Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 18:50

Alors celui-là il est très long! C'est sur c'est mon 1er podium! Allez, je vous fait aussi un CR court Sprint de Toulouse 2011

 

Enfin le podium!

 

l'album photo-souvenir

les résultats

 

Pour cette dernière course de la saison, j'ai (enfin) atteint un des objectifs que je m'étais fixé il y a 2 ans en prenant ma 1ère licence de tri: finir dans les 3 premiers d'un triathlon. Alors certes c'était un sprint, certes le niveau n'était pas forcément démentiel, mais l'objectif est rempli, je vais pouvoir attaquer la saison 2012 sereinement, avec plein d'autres objectifs, et surtout une envie toujours aussi présente de progresser et d'atteindre le meilleur niveau possible.

Sans plus tarder donc, le dernier CR de la saison (en ce qui concerne les tris...).

Un petit sprint donc, pour finir, qui donnait toutes les garanties d'une très bonne orga. A Toulouse, pour pouvoir le faire avec mon pote que j'espère bien motiver pour prendre une licence l'année prochaine, et avec Nicky, qui terminait aussi la saison, après avoir récupéré des efforts de l'half IM de Narbonne. Finalement, mon pote, blessé, ne pourra pas participer, mais sera bien là en tant que supporter.
Le matin avait lieu le CD, qui servait de base pour les championnats de Midi-Pyrénées. Nous arrivons sur place après l'arrivée du CD. On récupère tranquillement les dossards et on a le temps de bien se préparer. Il fait chaud, je suis content de courir ce dernier tri avec la chaleur, après Val de Reuil et Narbonne sous la flotte.
Je suis serein, sans pression. Je me doute que le niveau est assez faible, et je me dis qu'un top 10 devrait être accessible, mais je ne me projette pas au delà: on verra bien. Cette approche d'avant course m'a valu de bien meilleurs résultats que l'approche "grosse pression pour réaliser mon objectif", et j'essaye d'aborder tous mes tris de cette façon dorénavant. Une fois sur la course, de toutes façons, c'est toujours à bloc!

Comme d'habitude, je tarde à enfiler ma combi, et je n'ai pas le temps de m'échauffer (faudra que je change cette habitude). L'orga a préparé 3 sas de départs, car il y a beaucoup de monde au départ (plus de 300), et ça risque de bagarrer. Je me mets dans le premier, en deuxième ligne. Effectivement ça bagarre, et comme d'habitude, certains se sont vu trop beau et gênent le progrès des mecs de derrière. Je nage vite au début, en 2 temps, pour essayer de m'extraire de la meute. Le passage de la première bouée se passe bien, et je me retrouve dans un petit groupe. Au passage de la 2ème bouée, je me retrouve en tête du groupe, et en levant la tête, je vois que sur les 100 mètres devant, il n'y a plus personne: les premiers ont déjà creusé des gros écarts, et j’aperçois seulement un groupe au loin.
Je me retrouve donc dans une configuration que je ne connais pas du tout, seul "en tête", à tracer la route, et donc à sortir la tête de l'eau tous les 2-3 mouvements. Je ne nage pas très droit, et j’aperçois un concurrent qui me remonte lentement. D'autre part, la fatigue commence à se faire sentir et le souffle est court: très difficile de repasser en 3 temps. Je le laisse me dépasser avec l'intention de me caler derrière. Arrive la sortie à l'australienne. Le mec sort comme un diable et replonge aussi sec: il me force à faire un effort pour rester dans ses pieds. Finalement je lache prise car je sens que je suis en plein surrégime. Un autre concurrent (qui s'avère être la première féminine) me dépasse, et j'arrive cette fois à chopper ses pieds et rester dans son sillage quasiment jusqu'au bout. Je sors de l'eau en me disant que j'ai nagé comme un débile, et que je suis cuit (souvenirs de mon tri de Troyes), mais quand le speaker m'annonce 16ème, je me dis que c'est quand même pas mal.
Le 1er groupe s'est en fait désintégré, et je pense que certains ont explosé car finalement je ne perds que 2m10 sur la tête de course, et 1min sur les derniers éléments du groupe de tête.
11m50 pour 700m annoncé. J'ai effectivement pas très bien géré car je nage presque 30sec moins vite le deuxième tour et je sors très entamé
Ma transition est pas terrible (le chronomètre le confirmera: 30sec de perdu sur la tête de course), et j'entame le parcours vélo avec une confiance toute relative: beaucoup d'énergie dépensée et le cœur est très haut.
Vélo:
On avait reconnu le parcours la veille: 3 petites boucles de 6,6km A/R avec quelques virages à relance, tout plat, sauf une mini-montée de 200-300m à très faible %. Bref, idéal pour le gros rouleur que je suis...
Je pensais rattraper la féminine assez vite, ainsi que l'autre nageur (qui finalement ne m'a pris que 20sec), mais ensuite, je pensais l'écart conséquent sur les 1ers. Je rattrape effectivement les 2 avant la fin du 1er tour. Et là, commence le bordel, car on commence déjà à rattraper des concurrents. Plus on avance, plus il y en a, et je renonce à essayer de compter mon rang. Je verrai bien à T2. Sur le vélo, le cœur est au plus haut, je ne descends pas sous les 90%, monte même jusqu'à 98% (quasiment mon max sur le vélo), et impossible de mettre de la force, je suis tout en vélocité, et j'ai l'impression de ne pas avancer. Quand je regarde mon pignon, je m’aperçois que je suis environ à la moitié de la cassette: en 53x15 ou 53x16. Je me fais une raison et continue sur ce développement, en essayant toujours de récupérer tout en perdant le moins de temps possible (très compliqué: je n'y suis pas parvenu).
Je commence à m'inquiéter pour la CAP, car je sens que je suis en train de tout donner sur le vélo. Malgré cela, je continue, et au 16ème km, je reviens sur un petit groupe qui ne donne pas l'air du tout de faire partie de la masse de coureurs auxquels je suis en train de prendre un tour: tête dans le guidon, guidon triathlète, vitesse assez élevée. Le drafting (interdit sur l'épreuve) ne l'est pas apparemment pour certains du groupe. Ça me donne la pêche de les revoir, et j'accélère en les passant, histoire de pas trainer le groupe derrière moi jusqu'à l'arrivée.
Toulouse-sprint-2011 0851
Fin des 3 tours, je suis bien entamé, j'ai un sentiment mitigé du vélo: pas l'impression d'avoir de force, mais je ne me suis pas fait doublé (première fois pour moi je crois) et j'ai quand même repris un peu de monde. je pense être environ 10ème. En arrivant dans le parc, mon pote me félicite et m'annonce 7ème, tout comme le speaker. Le 6ème est 20 m devant. Derrière, le groupe n'est qu'à 10-15 secondes, mais je ne le sais qu'en regardant le classement après, je n'ai jamais regardé derrière.
Au final, finalement un bon vélo: 5ème temps. Le 1er me reprend quand même 1m50, mais ensuite du 2ème au 6ème on est tous en moins d'une minute. J'ai quand même réussi un peu à me refaire une santé sur le vélo: j'ai accéléré tout au long du parcours pour gagner 0,5km/h par tour et finir à 39 km/h environ (33min10 pour 21,5km). Pour un parcours plat, avec un vent pas très fort, je pense qu'il y avait moyen d'aller un peu plus vite, mais il y avait quand même quelques rond points et des relances.
T2 très réussi, je saute du vélo sans les chaussures, et je pars aussi vite que possible sur la CAP.

CAP: dès le début, les cannes sont là. Je me sens fort en ce moment en CAP, et les tris enchainés (à défaut d'entrainement enchainements multipliés) ont l'air de me donner plus de facilité dans cette transition toujours redoutée. J'avale le 6ème qui m'encourage. J'en fait de même. Le parcours est légèrement typé trail, en foret et en bord de lac, avec pas mal de virages secs et donc de relances. Je ne réfléchis pas et avance aussi vite que possible. 1km passe. 2km. Toujours personne devant. Je regarde ma montre: 7min!. Je souffre et ai peur d’être parti trop vite. On verra bien. Enfin, j'arrive à un croisement où un bénévole regarde sa montre et dit: "allez, 20 sec devant". Effectivement, j'ai 2 concurrents en ligne de mire. Un premier s’arrête quelques secondes avant que je ne le double. Je l'encourage à continuer mais il me dit qu'il "a un problème". Vu la bave blanche séchée autour de sa bouche, je pense qu'il a du se déshydrater.

Je continue et reviens sur le 4ème, que je reconnais: il avait gagné le super sprint de Comminges il y a un mois (j'avais fait 7ème). Ça me booste. Me voilà 4ème. Je passe le 3ème km et aperçoit devant moi, à 200m, le 3ème. Dorénavant nous sommes autour du lac et je l'aurai toujours en point de mire. Je le vois de temps en temps regarder derrière lui. Je me rapproche, lentement au début, puis inexorablement. C'est dur, et dans ma tête, j'essaye de me motiver et de ne pas me contenter de cette 4ème place, déjà inespérée. A 1km du but, je me dis que s'il n'accélère pas, je pourrai le passer. Je le passe aux 500m, reste quelques secondes à son niveau, puis sur une mini-montée, j'accélère puis allonge la foulée. Je sens qu'il est décroché mais ne relâche pas mon effort. Les 200 derniers mètres seront très durs, et je regarde au moins 5 fois derrière moi, sans jamais rien apercevoir quelque chose avec discernement. Sur les derniers 50 mètres j'accélère car j'ai l'impression que la foule annonce le 4ème qui revient, mais c'est moi qui me fait des frayeurs, il passera la ligne 30 sec derrière.

DSC01373
Je passe la ligne avec un grand sourire, les bras levés, trop heureux (et fier...) de finir sur le podium. Le speaker essaye bien de me tirer quelques mots, mais malheureusement je réponds comme un vrai sportif digne de ce nom. "c'est cool, je suis content, mais je suis fatigué", ou un truc de ce genre. A l'arrivée, je tombe dans les bras de mon pote, et attends l'arrivée de Nicky, qui arrivera bientôt, 7ème féminine.
Bilan de la CAP: 18min (meilleur temps) pour 5km pile poil, d'après l'organisateur que j'ai croisé la veille, et que je connaissais pour avoir couru 3 tris avec lui pendant la saison. Étant donné ce que j'ai envoyé en natation et en vélo, et le parcours pas vraiment roulant de la CAP, je suis très content de ce temps.
Voilà, le dernier tri de la saison est passée, et avec lui le dernier CR. La combi va être définitivement nettoyée et rangée, le vélo CLM aussi. Après un petit mois d'entrainement avec comme objectif le marathon de Vincennes, il sera temps de clore définitivement la saison, et de se reposer enfin pendant le mois de novembre.
C'est un peu dommage, j'ai l'impression de finir la saison bien mieux que ce que je l'avais commencé. Mais j'espère bien m'inspirer de cette fin de saison pour bien entamer 2012.
Pour ceux qui ont suivi (ou endurés) mes CR à rallonge, désolé et merci!
P1000143-2

Merci également aux coachs et partenaires d'entrainement, avec mention spéciale à Daniel, qui a réussi en l'espace de 18 mois à faire de moi un nageur (presque) digne de ce nom, et à Ludo, qui m'a permis de prendre le départ avec mon vélo en parfait état de marche!

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans CR complet
commenter cet article

commentaires