014-08-01 S Montagne Noire 01

déjà quelques mètres de retard sur une dizaine de bonshommes, c'est dur de se refaire !

 

Je me prépare à faire toute la nat tout seul, mais un des 4 devant lâche assez vite, je le récupère bientôt, mais finalement je n’arrive pas à le doubler, peut-être a-t-il repris du poil de la bête, mais en tout cas, je reste avec lui jusqu’au bout. J’ai l’impression d’avoir pas mal nagé, mais à la fin de la transition, Valentin m’annonce 5ème à 1m45 déjà. Même si j’ai perdu 10-15s en transition, ça fait quand même pas mal de temps perdu dans l’eau. Une nouvelle fois, j'étais 4ème avec quelques secondes d'avance sur le 5ème, mais je recule à la transition...

 

2014-08-01 S Montagne Noire 06

2014-08-01 S Montagne Noire 05

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La transition de malade, avec les godasses au mied ! C'est un ouf ce mec !

 

Dès le début en vélo, ca descend progressivement. Je perds du temps. Je ne me sens pas à l’aise, même si la descente est pas technique. Je regrette mon vélo de CLM. J’essaye de me baisser sur mon vélo, mais j’ai l’impression de ne pas avancer. Malgré mon petit 50x12 développement max (et même 50x13 car la dernière vitesse avait du mal à passer), je ne manque pas de braquet… C’est pas très bon signe…

 

Après 4km environ, on arrive au village, et la descente s’accentue, et devient plus technique. C’est infinissable, quand est ce qu’on monte. Un nouveau gars me double, je n’arrive vraiment pas à envoyer en descente, j’ai peur, la route est mouillée, j’attends que ça passe !

Enfin un peu de faux plat pendant quelques km. Mon CLM me manque encore mais j’ai l’impression d’être mieux.

Arrive la montée enfin ! Ça commence rude dis donc, je passe vite sur le 34x25 et avance comme je peux. Je me dis qu’il faut que je force si je veux avoir une chance de bien figurer. J’avais prévu de faire le vélo sans retenue, et c’est ce que je m’applique à faire. Je reprends très vite le 5ème, et j’aperçois le 4ème pas loin (celui qui était sorti de l’eau avec moi, un gars de Metz). Je reviens petit à petit sur lui. La pente radoucit un peu, mais ça monte encore. Je commence à espérer la descente… Faut savoir ce qu’on veut. Mais comme je vois que je vais plus vite que les autres, je me dis : « ça fait mal, mais ça fait encore plus mal aux autres ». En doublant le gars de Metz, je l’entends respirer et je comprends que lui non plus n’est pas vraiment en gestion.

Il s’accrochera sur toute la montée et le faux plat suivant.

C’était une montée de 4km environ à 7%, que j’ai grimpé à 1250m de D+/h (17km/h). Les 500 premiers mètres étaient effectivement assez pentus, à 12%, que j’ai grimpé à 1500m de D+/h (13km/h)!

Puis arrive à nouveau la descente. Je ne sais pas trop à où on en est, mais je me dis : « tu récupères un peu et tu te prépares à bien envoyer à la prochaine montée », mais en fait je m’aperçois qu’on est en train de finir la boucle et qu’il n’y aura pas de 2ème montée !

Le parcours consistait en 4km d’à peu près plat, 4km de montée, et 13km de descente ! Pas vraiment pour moi.

Après quelques km de descente, le gars de Metz doit s’apercevoir que je descends vraiment mal et me double. Je le laisse partir, je n’arrive pas à le suivre. Sur les derniers km, la descente est plus douce, et j’appuie fort sur les pédales pour revenir. Je reviens et le double à 2km du but. Il restera derrière et on pose le vélo 4ème et 5ème.

Valentin annonce les 2 premiers à 3m45 ! Bon, là c’est mort. Je suis surpris d’être aussi loin, je pensais pas avoir perdu autant de temps en vélo. Derrière, j’ai l’impression que le trou est fait. Je n’ai pas vraiment regardé mais j’ai vu personne.

 

2014-08-01 S Montagne Noire 07

ce que la photo ne montre pas, c'est que j'ai pas eu le temps de déchausser l'autre chaussure. Du coup j'ai poussé le vélo jusqu'à son emplacement une chaussure au pied, une chaussure sur le vélo. La classe quoi !

 

En descendant du vélo, je vois le 3ème partir. Je me dis qu’il ne va pas être trop loin et j’espère le rattraper, même si je le reconnais, il m’a déjà battu il y a quelques années à Carcassonne, je sais qu’il court pas mal. Après analyse du Garmin à posteriori, il avait quand même 1min environ d’avance à la sortie de T2.

J’entends le speaker dire quelque chose sur les 2 premiers, et je me dis dès à présent que quelque chose ne va pas.

Le gars de Metz m’a une nouvelle fois doublé en transition et pris une 30aine de mètres d’avance. Il part très vite. Le début est en descente.

C’est ce moment que choisit l’Ironman pour se rappeler à mon bon souvenir. Ça faisait 5 jours que je sentais mes mollets, et dès les premiers pas, je les sens bien douloureux ! Je suis prudent sur les impacts et les appuis, je les sens tendus comme un string, il s’agirait pas que mes mollets me lâchent maintenant ! Je les sentirai toute la course, mais c’est surtout dans ce 1er km en descente que j’ai été prudent. Après, ça allait beaucoup mieux. Après la course par contre, le massage exclusif mollets a fait du bien !

Je reviens sur le gars de Metz au 1er km, il me demande si derrière c’est loin, je lui dis que je sais pas, mais que c’est pas derrière qu’il faut regarder, c’est devant !

On passe 2 bénévoles qui marchent et qui nous disent : « il y a une flèche plus loin, il ne faut pas la suivre ». On arrive à une intersection, la flèche à gauche, tout indique que c’est par là, sauf ce que les bénévoles nous ont dit il y a une minute. On hésite avec le gars de Metz, puis finalement on va à droite. On se retrouve dans une petite résidence, demi-tour, c’était bien à gauche. On n’a toujours pas compris ce qu’ils ont voulu nous dire par rapport à la flèche à ne pas suivre ! Environ 20 secondes de perdus dans l’opération d’après Garmin.

J’accélère un peu et me détache du gars de Metz. Je me souviens un peu du parcours, c’est le même que l’année dernière, il y a une bosse monstrueuse sur laquelle je marche pendant 15 secondes, mais je réussis me bouger le c.. pour recourir dès que la pente redevient acceptable (5-7%). Je manque de glisser et me casser la gueule dans la boue après la montée. Au ravito, on m’annonce 2ème, et que les 2 premiers ont été mal aiguillés à la sortie du parc !

Ensuite une légère descente dans un chemin à ornière de tracteur, pas le top pour les chevilles, et je suis hyper vigilant.

Virage à droite et belle montée sur le bitume. Je peux regarder à gauche là d’où je viens pour voir mes poursuivants. Le gars de Metz est à 30s environ, et personne derrière. Devant, je ne vois toujours pas le 1er. De toutes façons, je suis pas hyper motivé pour aller chercher la victoire. Déjà, il va falloir s’arracher et se faire mal à la gueule, et je suis pas hyper motivé pour le faire, j’ai déjà l’impression d’être rapide, pas envie d’accélérer. Et puis, avec cette histoire des 2 premiers, je sais que ce serait une victoire non méritée (jamais je n’aurai récupéré 3m45 à pied), et je voudrais pas que ma première victoire soit associé à ce souvenir. Du coup, je fais pas trop le pressing, je continue sur mon rythme.

Je suis content de réussir à courir tout le long de la montée qui suit : 700m à 7%, grimpé à 12,5-13 km/h.

La fin est une beau faux plat descendant où on peut envoyer. On m’annonce à 1km de l’arrivée à 40s du 1er. Je me dis que c’est mort, si je lui ai repris que quelques secondes en 4km, je reprendrai pas 40s en 1km. Je l’aperçois juste quand lui finit la ligne droite en faux plat et que je m’y engage.

Les derniers 500m sont très typé trail, dans une descente avec pas mal d’eau ruisselante. Je suis hyper vigilant, et arrivé à 150m de l’arrivée, il reste un petit tout à faire, et j’aperçois le 1er vraiment pas loin, il a dû être encore plus prudent sur la dernière descente ! J’hésite un peu à tout donner pour essayer de le griller mais finalement je n’essaye même pas (voir raisons plus haut…). Je finis finalement à 5 secondes.

2014-08-01 S Montagne Noire 08

dernier virage ! désarmément des toboggans, etc...

 

Derrière, le messin arrive une quarantaine de secondes derrière, je pensais avoir plus fait l’écart. Puis les 2 vrais premiers arrivent enfin. Ils sont déçus bien sûr, mais ils ont pas l’air d’être trop dégoutés. Ce sont tous les deux des triathlètes qui ont déjà gagné plusieurs fois, dont un jeune de 15 ans promis à un bel avenir !

 

A posteriori, je regrette un peu de ne pas avoir réussi à me bouger les fesses pour aller chercher la 1ère place, mais bon, j’espère que cette première victoire arrivera bientôt, sans discussion possible !

 

2014-08-01 S Montagne Noire 09

Un podium, c'est toujours sympa, même si celui-ci n'avait pas le même gout que d'habitude.

 

Je reste la journée, encourage Valentin et ses coéquipiers de Toulouse Triathlon, et le soir on est convié à la fête de village avec repas inclus dans l’inscription. C’est sympa, il y a un spectacle de cabaret de prévu, mais la pluie vient un peu gâcher la fête. Il pleut tellement que ca inonde la tente des danseuses, et finalement le spectacle est annulé et les danseuses repartent ! Dommage !

 

Un triathlon bien sympa comme toujours, mais cette fois-ci je suis un peu déçu de l’organisation, avec les erreurs d’aiguillage et au départ de la natation. C’est clair qu’ils ont manqué de bénévoles sur le parcours à pied ; je ne leur jette pas la pierre, c’est déjà super qu’ils organisent ce triathlon, mais j’espère qu’ils apprendront des problèmes de cette année. Un bon aiguillage est primordial, ne pas lésiner sur les flèches, surtout qu’à pied, le triathlète est souvent peu lucide !

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans CR complet
commenter cet article

commentaires