Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 11:00
Dur Dur le Duathlon !
 
Nicky est en train de préparer un nouveau CR vidéo, je le mettrai en ligne dès que possible. En attendant la version plus classique :
 
Le duathlon longue distance de Douai devait être ma « vraie » rentrée cette saison, le Gwadloup tri n’étant qu’une compétition pour le plaisir, sans réelle préparation.
 
Le dur hiver d’entrainement s’est conclu par un stage à Majorque 2 semaines avant le duathlon, qui devait me permettre d’arriver en forme pour ce duathlon. La chute à vélo et les séquelles m’ont malheureusement empêché de poursuivre sur cette lancée, et j’ai dû m’arrêter de nager 2 semaines, et je n’ai pu reprendre la course à pied qu’après une coupure de 10 jours environ. Mais j’ai pu reprendre le vélo plus rapidement, et j’espérais encore réussir à faire une belle performance sur ce duathlon.
 
C’était seulement le 2ème duathlon de ma carrière (si on exclut le XS fait il y a plus de 10 ans), après celui de la Gileppe Trophy, format S, en 2012.
Je m’aventure donc un peu dans l’inconnu, mais la CAP étant normalement mon point fort, je me disais que ça devrait me convenir.
Au programme donc, 10 bornes à pied, 90 à vélo, et encore 10 à pied. Les organisateurs ont revu le parcours cette année et en ont profité pour rajouter quelques km manquants à pied et en vélo.
 
C’était aussi pour moi la 1ère fois que j’allais tester ma nouvelle roue pleine en compétition, après un premier test à Longchamps une semaine avant. J’avais vu sur un site météo que le vent ne devait pas être de la partie, et j’y allais confiant… Grave erreur !
 
Plein de petites choses en amont ont fait que j’abordais cette épreuve un peu bizarrement, sans réelle ambition. La chute tout d’abord, et les sensations mitigées à pied suite à cette chute, mais surtout les petits oublis avant la course qui m’ont montré que je n’étais pas assez concentré sur cet objectif : oubli de mon nouveau casque aéro chez un ami (heureusement j’avais pas encore vendu l’ancien), oubli de la boisson ISO à la maison, mauvaise gestion pré-course qui me font arriver à l’arrache au parc à vélos, oubli de préparer mon alimentation pour qu’elle soit facile d’accès sur le vélo.
Bref, je n’ai pas été à la mesure de l’évènement dans ma préparation, et ça s’est malheureusement ressenti aussi pendant la course.
 
Maintenant que j’ai donné toutes mes excuses pour expliquer une éventuelle contre-performance, on peut passer au CR de course à proprement parler, et on verra que c’était loin d’être catastrophique :
 
Sur la ligne de départ, je suis mal placé mais je sais que ça va partir très vite, donc je n’essaye pas de me mettre trop près du départ. Mais quand même je suis un peu bloqué et ça m’énerve de doubler des gars qui courent à 13-14km/h au bout de 200-300m. Ça part effectivement vite, mais j’essaye de rester à mon allure cible : celle d’un semi-marathon « maitrisé ». Tout est dans la nuance du terme « maitrisé »… Je cours à une certaine allure qui me fait dire « t’en as encore sous le pied si tu voulais accélérer ». Au 1er km, je passe en 3m40, autant dire trop rapide, mais avec l’excitation du départ c’est un peu normal. Le parcours n’est pas propice à la vitesse : pas mal de parcours en forêt ou dans des chemins à la limite de la boue, c’est plat excepté pour un coup de cul de quelques dizaines de mètres très pentus, mais où on arrive quand même à courir (pas vite !). Ma vitesse varie au gré du parcours, mais se stabilise autour de 3m45 au km, pile poil ce que j’espérais. Je suis loin d’être à bloc, mais je ne suis pas « facile » pour autant. Je double des coureurs au fur et à mesure (j’en vois même qui marchent au bout de 2-3km !), et Nicky m’annonce environ 21ème à la fin du 1er tour. Le vent s’est bien levé, et j’essaye de m’abriter derrière des coureurs lorsqu’il est de face. Le 2ème tour je garde le même rythme, mais les gars qui courent avec moi lâchent petit à petit, sauf un qui s’accroche et qui se permet même d’accélérer dans la dernière ligne droite vent contre. Je ne fais pas l’effort pour rester au contact, en me disant que 10s gagné là risquent de me couter cher. Je boucle ce 2ème tour à la même vitesse que le 1er. Ça me fait la 1ère CAP en 39min, mais il y avait 10,4km réel (10,5km GPS), donc ça fait un 10km en 37m35 environ. Sur un parcours pas évident, tout en maîtrise, je suis plutôt satisfait.
Je rentre au parc environ 18ème, mais ma transition est pas terrible et je ressors dans les 20.
 
Je mets un peu de temps pour me lancer en vélo, puis je me mets en position aéro. Il va falloir tenir la position longtemps, car le parcours est très plat et le vent est bien présent (j’aurai du m’en douter, quoi qu’en dise la météo !). Je me cale à ma consigne de puissance, et c’est parti.
Le parcours est en 3 aller/retour avec aucune vraie bosse, mais 2 faux plat de même pas un km. La difficulté vient du vent. L’aller est en vent de dos et le retour vent de face. Heureusement pour moi et ma roue pleine, il y a peu de portions avec vent de travers.
Sur les 1ers km de vélo, je n’arrête pas de me faire doubler, et je double très peu de monde. Je recule petit à petit dans le classement et je vois mon objectif de top 10 s’éloigner doucement. Je ne panique pas et je me dis que 3 tours ça va être long, et ceux qui vont trop vite maintenant vont le payer cash dans le 3ème tour, mais c’est quand même difficile mentalement de se faire doubler autant, surtout que je suis même pas hyper bien placé.
Je profite du 1er faux plat montant pour me redresser et fouiller dans ma sacoche devant les paquets de « gums » (sorte de bonbons gélatineux qui apportent leur dose d’énergie et relativement faciles à digérer) pour les ouvrir et accéder aux précieux gums. Quelle galère ! Je m’en veux de pas avoir préparé ca avant ! Du coup, j’en oublie de changer de vitesse, je me retrouve à pédaler à 70 rpm avant d’y repenser. Enfin, j’arrive à avaler quelques gums et je repars. Dans la descente, je me fais plaisir et je sens que ma roue pleine me procure quand même un avantage. Ça m’empêche pas de me faire doubler par des gars sur des vélos classiques avec juste des prolongateurs ! Sur le demi-tour, j’hésite à prendre les écarts et compter mon classement, mais finalement j’y renonce et reste dans ma bulle. Je ne regarde pas trop non plus au retour pour voir si mes coéquipiers sont loin. J’entends pas mal d’encouragements, mais en général je ne vois pas d’où ça vient et je ne réponds pas ou fait juste un signe de la main (désolé les gars/filles !).
Toute la première partie du vélo, j’ai les jambes dures et qui piquent. Je comprends pas trop pourquoi, mais sans doute à cause du 10km couru avant ? Je n’ai pas l’habitude d’avoir cette sensation. Je me dis que ça va être difficile de rester à la puissance demandée tout du long, mais pour l’instant je m’y tiens. Ça commence à passer un peu avant la fin du 1er tour, au bout de 40min environ. Il y a un ravito par tour, à la fin du tour. Je me relève pour essayer de chopper quelque chose, mais les bénévoles sont éparpillés et c’est dur de leur faire comprendre de quoi j’ai besoin, et ils s’avancent un peu trop sur la route pour me proposer des choses, et je prends un peu peur et décide de passer mon tour. Pourtant j’en avais bien besoin. Je continue à piocher dans mes gums, mais je finis le paquet. Il m’en reste un deuxième… J’essaye de l’ouvrir dans la montée du 2ème tour, mais je galère trop et prend la mauvaise décision : tant pis je ferai sans. Il me reste juste un gel que je prends, et après…
Au 2ème tour je stabilise mon écart. Nicky m’a annoncé environ 25ème après 1 tour. Je continue toujours au même rythme, et à la mi-course, je me fais doubler par un gars, et c’était le gars de trop. Je n’y tiens plus. J’appuie plus fort sur les pédales et j’essaye de rester au contact. Pendant 10-20 minutes, je mets un peu plus de watts que prévu, mais je me sens fort. On remonte quelques coureurs, c’est agréable. Puis je commence à sentir que je vais pas tenir ce rythme très longtemps, et je redescends aux valeurs prévues.
Je ne me souviens plus combien j’étais à l’entame de la 3ème boucle, mais sans doute au-delà de la 20ème place. Je sens que ça va être dur de terminer avec le bon wattage, mais je décide de serrer les dents et essayer de tenir jusqu’au bout. Je prends le risque que ça coince à pied, mais je voulais voir comment se passerait la CAP si j’appuyais jusqu’au bout en vélo. J’arrive à chopper une barre au ravito, elle me fait du bien !
Je continue à doubler du monde, au moins c’est bon pour le moral. Le vent continue de forcir, et sur les rares parties vent de travers, je sers avec force mes prolongateurs pour essayer de bien rester droit. D’ailleurs, avec la roue pleine, on gagne en aéro, mais on perd aussi en stress et en énergie car il faut toujours être hyper vigilent au cas où une bourrasque viendrait se prendre dans la roue arrière. Enfin, c’était mon 1er essai, et pour une 1ère, il y avait du vent. Ca valide quand même le fait que j’arrive à rouler avec, même avec des conditions difficiles. D’ailleurs, c’est vraiment en vent de travers que j’avais l’impression que la roue plein me « poussait », le fameux effet voile vendu par les constructeurs qui assurent que la roue peut pousser dans les bonnes conditions d’incidence du flux d’air. Je vais pas dire que je valide, mais j’ai effectivement eu cette impression.
Mais revenons à la course, je remonte quelques gars qui m’avaient doublé dans le 1er tour, c’est toujours agréable, et plus beaucoup de monde me double. Mais je ne peux pas éviter la baisse de régime vers la fin du circuit, et les 15-20 dernières minutes sont difficiles, et je dois y laisser 30s-1min dans l’affaire. Un moindre mal.
Je boucle le parcours en 2h29 environ, pour 90.8 km GPS, soit environ 36,6 km/h. Les 3 tours à la même vitesse à 1 ou 2 minute près, le deuxième étant le plus rapide, comme anticipé. Même si le parcours était à priori très roulant, et la chaussée très bonne également, le vent a rendu le parcours difficile, donc je suis plutôt satisfait de la moyenne au final. Idéalement, j’espère atteindre 38km/h sur des halfs roulants cette année. J’ai encore quelques petites améliorations aéro en poche, et j’espère que mes jambes retrouveront de la vigueur dans les prochains mois. Je suis tout de même déçu de mon niveau de wattage, en dessous de ce que j’avais réussi à faire à Vendome l’année dernière en début de saison.
 
Je pose le vélo à peu près 20ème, et dès la descente, je sens que les jambes sont très entamées. J’arrive à peine à trottiner avec le vélo pour aller jusqu’à mon emplacement. Ma transition est une nouvelle fois assez longue, mais je prends le temps d’ouvrir le paquet de Gums et d’en manger 4-5, de prendre un gel avec moi avant de partir.
 
Je pars avec 3 personnes en ligne de mire. Je reconnais le gars qui avait lutté jusqu’au bout avec moi sur la 1ère CAP. Je suis surpris de le voir et encore plus quand je vois qu’il s’éloigne petit à petit ! Je le pensais cramé dès la 1ère CAP, et maintenant il me distance. Je suis un peu dégouté mais je continue sur mon rythme qui est « ce que je peux ». Je reviens facilement sur le 2ème larron et le 3ème reste devant, et je me rapproche petit à petit. Un vélo est devant lui, et je me dis que c’est abusé d’avoir son pote qui lui ouvre la route ! 1er km en 4m05. Et bien, 20s de plus par km que lors de la 1ère CAP, ça va être dur !
Je fais ce que je peux, je bois un peu au ravito, prend mon gel, j’espère que ça va revenir, et j’essaye d’accélérer un peu, mais les km défilent à vitesse constante, 4m05 en moyenne. Au moins ça ne dérive pas ! Je double peu de monde, et bientôt j’arrive à la fin du 1er tour et là Nicky me crie que je cours avec le 1er. C’est seulement là que je comprends que le gars devant était 1er et qu’il m’a pris un tour. Je suis un peu deg car j’espérais le doubler et ainsi gagner une place, mais non. Il boucle sa course juste avant mon demi-tour et c’est reparti. 1er tour en 21m20, presque 2min plus lent que lors de la CAP 1.
Toujours pas beaucoup de monde, mais j’en vois certains qui n’ont pas leur ruban autour du cou mais qui courent avec le poing fermé et je me demande s’ils n’ont pas le ruban à l’intérieur de la main. Je me méfie et commence à accélérer avec les ressources que j’ai. Je suis content de pas craquer, mais quelques coups d’œil à ma montre me confirment que je n’ai pas franchement accéléré non plus. A 500m de la ligne, j’entends quelqu’un revenir derrière moi, et Nicky me crie que je peux en reprendre 2 devant et qu’il y en a un derrière moi. Sur l’avant dernière ligne droite, plein vent de face, à environ 400m de la ligne, j’accélère franchement et passe à 18km/h et j’arrive à lâcher le gars derrière et reprendre 1 des gars devant qui n’essaye pas de m’accrocher. Le dernier devant est encore loin, je ralentis un peu de peur d’exploser, puis sur la dernière ligne droite (80-100m) je donne tout ce que j’ai, mais il se laisse pas faire le con ! Je sprinte à plus de 20km/h pendant plus de 15 secondes, mais il résiste et je lâche prise à 10m de la ligne.
Aujourd’hui, je suis courbaturé de partout, et je pense que ces derniers efforts violents y sont pour beaucoup…
Je boucle le 2ème tour en 21min environ, donc 20s de gagné environ sur le 1er tour, mais en tout environ 3m15 de plus sur ma 2ème CAP que sur la 1ère. Sur 10km ça fait cher quand même. Je cours ma 2ème CAP même pas à 15km/h, en environ 4m03/km réel.
 
Je finis finalement 13ème, au-delà de la 10ème place qui était l’objectif affiché. En regardant les résultats, je me rends compte que la 7ème place n’était qu’à 2 minutes. Comme quoi ça se joue à pas grand-chose. Là je suis déçu, mais si j’avais gagné 2 minutes à droite à gauche j’aurai été content…
Dommage que le pointage en T2 ait foiré, je ne connais pas mon classement vélo et CAP 2. Ca aurait été intéressant de voir...
 
Au-delà de la place, je suis surtout déçu de ma 2ème CAP et de la puissance développée sur le vélo. Mes entrainements me laissent espérer beaucoup mieux, mais pour l’instant je n’arrive pas à le mettre en place en course. J’espère que tout cela va se mettre en place avant mes 2 objectifs d’été (Cublize et Zurich).
Je reste encore confiant, bien sûr, et ma 1ère CAP me fait penser que j’ai un niveau intéressant, sans doute pas très loin de mon meilleur, malgré les 2 semaines difficiles juste avant.
Mais je suis surtout déçu de ma façon d’avoir abordé la course et de l’avoir mal préparé. Je suis convaincu que les 2 minutes étaient largement rattrapables si je m’étais mieux préparé, tant au niveau équipement qu’alimentation qu’échauffement. Et je peux m’en prendre qu’à moi-même !
 
Comme je le disais au début, il n’y a pourtant rien de dramatique, j’ai quand même fait une course intéressante, et j’espère me tester sur les prochaines « petites » courses qui arrivent en mai/juin : 3 S et 1 M ! En plus, la journée était sympa avec une grosse délégation de Nanterre, des coéquipiers X-Pier, et Nicky, Steph et Jonah pour m’encourager ! On est passé à travers les gouttes en plus, que demander de plus !
 

Partager cet article

Repost 0
Published by benji-triathlon - dans CR complet
commenter cet article

commentaires

Pierre 09/05/2014 16:33

Beau CR et belle place finale ! Le vent n'a pas facilité les choses à vélo et la cap était un peu usante avec la montée au milieu du parcours. Calssé 13ème, quand on voit le niveau sur la course,
c'est quand même de bonne augure pour la suite :)