CR du duathlon 1/2 finale D3 à Ambes

Publié le par benji-triathlon

Echec !

Après mes 2 duathlons au Pays Basque en espagnol, se profile mon premier « objectif » de début de saison, la demi-finale D3 de duathlon. Je mets « objectif » entre guillemets, car j'ai envie de bien y figurer, mais on ne peut pas dire que je le prépare spécifiquement avec un planning d'entrainement pour arriver avec la meilleure forme possible. Cette saison, c'est un peu au jour le jour !

Il n'empêche, j'ai envie de bien figurer, pour ma première compétition avec Tarbes Triathlon. L'objectif personnel est clairement secondaire, l'objectif principal est de qualifier le club pour la finale D3. Cela me semble largement à notre portée. L'année dernière, ils avaient déjà été en finale, et on veut faire aussi bien. Bon, la finale est programmée le 25 septembre à l'autre bout de la France, le lendemain du duathlon VautourMan donc... En cas de qualification, je ne pourrai donc pas participer. Un peu frustrant, mais ça n'enlève en rien mon envie de bien figurer.

Dans notre équipe, on est 4, avec 2 supers coureurs, Guillaume et Loris, qui me mettent minable à chaque entrainement piste que je partage avec eux, et Hugo, un jeune du club que je ne connais pas, mais qui semble un peu moins fort à pied, d'après ses résultats sur la course qualificative. Cette course avait lieu le lendemain du VautourMan Triathlon des Neiges, et je n'avais pas pu y participer.

J'avais participé il y a quelques années à une demi-finale D3 de duathlon avec la Tribu 64, à Carcassonne, et ça s'était plutôt bien passé, j'avais pris le groupe de tête, et finit aux alentours de la 10ème place. Je sais que le niveau augmente chaque année, donc je me dis que le peloton de tête sera sans doute bien plus difficile à choper, mais les 2 courses au Pays Basque m'ont donné confiance.

Suite à une méchante grippe post-VautourMan des neiges, j'ai eu du mal à récupérer, et j'ai l'impression d'être un peu moins fort qu'en ce début d'année, donc je suis un brin moins confiant, mais je me dis que ce sera pas la cata. En vélo, j'ai vraiment pas le volume d'entrainement, ni la spécificité des courses en drafting avec beaucoup d'efforts intenses à répétition.

Heureusement, le parcours vélo n'a pas l'air bien compliqué, et n'avantagera pas les bons cyclistes. En gros, de longues lignes droites et peu de relances.

On est 19 équipes au départ, et es 4 premières sont qualifiées. En fait 5, car les Girondins de Bordeaux, équipe D1, est invitée sur la course. Ils participent mais ne pourront pas prendre une place qualificative. On ne connait pas trop nos adversaires, mais je me dis qu'avec Guillaume et Loris qui devraient être pas loin du groupe de tête (ils valent moins de 33' sur 10km), moi qui devrait pas être loin derrière, il y a largement la place de faire une bonne course.

Pour ceux qui connaissent pas, le classement par équipe se fait en additionnant les places des 3 premiers de chaque équipe. L'équipe qui a le moins de points est première, et ainsi de suite. Il faut donc avoir au moins 3 bons athlètes pour prétendre être bien classé. En faisant quelques calculs, je me dis qu'avec une cinquantaine de points, ça devrait passer. Donc si Guillaume et Loris font dans les 10, et moi dans les 15, ça passera facile.

Pendant la course des filles, pas trop de stress de notre coté ;-) !

Bref, on arrive en avance pour repérer le parcours : RAS sur le vélo, comme prévu pas très sélectif. Le parcours à pied est autour d'un lac, sur un sentier qui rend pas trop : des gravillons, un passage sur l'herbe, mais il est tout plat, un peu au soleil (il fait chaud aujourd'hui), et plus court que prévu (4,4km environ).

On peut voir la course des filles et la 3ème place et qualification de notre équipe de Tarbes. C'était bien sympa à regarder ! Bravo à elles.

Heureusement que les filles sont là pour représenter Tarbes sur le podium :-)

Nous on s'échauffe un peu, j'essaye de bien m'hydrater avant, mais je bâcle un peu la fin de l'échauffe et je ne monte pas le cœur comme je fais d'habitude. Ils ont décalé le départ de 15', juste au moment où je commençais à accélérer. Du coup j'ai arrêté, puis j'ai pas repris.

Bref, on appelle sur la ligne de départ équipe par équipe, selon les résultats des courses qualificatives, et nous sommes quasi en dernier à cause de notre qualif in extremis. Du coup on est tout derrière sur la ligne de départ. Quand on sait que le niveau est très haut, et que prendre le paquet à vélo peut se jouer à quelques secondes, c'est un certain désavantage.

contrairement à nous, les filles ont cartonné lors des manches qualificatives, et partent donc en première ligne !

C'est parti, c'est parti vite, un peu gêné sur les premiers mètres mais pas trop. C'est après, sur les 500 premiers mètres, où j'essaye de remonter un peu, que c'est plus dur, il faut aller un peu sur les bordures, faire ce qu'on peut.

Je remonte petit à petit, je double Hugo, qui a l'air bien. Puis je vois Loris un peu plus loin et je reviens sur lui. Ca me booste bien, et quand je reviens sur lui, un peu avant le 1er km, je me porte à sa hauteur pour qu'il voit que je suis là. Je lui avais dit de jeter un petit coup d'oeil à la transition et au cas où je suis 4-5s derrière, voir s'il pouvait m'attendre.

On court un peu ensemble avant de rejoindre Guillaume. Je ne suis pas trop étonné de revenir sur lui car malheureusement, il est malade, la grippe/crève, et on avait peut qu'il ne puisse courir à son potentiel...

Vers la fin du 1er tour, je commence à être moins bien, et Loris prend de l'avance. J'essaye de gérer derrière, je suis devant un petit groupe, et j'essaye d'imprimer un tempo solide, pas forcément pour faire péter le groupe, car je me dis que je vais avoir besoin d'un groupe pour rouler, mais pour pas perdre trop de temps sur ceux devant. A la fin du 1er tour, on nous annonce avec 15s de retard. Je suis surpris, je pensais en avoir beaucoup plus.

Le 2ème tour sera difficile, et sur la fin, mon groupe derrière moi me double, et je dois m'accrocher pour ne pas me faire décrocher. Il faut que je reste avec eux pour partir en vélo avec eux, mais les derniers hectomètres sont vraiment difficiles.

Bonne transition, j'ai décidé une nouvelle fois de faire le vélo en chaussures de course pour gagner un peu de temps aux transitions. Je pars en vélo avec 2-3 gars autour de moi, un petit groupe devant. Je suis confiant mais déjà au taquet, faudrait voir à pas exploser.

 

quelle foulée aérienne ;-)

Un peu de statistique, je sais que vous aimez ça :

Je fais le 26ème temps de la CAP 1, très loin donc de ce que j'espérais. Je suis dans un bon groupe (le 17ème est à 4s seulement). Loris est 18s devant, en 8ème position et premier d'un groupe de 8 coureurs en 7s. Derrière, Guillaume n'est pas trop loin, à 20s en 34ème position, et Hugo non plus, 39ème à 30s. Les premiers ont déjà pris une belle avance, ils sont 45s devant. Il s'agit d'un bordelais qui a fait la première étape D1 de duathlon, et avait pris 1min en 5km par les meilleurs (Benjamin Choquert). Pour vous donner une idée de la vitesse en D1 : En gros, en D1, ils me prennent 2min en 5km...

Je suis plus loin de la tête de course que j'espérais, et surtout moins bien classé. Déçu en fin de course par cette CAP, je le suis un peu moins après analyse des données.

Je boucle cette CAP de 4,4km à 3'16''/km GPS de moyenne. Je suis donc plus rapide qu'à Erandio et à peu près pareil que Mungia. Sur ces 2 courses, il y avait du D+, mais c'était sur bitume, alors qu'ici le revêtement était moins bien. Ce n'est pas exceptionnel, mais c'est loin d'être une mauvaise course à pied. La déception vient du fait que j'ai beaucoup faibli sur le 2ème tour, et que ça a sans doute joué sur le reste de la course. Je boucle le 1er tour en 3:09/km, et le 2ème en 3:21/km environ, je perds plus de 20s entre les 2 tours. C'est vraiment beaucoup, et ça montre une mauvaise gestion de course. Nombreux coureurs sont dans ce cas, mais c'est pas une excuse. Le mauvais échauffement peut également expliquer cela...

 

Je sors 20ème de la transition, au milieu d'un pack, et je m'accroche éhontément à la roue d'un gars qui part bien et récupère un petit groupe devant. Je me souviens pas très bien comment ça se passe le début, mais je retrouve le groupe de Loris assez vite, et on se retrouve avec un gros groupe très vite. Forcément ça roule un peu n'importe comment, mais moi je ne suis pas bien, et je suis attentif pour ne pas me retrouver dans les dernières positions et subir les relances ou les attaques.

Sur un des premiers virages, le gars à coté de moi prend un peu large, je freine en essayant de rester sur la route, ça gueule derrière, c'est un peu chaud. Certains essayent d'organiser le groupe, mais plus en engueulant, ça ne marche pas trop. Quant à moi, je n'en fais pas trop, je sais qu'en cas d'attaque, je ne pourrai pas trop répondre, et je ne veux pas prendre de gros relais. J'en prends quand même quelques uns, mais ils sont très courts et pas appuyé. Il y a même un moment où je saute mon relais quand le gars devant appuie trop fort, car je suis déjà au taquet à essayer de garder la roue. Ca gueule derrière mais bon, chacun sa course !

Benji, toujours bien caché !

Loris a l'air plutôt bien, mais Guillaume et Hugo ne sont pas là. Je ne regarde jamais derrière pour voir s'il y a des groupes derrière. Et devant, on voit un petit groupe, et certains dans notre groupe veulent aller les chercher. Moi, je m'en fiche un peu, car je me sens pas super, et s'ils m'ont déjà pris 30s sur la première CAP, le groupe devant, même si on les rattrape en vélo, il y a de grandes chances pour que je ne puisse pas terminer devant.

tellement bien caché qu'on ne me voit presque plus !

Je reste très concentré, mais du coup je bois peu (juste une gorgée sur la course), et je sens que ma bouche est bien pâteuse et j'ai la bave aux lèvres. Après le premier tour où j'étais pas mal en souffrance, le 2ème se passe mieux. Il y a quelques attaques, mais le groupe est trop important, et personne ne s'échappe. Juste un gars qui y va seul, mais qui va rester quelques km devant avant de rentrer. Sur la fin, le tempo s'accélère franchement. Tout le monde veut être devant à la T2. C'est sur que si on peut être 5s devant plutôt que 5s derrière, c'est toujours mieux. J'ai l'impression d'être pas mal, mais je ne sprinte pas pour finir. La fin se fait sur une route un peu cabossé et je me prends quelques nids de poule qui n'aident pas à garder la vitesse.

C'est maintenant que tout se joue !

Au final je pose 16ème, au milieu d'un groupe qui va de la 8ème à la 28ème place. Mais j'ai déjà 5s de retard sur les premiers du groupe, et 5s d'avance sur les derniers. A la pose du vélo, je sens que je suis pas bien, et je ne pars pas avec l'envie de bien faire, comme sur mes courses au Pays Basque, mais vraiment le moral en berne, en me disant que déjà pour la qualif c'est foutu (je pensais être plus loin au classement et Guillaume n'étant pas là, je me dis que c'est mort), mais surtout pas d'énergie. Je fais une bonne transition grâce au fait que je ne dois pas mettre de chaussures, mais je ne suis pas bien du tout. Je me fais déposer sans chercher à m'accrocher.

Déjà en souffrance, déjà battu dans la tête...

Je m'en veux beaucoup car après toutes les courses c'est la même rengaine : je n'arrive pas à m'arracher, à aller jusqu'à mes limites. Là clairement je n'ai pas voulu me faire mal, et mon cerveau cherchait des excuses pour ne pas y aller. Je ressors donc 13ème, mais ça ne dure pas. Loris arrive à son emplacement quand je pars, et j'espère qu'il est mieux que moi.

 

Sur le vélo, pas de stats de puissance à partager, mais une moyenne de presque 42km/h, pas hyper rapide sur ce genre de parcours avec un gros groupe en peloton. On perd 30s sur la 2ème boucle, ce qui explique que j'avais l'impression d'être mieux. Le groupe devant nous pose avec environ 20s d'avance, et e groupe derrière, de 25 unités environ, avec 20s de retard seulement. Bref on est pas passé loin du regroupement général, avec un groupe de 50 coureurs, et heureusement que non, ça aurait été dangereux !

Les 200 derniers mètres avec un jeune aux trousses !

La 2ème CAP est un long chemin de croix pour moi. J'ai l'impression de me trainer, je n'ai que des pensées négatives, et je n'arrive pas à me botter les fesses pour m'accrocher aux nombreux coureurs qui me dépassent, même si le delta de vitesse n'est pas énorme. Au bout de 500m environ, on m'indique 17ème, et j'entends les 18/19 derrière. Ca ne me fait pas sortir de ma torpeur, je me fais doubler par encore 2/3 personnes, et je m'attends à voir débouler Loris , mais je reste à courir seul pendant un petit moment. Enfin, je dis seul, mais il y a des coureurs 5-10s devant et pas loin derrière. Il reste 500m quand j'essaye de me faire un peu plus mal, pas pour aller chercher les gars devant, qui me paraissent trop loin, mais pour pas me faire rattraper, car j'entends des pas derrière moi, mais je sens qu'ils ne se rapprochent pas, et je ne veux pas me faire avoir au sprint. J'accélère les 300 derniers mètres et j'arrive à éviter le retour des gars derrière. Après la ligne d'arrivée, je suis quand même bien fatigué, à essayer de récupérer comme je peux.

Sauve qui peut sur les derniers mètres !

Loris arrive un peu derrière, et c'est finalement Hugo qui fait le 3ème homme, une minute environ derrière moi, à la 39ème place. Guillaume arrive encore plus loin, son état ne lui aura pas permis de montrer son niveau.

 

Je finis très déçu, déjà parce qu'on est loin au classement par équipe, et loin de ce que je nous pensais capable de faire. Et déçu de ma performance, et de mon manque de niaque sur la dernière course à pied. Au final je finis 20ème, Loris 23ème et Hugo 39ème, ce qui nous donne 82 points. Quelques minutes plus tard, on apprend que St Paul les Dax sont les derniers qualifiés, à la 5ème place, avec 76 points. On passe donc à 6 petits points de a qualif, ce qui accentue mes regrets. J'ai couru en pensant que c'était mort pour la qualif, sans me battre comme j'aurais pu/du. Comme d'habitude, je n'arrive pas à arrêter de penser et juste tout mettre dans l'effort. 6 places pour moi c'est 12 secondes. Ca paraît rien, mais c'est quand même un écart important sur 2,2km. Ce serait présomptueux de ma part de dire que j'aurais pu les combler en me « donnant la peine ». Mais je reste convaincu que j'aurais pu gratter 4-5s, et une deux places sur cette dernière CAP.

Comme pour la première CAP, après analyse, c'est loin d'être mauvais : je fais cette dernière CAP à 3'26/km GPS, donc environ 10s moins vite que la première CAP. La 2ème CAP était sur le même parcours que la première, et je perds 8s par rapport à mon 2ème tour de la 1ère CAP. Je fais le 24ème temps, soit à peu près au même niveau que la première CAP, mais je perds 30s par rapport à la tête de course, ça fait beaucoup.

Les résultats ici

Bref, malgré les mauvaises sensations, et la déception, on ne peut pas dire que ce soit une mauvaise course dans l'absolu. Le niveau est effectivement bien supérieur à ce qu'il était il y a quelques années, et il faut pouvoir courir 5km en dessous de 16' pour jouer devant. J'espérais améliorer mes performances petit à petit, pour viser ce chrono, mais je n'y suis pas.

Petite consolation, je termine 1er vétéran, avec pas mal de marge. Il n'y en avait pas beaucoup de toutes façons, de vétéran, sur ce type de format, les places sont prises par les plus jeunes ! 2 cadets et 2 juniors finissent devant moi.

Je finis aussi 1er Tarbais, c'est toujours ça de pris :-), mais j'aurais préféré que Guillaume et/ou Loris finisse devant et qu'on se qualifie !

3 jours plus tard, j'ai encore l'impression d'avoir zéro énergie et de ne pas bien récupérer ! Il va falloir pourtant. Ce dimanche ce sera mon premier duathlon longue distance depuis des années. Le duathlon de Zuia au Pays Basque, annulé il y a quelques semaines pour cause de neige, a été reprogrammé ce dimanche. L'occasion de ressortir enfin mon vélo de CLM Cube Aerium !

Etant donné mon niveau, et le peu de sortie longue que je fais (aucune de plus de 2h-2h30 depuis des mois), j'ai un peu peur d'exploser en vol, mais on verra bien. Cette semaine ce sera beaucoup de repos !

 

Toujours le style. Toujours.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article